L’étoile montante des Hauts-de-France



Après avoir débuté en formule de promotion, Suzuki Rally Cup puis Twingo R1 Trophy, Pierre-Alexandre Perrin s'illustre sur les routes de la coupe de France des rallyes depuis 2013.

Cette saison, le pilote pas-de-calaisien évolue en Saxo N2 avant de retrouver une redoutable Saxo F213 ex-Surin.

Bonjour Pierre Alexandre, peux-tu te présenter en quelques mots.

Originaire du Pas de Calais, j’habite aujourd’hui Paris. Je suis manager chez Davidson, dans le conseil aux laboratoires pharmaceutiques.

Tu roules depuis quelques années à présent et ce sur différentes montures, quelle a été ta première épreuve, raconte-nous un peu tes débuts?

Je sortais de 6 ans de karting et j’ai réussi à remporter la sélection Subaru Boxer Cup France devant Eric Camilli et Jérémi Ancian. Grâce à la Subaru offerte au vainqueur, je me suis lancé dans le grand bain, en championnat de France : Rallye Lyon Charbonnières 2009 en coupe de promotion (Swift Cup). On termine 12è de la coupe. Sacrée découverte !

Tu es reconnu pour avoir un pilotage audacieux, généreux, tout en trajectoire, est-ce dû selon toi à ton système de notes ou à une bonne lecture de la route ?

Effectivement, ces deux paramètres sont importants et indispensables. Mes notes sont très précises et, même quand je connais la spéciale, j’en ai besoin pour donner le rythme. 

J’ajouterai un troisième paramètre pour aller vite : la confiance ! Qu’elle soit envers la voiture ou envers le copilote.

Tu roules beaucoup avec ta sœur Margaux, un duo reconnu pour sa complicité, quelles sont les qualités de Margaux ?

Je suis très exigeant dans la voiture, il faut me supporter : c’est déjà une grande qualité !!! En plus d’être rigoureuse, Margaux connait mon pilotage et est capable de sentir quand je commence à dépasser la limite. Savoir motiver un pilote est plutôt simple, savoir le calmer quand il le faut l’est moins. Ca rejoint en tout cas mes propos à la question d’avant : la confiance est primordiale.

Dans le sport mécanique, il y a de bons comme de moins bons souvenirs, peux-tu nous dire quels ont été les moments les plus émotifs depuis tes débuts ?

Je pourrais en écrire des pages et des pages. Mais je vais en garder 3, 2 bons et 1 moins bon :

– mon 1er scratch en coupe lors du Rallye Alsace Vosges 2009 avec mon frère Grégory en copilote. C’était mon 2ème rallye et on se battait contre les références (Pierre Campana, Jérémi Ancian, …)

– Mon 1er et seul mondial jusqu’à l’heure actuelle, le Wales Rally GB (RAC) 2010. Pour une découverte de la terre, de la voiture, d’une épreuve de cette envergure et une 1ère avec Gaëtan Houssin, on termine 2ème du trophée Ford. J’ai eu de ce fait la chance de me retrouver chez Msport la semaine d’après pour la finale mondiale (shootout) : je me suis qualifié dans les 6 derniers contre un certain…Elfyn Evans !

– la sortie de route au rallye du béthunois 2011 avec la Mitsubishi EvoX N4. On se battait pour le podium avec les WRC et je me fais malheureusement piéger en fond de 5 sur un terrain bosselé. Je vous laisse deviner la suite…

Actuellement tu roules  sur une saxo Gr N2 (photo), avec laquelle les temps réalisés sont plus que surprenants. Depuis quelques épreuves, nous savons qu’un autre projet, une saxo F213 est en cours de réalisation, peux-tu nous en dire un peu plus ?

A l’origine, c’est une voiture que j’ai achetée à Ludovic Surin en octobre 2015. La voiture a largement fait ses preuves, mais suite à une touchette, on en profite pour faire quelques évolutions. 

Pour la décrire en quelques mots : caisse Matter Evo avec un kit +1 pouce, train avant triangulé, train arrière réglable, moteur Biotteau (on devrait avoir environ 225cv), boîte 6 Sadev séquentielle et poids minimum.

Quel est ton objectif jusqu’à la fin de saison ?

L’objectif est de participer à la finale à Lunéville, d’où le fait qu’on roule avec la N2 pour prendre des points. Un autre objectif sera de monter sur notre 1er podium scratch avec la Saxo F213.

Mis à part le rallye du Touquet, l’une des épreuves phares de notre région, as-tu une épreuve que tu apprécies le plus, comme le Béthunois par exemple ?

Mon épreuve préférée n’est pas dans le Nord : c’est le Lyon Charbo.

Te verras-t-on un jour, dans une autre épreuve du mondial ?

Si je trouve les partenaires, oui ! Mais ce n’est pas une priorité. Quand je roule, j’ai besoin d’avoir un objectif et ça ne passe pas forcément par le WRC.

As-tu un message pour test supporters ?

Je voudrais effectivement remercier les personnes qui sont sur le bord des routes et qui attendent nos passages, mais aussi tous ceux sans qui je ne pourrais pas rouler : mes parents, Jean François pour la Saxo N2, Patrick pour la F213, et les partenaires.
Je ne veux pas oublier non plus les organisateurs et commissaires qui nous permettent de vivre notre passion !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Jeff dit :

    Etoile c’est sûr! Mais une étoile reconnue trop tard! J’avais vu Pierre Alexandre lors de ses débuts et il m’avait subjugué, ce qu’il a réalisé par la suite et surtout sur le RAC 2010 fut absolument phénoménal et pour moi, il avait sa place au plus haut niveau. C’est un pur talent, il est très très vite…Je connais très bien un des  » battus » par P.A lors de la sélection Subaru où il y avait du beau monde et de futurs pilotes professionnels et j’ai la certitude que ce gars là devrait aujourd’hui être en mondial…mais il va tout de même continuer de faire le bonheur des spectateurs! Regarder bien les chronos de la Saxo F213…
    Jeff Boulet

  2. Kaizer Sauzee dit :

    Etoile montante…
    Z’êtes sûrs ?