Ogier : « La Corse, loin d’être une course facile »



Auréolé d’une belle victoire en Allemagne, mettant fin à une longue période de disette depuis février dernier, Sébastien Ogier aura à coeur de briller cette semaine sur les routes du rallye de France.

Ogier-Allemagne-2016-5

L’an passé, le français n’avait pas eu le temps de s’exprimer, vite ralenti à cause d’une crevaison et replongé dans les profondeurs du classement alors qu’il pointait en tête après la première spéciale.

Cette année, les surprises devraient être moins nombreuses que sur l’édition passée, même si des précipitations sont annoncées autour de Bastia samedi après-midi. Sur les longs chronos de Corse (jusqu’à 53,78 km le dimanche matin), son pilotage doux et peu agressif pour les pneumatiques devrait faire merveille.

« Le rallye comporte de nouvelles portions de routes et beaucoup de spéciales ont été modifiées. Il sera de ce fait important d’accomplir des reconnaissances précises. J’apprécie ces changements qui font de ce rallye un nouveau challenge. Le Tour de Corse est loin d’être une course facile. Je m’attends à ce que la compétition soit aussi serrée qu’en Allemagne où quatre pilotes ont bataillé en tête jusqu’à la fin du rallye. Je n’ai pas eu de réussite lors des deux dernières éditions du Rallye de France. Mon objectif sera bien sûr de réaliser un bon rallye et de me battre pour la victoire. »




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. riri73 dit :

    @Julien, en fait en 2015 Seb Ogier a eu un souci de boite de vitesses http://www.rallye-sport.fr/ogier-arrete-sur-la-liaison/ (ce qui est plus « glorieux » qu’une crevaison, dont le pilote est très souvent à l’origine).

  2. natlin dit :

    1986: ragnotti maxi 5 turbo
    1996: bugalski maxi megane
    2006: loeb xsara wrc
    2016: ogier polo wrc