Bilan positif pour Eric Camilli



Après chaque manche de championnat du monde des rallyes, Eric Camilli reviendra avec nous sur son week-end de course.

Premier récit après son abandon au Monte-Carlo alors qu’il occupait la huitième place du classement général devant Stéphane Lefebvre.

On retire un bilan positif de ce rallye malgré mon abandon du deuxième jour. On a quand même réussi à montrer notre adaptation au WRC et à la voiture. C’est vrai que le rythme en WRC est très élevé, c’est sûr que ce sont les meilleurs pilotes du monde donc automatiquement on s’y attendait mais il y a quand même un gros écart entre le WRC-2 et le WRC, et on a été quand même un peu surpris le premier soir.

Jeudi, j’étais parti sur un rythme normal et prudent, comme un petit peu en WRC-2, et tu vois la différence à l’arrivée. Après, c’est vrai que je n’avais jamais piloté la voiture en spéciale et c’était aussi notre premier chrono avec Nicolas, donc c’était franchement honnêtement difficile. J’avais de bonnes sensations mais pas sur l’ensemble de la spéciale et j’avais vraiment besoin de m’adapter à la voiture. Mais ce n’était pas trop mal quand même sur ce chrono, de nuit en plus. C’était l’objectif de passer cette première journée.

Le lendemain, on savait qu’on pouvait pousser un peu plus et on a été aussi surpris d’ailleurs des chronos effectués, et du rythme que nous avons réussi à mettre.

Automatiquement en partant de la 13e position sur la route, il y avait beaucoup de boue et de cordes salies, donc pour aller vite, il fallait les prendre et ça glissait un peu plus. Ca nous a permis d’avancer un peu dans la découverte de l’auto avec un rythme plus élevé et dans des conditions plus difficiles.

Avec Nicolas, ça été parfait tout de suite, comme si on avait roulé tout le temps ensemble. Au milieu de la première spéciale, je n’ai pas pu me retenir de lui dire que c’était vraiment bien, quelque chose comme « Nickel, continue ».

Après mon abandon, je suis resté sur le rallye, j’ai assisté à quelques spéciales et c’était l’occasion de continuer à partager des choses avec l’équipe, travailler pour la suite et se rapprocher encore de chaque personne chez M-Sport. On a suivi les choix de pneus de Mads Ostberg et des autres, et puis comme on habite à côté et que c’est notre passion, il était normal de rester avec eux.

Concernant la sortie, c’est simple. J’ai pris une corde mais trop doucement. ll y avait trop de décalage entre la route et le creux de la corde. Les deux roue gauche ne sont pas ressorties et on a fait 50 mètres avec les deux roues sur le côté. Je me sens embarqué tout de suite et comme je n’ai pas de clous (4 slicks) et pas assez de vitesse, je ne peux rien faire. Les autres ont pris cette corde avec plus de vitesse, Ostberg me l’a confirmé. C’est une sortie un peu bête, voilà.

D’extérieur, on a pu apprendre des petites choses mais sur un Monte-Carlo pas tant que ça, j’apprendrais plus sur des rallyes que je n’ai jamais effectué comme l’Argentine. J’ai plus appris de l’intérieur avec notamment les choix de pneus où là je peux m’aider pour prendre un peu d’expérience.

Pour la Suède, je roule en essais jeudi après-midi et vendredi, la semaine avant le rallye. Je viens de me mettre à bosser les vidéos ce lundi et je devrais faire un tour avec Mads sur les essais, afin de voir un petit peu comment ça roule. Ca va être un peu chaud pour moi, mais ça va être sympa, pour l’apprentissage c’est très important. C’est un rallye qui m’excite et il va falloir être bien concentré, que je sois bien en accord avec moi-même. C’est la première fois que je le fais, et je ne dois pas m’attendre à faire des miracles ou quoi que ce soit, et ça va être difficile.

J’ai conscience qu’il va être compliqué de faire des chronos là-bas. Je vais préparer avant tout ce rallye pour l’année prochaine.

Enfin, je tiens à remercier toutes les personnes au bord de la route qui nous encouragent, c’est très important pour nous et il y en a vraiment de plus en plus. Si on arrive à partager cette passion et ces frissons avec eux, et qu’on peut aller loin avec eux, c’est d’autant mieux.”




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. sebenfer dit :

    Posé, la tête sur les épaules… ça fait plaisir. Après… quand on voit le passage de Lefebvre dans un champs à haute vitesse et la sortie de Camilli à vitesse “trop réduite”, on se dit que le Monte-Carlo se joue – comme souvent – à pas grand chose.
    Pour le reste, il ne fait que confirmer ce que je pense du WRC 2, le niveau y est… faible.

