La terre, « le parent pauvre du rallye »



Organisateur du rallye Terre des Causses depuis 1976, Michel Theron revient avec nous sur les spécificités d’une épreuve du championnat de France Terre.

Interview-Organisateur-Terre-des-Causses-2016

L’organisation d’un rallye terre en France demande comme tout rallye des autorisations diverses, lesquelles sont spécifiques au rallye terre ?

Il n’y a pas d’autorisations spécifiques si ce n’est les accords des mairies concernées avec l’accord des riverains.

Ensuite c’est en commission à la préfecture que le dossier est validé si toutes les parties concernées ont émis un avis favorable : Gendarmerie, conseil départemental, environnement etc… 

Comment s’organise l’accord des différents propriétaires et exploitants de terrain où les spéciales passeront le week-end du rallye ?

C’est une question de relation et de confiance, pour le rallye terre des Causses nous avons une entente formidable avec tous, et ils nous cherchent même des chemins.

Les mairies disent que nous entretenons des chemins qu’ils n’ont pas les moyens de faire entretenir.

Après le rallye,quelles sont les différentes opérations menées sur les spéciales pour les retrouver comme avant le passage des véhicules ?

Avant et après le rallye, on fait un état des lieux et une entreprise de travaux public remet en état,cela coûte environ 35 000 € en moyenne.

Beaucoup d’équipages trouvent une grande satisfaction dans les rallyes terre,quelles sont les principales différences avec l’asphalte ?

D’abord cela ne prend que 3 jours, et c’est certainement la principale raison, ensuite la conduite sur terre est beaucoup plus plaisante, il y a plus de conduite spectaculaire.
La plus grande partie des pilotes font ça plus pour le plaisir que pour un titre.

En 2017, on devrait retrouver plus de manches dans le championnat terre Français, que faut-il encore améliorer dans ce championnat ?

Le plus gros problème est la retombée médiatique, la terre est le parent pauvre des rallyes, l’an prochain il y aura 7 manches avec un calendrier bien établi, ce sera certainement un plus.

Combien de bénévoles faut-il pour bien organiser un rallye terre comme celui du terre des Causses dans l’Aveyron ?

Pour le terre des Causses, il y a 270 bénévoles sur le terrain plus une cinquantaine de membres dans le comité d’organisation.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Baijot dit :

    Le rallye terre pour les rallymans amateurs sur asphalte est le tarif, c’est vraiment dommage car la terre est peut-être la meilleur école de pilotage. Si les engagements étaient plus modestes, beaucoup pourrait faire les 2. Pourquoi ne pas faire lors de ces manches de cdf, un national voir régional en divisant la distance par 2 et le tarif aussi biensur

  2. Jean-François LOSSE dit :

    Bravo à Michel THERON pour « son » rallye, Terre des Causses, un des plus beau si ce n’est le plus beau du championnat ainsi qu’à tous les organisateurs du championnat terre. Y associer aussi les gens de Terres de France.
    Mais pour que le rallye terre en général ne reste pas le parent pauvre du rallye, il faut de toute urgence créer un championnat mixte 50/50. Il semblerai que cette idée soit d’actualité avec la création d’un tel championnat chez les juniors ?

  3. Staal dit :

    Et oui c’est ainsi, pourtant le championnat terre mérite bien mieux. On y retrouve une ambiance unique entre équipages, et meme entre spectateurs. Le spectacle est en effet différent, plus impressionnant sur terre, je m’ennuie d’ailleurs quelques fois à retourner sur une manche asphalte, aussi bien dans l’auto qu’au bord des spéciales

  4. Araden dit :

    Malheureusement oui la terre est le parent pauvre du rallye, pourtant c’est une tellement bonne école pour les pilotes voulant s’améliorer et une super surface pour s’amuser ! Vivement le terre des Causses 2017, et grand bravo à l’organisation !