Le toujours jeune Jean-Seb’ Vigion



Grand adepte des formules de promotion avec le C2 Challenge, Volant Peugeot, Citroën Racing Trophy ou encore le trophée Clio R3T France, Jean-Sebastien Vigion s’est surtout fait connaître en championnat de France asphalte, d’abord au volant d’une Renault Clio Maxi puis l’année suivante en 207 S2000.

Jean-Sebastien Vigion au Pays Saint-Yrieix 2016
Jean-Sebastien Vigion au Pays Saint-Yrieix 2016

Après avoir tenté de se relancer en formule Citroën puis Renault ces dernières saisons, le creusois s’amuse cette année en Renault Clio R3 Maxi. Excellent dixième au Limousin derrière l’ogre Manu Guigou, le pilote Renault a échoué à seulement trente secondes du podium scratch au rallye du Pays de Saint-Yrieix, manche du championnat de France de deuxième division.

L’occasion était belle pour retrouver Jean-Seb’ et retracer un bout de sa carrière ainsi que ses projets pour la fin d’année.

Jean-Sébastien, avec plus de 10 ans en tant que pilote de rallye, quel regard as-tu sur la discipline aujourd’hui en France ?

La discipline a pas mal changé depuis mes débuts !

Je n’ai que 33 ans mais j’ai l’impression de passer pour un vieux… Malgré tout, il est où le temps où l’on pouvait gagner un rallye voir même une finale avec une voiture de 15 ans ? On en a bien profité et on a bien fait je crois !

Pour le reste, je dirais que je suis tout cela vraiment de loin à tel point qu’il a fallu que je cherche pour savoir qui était champion de France cette année !

Cette année, on t’a revu au volant d’une Renault Clio R3 sur l’épreuve de ta région avec le rallye du Limousin, comment s’est passé cette épreuve avec Valentin Sarreaud ?

L’objectif premier était le plaisir !

On a acheté cette auto dans le but de pouvoir tout faire nous même comme à l’époque de la Clio maxi et d’arrêter de passer par des pseudos préparateurs qui te louent des épaves à prix d’or sur lesquelles il y a toujours un morceau qui tombe !

Le Limousin était un passage obligé étant natif de la région, pour le retour de l’épreuve en championnat et vis à vis de mes partenaires.

J’ai contacté Valentin car on se connaît depuis le DS3 Trophy et je cherchais quelqu’un de pro mais qui ne se prend pas pour une star… Et il est le parfait exemple d’un garçon humble et très pro.

Nous avons galéré un peu en début de rallye car la voiture était tombée des chandelles la nuit du mardi avant le rallye mais dans l’ensemble ça c’est super bien passé, nous avons presque failli faire douter Manu !

Deuxième épreuve, le rallye du Pays de St-Yrieix en championnat de France deuxième division, tu souhaitais vraiment être présent sur ce rallye que tu avais remporté en 2011 et 2008 ?

Après le Limousin, le rallye de Saint-Yrieix est le deuxième beau rallye de la région et j’ai de très bons souvenirs sur cette épreuve. Nous avons vraiment attaqué pour essayer de se rapprocher du podium, nous échouons à la porte de celui-ci mais quel pied !

Difficile de faire mieux pour moi avec la R3 face à une meute de 4 roues.

Jean-Sebastien Vigion au Rallye Monte-Carlo 2011 IRC

Quels sont tes projets dans un futur proche ? Quels rallyes aimerais-tu faire et avec quelles autos ?

Si le travail nous le permet nous allons essayer de nous rendre au Var avec la R3 pour récupérer notre prime au Trophée Michelin, en plus j’adore les spéciales.

Pour le reste, je rêve toujours de pouvoir faire des rallyes de fou comme la Finlande, le RAC etc… avec une grosse auto mais le budget me rend vite à l’évidence !!

La Clio est à vendre et si elle part pourquoi pas tenter une voiture plaisir comme la Porsche…

Je profite de l’interview d’une part pour vous remercier et vous féliciter pour le travail sur vos sites mais également remercier les personnes qui me permettent de continuer à rouler.

En premier, Jean-Pierre Lacorre à qui je dois énormément et qui continue de m’aider, mes parents toujours présents, Adrien et Seb pour la recherche active de partenaires, Damien et Olivier pour le suivi du site et ma compagne qui supporte mes caprices !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Vlaamse dit :

    Aah Canivenq… Robert, Rousset, Rousselot… Tout ces pilotes manquent terriblement. Comment ne pas avoir une pensée pour marc Champeau aussi qui a quitter trop vite tous ses proches. Heuresement il y a encore quelques vrais fou de rallye chez nos jeunes pilotes, il suffit de voir passer les Bonnefis ou lefebvre ou les gilbert et d’autres sur des plus petites auto et dont on parle moins mais qui regalent vraiment les spectateurs au bord des speciales. Le rallye français n’est pas mort messieurs

  2. Jeff dit :

    Un super pilote de grand talent, un super type, un vrai sportif avec un bel état d’esprit, un vrai bon gars d’une  » espèce en voie d’extinction » qui, comme d’autres grands disparus ( Bengué, Fabien Véricel, Tron, Ancian, Canivenq…) nous font regretter une époque, pas si lointaine, où le rallye français rimait avec talent, spectacle et bravoure ! C’est clairement des gars comme Jean Sébastien qui nous manquent aujourd’hui ! Il reste heureusement quelques rares exceptions mais le rallye moderne et ses exigences financières est devenu un cercle fermé inaccessible : il a perdu son intérêt, sa valeur, sa culture du spectacle, son côté amateurisme bon – enfant, sa proximité avec le public, ses acrobates de la route, sa fibre passionnelle et les passionnés, eux, se déplacent de moins en moins et… ne rêvent plus ! Ce ne sont pas les voitures à 200000 euros qui donnent la chair de poule mais bien les bonhommes de talent …comme Jean Seb !!
    Jeff Boulet

  3. bob 24 dit :

    Très bon pilote très spectaculaire dommage de ne pas le voir plus souvent sur les rallyes . Merci pour cet interview qui permet de le présenter un peu