    • j-louis dit :

      Attention ! : Attention, c’est surtout le vocable usité pour ce rallye ! et Attention aussi à la facilité à décocher des épigrammes par les observateurs lambda en cible des concurrents en proie à des difficultés. Oh je ne veux pas me faire avocat de quiconque. J’ai moi aussi vu des concurrents bien en difficulté sur ce rallyede Mté Carlo. Je me souviens en 1979, j’étais au Turini Qd Darniche a gagné. Il est passé sur la neige que les spectateurs avaient mise . On pouvait lire en clair de nuit les petites lettres écrites sur la Lancia, tant il se méfiait.Il a mis gaz et volant pour gagner le rallye là où il fallait. Ce rallye: on passe de 180km/h à 20 km/h, et c’est justement là qu’on remercie aussi les spectateurs qui sortent l’auto du fossé. Quand le pneu a l’adhérence de la savonnette dans la baignoire, forcément qu’on a pas les bons pneus. J’ai souvent réfléchi au système endurance des autos qui ont des dispositifs crics à vérins aux 4 angles de l’auto, l’ecrou serrage central. Et je parie que parfois l’équipage pourrait changer ne serait-ce que 2 roues ds l’ES . Car il s’agit bien d’un rallye à se sortir assurément dans ces conditions sporadiques.Je crois 1 fois ds la Chartreuse Loubet l’aurait fait avec un gtv6… (à confirmer) Alors Je ne connais pas Camilli, il a talent et maturité pour son analyse. Comme je lui ai souhaité bon vent pour la suite, En suède, il rencontrera du bien meilleur, c’est sur.

  2. rallyeplaisir dit :

    Tout d’abord, il convient de remercier Rallye-sport pour cette rubrique. C’est vraiment épatant. Ensuite, nous ne remercierons pas assez Eric pour ses analyses d’après-courses qui seront fort instructives pour comprendre leur déroulement. Exemple, il nous explique les raisons de sa sortie de route. Cela a été très décevant d’apprendre la nouvelle de sa sortie de route. On voyait qu’Eric avait commencé son rallye prudemment puis qu’il montait progressivement en puissance. Il prit connaissance de sa voiture de la même manière en essais privés. C’est donc un pilote réfléchi, talentueux et rapide. Nous sommes heureux d’apprendre que l’entente avec Nicolas est parfaite. Eric est un pilote prometteur qui, nous l’espérons, assurera la relève. De plus, comme cela apparaît dans sa chronique, il est vraiment sympathique. Nous vous souhaitons le meilleur pour ce début de carrière en WRC.
    Lors de la conférence de presse du vendredi, Malcolm Wilson s’est exprimé sur la sortie de route d’Eric. Il a simplement expliqué qu’effectivement Eric était très déçu de ce qui lui était arrivé et qu’il avait été malchanceux. Manifestement, il compatissait et restait solidaire de son pilote.

  3. Boris STi dit :

    J’aimerai bien connaitre les impressions de Wilson malgré l’abandon de sa recrut.

    • Kivala dit :

      Voici ce qu’en dit Malcolm Wilson sur le site de M-Sport (http://www.m-sport.co.uk/m-sport-news/fiesta-rs-wrc/mixed-emotions-on-m-sport-s-monte) :

      “In the sister M-Sport Fiesta RS WRC, Camilli was showing real promise on his competitive debut. After a cautious start allowed him to guage the level required to compete with the rally elite, he proved to be a quick learner – fourth fastest through the first five kilometres of this morning’s “Aspres les Corps – Chauffayer 1” (SS4).

      On what was only their fourth competitive stage with the top-specification Fiesta, he and co-driver Nicolas Klinger finished the stage with the fifth fastest time – an incredible achievement given their limited experience.

      Unfortunately, this lack of experience would be to their disadvantage over the second loop. Getting a wheel off line, they slid off the road on an ice-strewn section and hit a tree six kilometres into “Corps – La Salle en Beaumont 2” (SS6).

      With damage to the rollcage of their Fiesta RS WRC, the pairing will not restart the rally – depriving them of further experience on this notoriously difficult event.”

      En résumé il rend hommage à sa très rapide intégration à “l’élite du rallye”, saluant “une incroyable réussite vu son expérience limitée” quand il réussit un 5ème temps dès sa 4ème spéciale dans la catégorie reine (précisant même qu’il était 4ème après les 5 premiers km). Puis déplore que cette même expérience limitée ait causé sa sortie au second passage, l’empêchant précisément d’acquérir plus d’expérience sur “cette épreuve notoirement difficile”.

  4. j-louis dit :

    Bon vent à lui pour la Suède, …et pas des vents du sud qui pourrisse la neige. Il en reviendra avec le sourire . C’est tout ce qu’on lui souhaite. L’avenir, c’est les jeunes. Et ces autos efficaces et très rapides exigent bcp de roulage pour être en phase.

