Fin de la disette pour Ogier ?



En Allemagne cette semaine, le WRC arrive à un tournant de la saison avec l’enchaînement de quatre épreuves sur l’asphalte.

Ce week-end, 78 équipages s’affronteront sur 18 spéciales réparties en trois étapes proposant des profils bien différents. Vendredi d’abord, l’épreuve démarrera traditionnellement par les spéciales du vignoble de Moselle et ses nombreux carrefours. Le lendemain, la journée sera très longue avec près de 150 kilomètres de chronos, soit 48% du kilométrage total de l’épreuve. Plat de résistance de ce samedi, la spéciale de Panzerplatte (40,80 km) tracée dans le camp militaire de Baumholder sera à parcourir à deux reprises et devrait de nouveau être décisive.

Le dimanche enfin, 60 kilomètres seront tout de même au programme avec un profil encore particulier, notamment dans le chrono de Dhrontal et ses fameuses épingles.

Côté mécanique, cette épreuve pourrait bien sonner l’heure du réveil de Sébastien Ogier, bien lancé vers un quatrième titre consécutif malgré sa longue période de disette depuis le rallye de Suède en février dernier ! Déjà victorieux l’an passé pour une première chez Volkswagen, le français a les crocs, tout comme le constructeur allemand, vexé par ses dernières défaites contre Hyundai et Citroën.

Face à lui, les inconnues sont nombreuses, à commencer par les performances de la Hyundai i20 WRC 2017 sur ce terrain. Difficile à piloter au Monte-Carlo, cette dernière semble avoir largement progressé depuis, reste à le confirmer sur asphalte. Côté pilotes, le constructeur corréen est sans doute le mieux armé sur cette surface et alignera deux anciens vainqueurs de l’épreuve avec Dani Sordo (2013) et Thierry Neuville (2014). Autre inconnue, l’état de confiance de Jari-Matti Latvala, largement battu à domicile au début du mois et auteur d’une année bien décevante. Longtemps dans le pare-chocs d’Ogier l’an passé, le pilote finlandais avait reçu une correction dans Panzerplatte et devra y progresser cette année s’il veut jouer la victoire dans les derniers kilomètres. Valeur sûre en Allemagne avec deux podiums consécutifs, Andreas Mikkelsen apparaît encore trop juste pour jouer la gagne mais sa Polo devrait lui permettre de briller.

Derrière ce quinté de pilotes, un deuxième groupe pourrait bien se former avec notamment Hayden Paddon, toujours en progression sur asphalte, mais également Stéphane Lefebvre, surprenant sur terre cette année et déterminé à briller en Allemagne. Côté Ford, Eric Camilli pourrait bien être le meilleur de tous, tant Mads Ostberg paraît trop tendre sur asphalte, tout comme Ott Tänak dont la performance pourrait largement dépendre de ses pneus DMACK.

En WRC-2, la victoire semble promise à une des 10 Skoda Fabia R5, notamment menées par Jan Kopecky, vainqueur l’an passé et Esapekka Lappi. Côté français, le retour sur asphalte devrait faire du bien aux DS3 R5 et particulièrement au duo Gilbert/Bonato. Toujours en phase d’apprentissage, Pierre-Louis Loubet pourrait de nouveau nous réserver des surprises.

En JWRC enfin, Simone Tempestini, le leader du championnat, disputera déjà son dix-huitième rallye de l’année et devrait user de cette expérience pour résister à Ole Christian Veiby, encore débutant sur asphalte. Sorti en Finlande, Terry Folb n’aura pas d’autre choix que de s’imposer pour rester dans la course au titre alors que Vincent Dubert visera également de gros points.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. sebenfer dit :

    Ca va corriger sévère !

  2. Briwan dit :

    si il ne gagne pas les trois manches asphalte qui arrive………………….

  3. frederic pradier dit :

    je ne fais pas de comparatif! je les ai vu en es tout les deux de grands champions donc no coment!! sa me fait rire quand je lis les commentaires qui le traite de pleureuse suis mort de rire..

    • jean80 dit :

      +1000 ! ! vu une video sur youtube au rallye de pologne 2016 de Ogier , c est vraiment un extra-terreste et toujours souvenir de Neuville qui sort aux essais dans les vignes et qui gagne le rallye d allemagne en 2014 ! sportivement

  4. achve dit :

    Pourquoi vouloir comparer? Loeb était le meilleur à son époque,Ogier est certainement le meilleur en ce moment,un remplacent arrivera probablement.Il en a toujours été ainsi!

  5. fred dit :

    heuh vous avez deja vu passer ogier! c sans commentaires

  6. Jean Talus dit :

    En même temps, Maurin devant les autos du groupe PSA avec une skoda normale au vu des différences de performances entres les autos.
    En attendant, sur terre, un Gilbert avec une auto moins perfo se bat avec et est même devant quand la meca ne lui pourris pas ses rallyes… Commentaire inutile…

  7. franciscaw dit :

    Et maurin en wrc-2. Ok sur terre ce n’est pas extraordinaire mais devant les PSA R5 ! et sur asphalte il à quand même montré sa pointe de vitesse sur plusieurs épreuves du mondial !

  8. Tutut dit :

    @ Latvala dans Panzer Platte : oui ce serait étonnant qu’il ramasse autant que l’an passé – vu que TOUTES les caméras embarquées sont disposées en ligne par la fia, les mecs ils n’ont qu’à prendre une après-midi avant le rallye et regarder comment ogier a roulé… ça fait peut-être pas tout mais ça aide énormément.

  9. loeb dit :

    loeb a l’époque n’avait pas besoin de se réveiller!

  10. patate dit :

    Le sport va retrouver ces droits !!!