  5. Gaëtan dit :

    Super rubrique. Sa sortie est dûe effectivement à un manque de vitesse et c’est tout l’inverse de ce que dit Ponpon. S’il avait roulé plus vite sur ce pssage, ce serait passé.
    Au Monte Carl’, tout le monde s’est fait des frayeurs, y compris Ogier et aurait pu y rester. Je pense aussi à un passage apr exemple de Mikkelsen et de Lefevre où ils sont un peu miraculés. Bref, il n’ya pas grande différence entre certaines erreurs qui finissent bien et d’autres qui finissent mal et le Monte Carl’ est une leçon d’humilité.
    C’est intéressant qu’Eric note la forte de différence de niveau entre WRC2 et WRC. Mais il a déjà montré de jolies choses avec une voiture qui est inférieure à la Citroën et à la VW et une certaine capacité à lire et à ressentir les différences de grip (la qualité des champions : Loeb l’avait et Ogier l’a aussi, c’est ce qui fait la différence avec les autres pilotes). Ce n’est pas une voiture d’usine à part entière. Sa première référence reste donc Otsberg surtout sur la terre. Il semble être dans un très bon état d’esprit pour le rallye de Suède. Il dispose d’au moins 2 ans pour faire ses preuves, donc pas pas d’énorme pression à se mettre contrirement à d’autres qui doivent tout jouer sur quelques rallyes cette saison. Vivement la suite de la saison !

  6. DJ KiiM dit :

    Ce que j’aime chez lui outre son pilotage c’est sa personalité, il est vraiment posé, il a la tete sur les épaules et c’est tres appréciable (j’ai pu lui décrocher quelques mots aux essais du monte carlo en Ardèche et il etait vraiment tres cool!
    Pour revenir à sa perf, certes il est sortie mais pour moi c’est pas une tres grosse erreur, et il ne faut pas oublier que pour un premier rallye avec la fiesta et Klinger à ses côtés, il montrer de belles choses ! Et il commencait à bien être dans le rythme !
    Avanti Camilli !!!!!

  7. ponpon dit :

    Je suis assez mitigé sur sa perf. J’étais au bord des spéciales. J’ai vu que Camilli attaquait fort, c’était beau à voir. Mais cela prouve qu’il a laissé sa fougue prendre le dessus. En débutant dans la catégorie reine, il faut prendre un rythme pas trop rapide pour finir le rallye afin d’accumuler les kilomètres. En contrepartie il faut accepter de se prendre des secondes par les meilleurs, ce n’est pas facile à accepter mais c’est comme ça qu’on apprend le mieux. Je pense qu’il le sait, mais il doit s’y tenir pour ne pas gâcher son année.

    Je ne critique pas sa sortie, mais plutôt son rythme trop élevé dès le début du rallye, je ne pense pas qu’il aurait tenu comme ça jusqu’à la fin.
    Lefebvre avait le même rythme que Camilli, mais Lefebvre à maintenu son rythme et il a fini le rallye (même si il s’est offert quelques chaleurs).

    J’espère seulement qu’Eric ne va pas refaire les mêmes erreurs que l’année dernière en WRC-2 (attaquer trop fort dès le début), et qu’il se donnera le temps d’apprendre. C’est un garçon prometteur !

    • Greg dit :

      Faut pas être trop dur avec lui. Comme tu le faisais remarquer il a surtout manqué de chance sur ce Monte Carlo. Il avait de bonnes sensations il a voulu voir où il se situait par rapport à la concurrence. Au vu des interviews c’est un gars posé, qui n’est pas” foufou” dans sa tête. D’ailleurs sur sa sortie il n’a pas été assez agressif je trouve. Enfin ce n’est que mon avis. ..

    • bibi7139 dit :

      oui et non…. je m’explique, je suis d’accord avec toi sur le fait de prendre des kilomètres pour engranger de l’expérience et le fait qu’avec Wilson, les années sans ( budget) on prend des p’tits jeunes en devenir et on les jette après ( Rovenpera Kresta ). Donc il faut faire “péter” quelques chronos pour se montrer !

  8. natlin dit :

    malgre l’abandon tout bete, a 2 a l’heure, le cote positif est qu’il est monte en puissance, il a fait 5 et 7 ieme juste avant, et ca c’est bien, je suivrais erik tout le long de cette annee d’apprentissage, 2 francais officiel a temps plein c’est chouette, la derniere fois c’etait en 2011, ogier et loeb chez citroen!

  9. aurel dit :

    Super cette idée de rubriques “après rallye”, sympa que Rallye Sport évolue encore en 2016.

    Merci