Limousin 2011 ES5-Snobeck résiste



ES5 – Ronde de Vassivière 3 (47,31 km) à 16h04

Snobeck possède désormais 22s5 de marge sur Brunson et 1min25s sur Roché.

s="(max-width: 390px) 100vw, 390px" />ES5 – Ronde de Vassivière 3 (47,31 km) à 16h04Voir le classement

Conditions : Le soleil est revenu sur les routes du Limousin mais la spéciale reste encore très humide avec des passages en forêt très compliqués.

Dany Snobeck n’améliore son chrono que d’une seule seconde par rapport au 2ème passage, mais ce temps permet au pilote de la C4 WRC d’augmenter son avance en tête du rallye.

Snobeck possède désormais 22s5 de marge sur Brunson et 1min25s sur Roché et peut se présenter au départ de la dernière spéciale avec une grande confiance.
Derrière, rien ne bouge avec Vigion ancré à la quatrième place devant Nantet.

En R3, Kris Princen réalise un extaordinaire 4e temps provisoire (bien aidé par son choix pneumatiques « sec ») et augmente son avance en groupe R pour désormais compter 32s3 de marge sur Thomas Barral et 50s sur Cédric Robert.

Leader en classe R2, Craig Breen (pilote en WRC Academy) se fait remarquer avec un 11e temps absolu sur sa Fiesta R2.

En volant 207, Jérémi Ancian se dirige vers la victoire avec 32s6 de marge sur Cyril Audirac, 33s9 face à Quentin Giordano et 39s1 sur Rémi Jouines.

En trophée Twingo R2, Mathieu Maurage revient dans la course à la victoire avec un scratch qui lui permet de ne plus compter que 14s3 de retard sur Stéphane Consani, le leader qui a perdu 30s4 sur le pilote du team Chazel. Un des favoris du trophée, Romain Salinas est sorti dans cette spéciale.

Alors que la spéciale précédente n’a pas été disputé en championnat Junior, ce chrono a changé complètement la donne avec la prise de pouvoir de Chardonnet qui compte 15s7 d’avance sur Bernardi (qui réalise le scratch) et 20s3 sur Gilbert.

Faits marquants :
– Troisième du groupe N, Robert Consani perd tout espoir en lâchant plus de 9 minutes dans ce chrono après une crevaison. Il doit finalement abandonner sur la liaison
– Abandon de Patrick Rouillard (mécanique) et Lionel Baud (mécanique)
– Sortie de Damien Delanoue

Réactions des pilotes
1. Dany Snobeck – Gilles Mondesir (Citroën C4 WRC) : « C’est catastrophique. Je suis parti avec des pneus pluie. C’était très sale. Je me serais cru en Trophée Andros. »
3. Pierre Roché – Martine Roché (Peugeot 307WRC / Team FJ.com) : « J’ai pris des slicks. C’était compliqué car les routes étaient parfois sales, parfois propres. »
2. Eric Brunson – Cédric Mondon (Subaru Impreza WRC / Team First Motorsport) : « J’ai pris des pneus pluie. Ça allait mais la voiture était globalement trop souple. Il ne fallait pas garder les réglages pluie. Nous étions en avance sur Snobeck mais nous avons perdu du temps sur la fin. »
11. Gilles Nantet – René Belleville (Porsche 996 GT3 Cup) : « C’est le salaire de la peur. La voiture était intenable. C’était très chaud. Je suis content d’être là. »
29. Jean-Sébastien Vigion – Eric Yvernault (Citroën C2 Super 1600) : « J’étais en pneus pluie sur des routes 100% sèches. C’est drôle mais pas du tout efficace. »
19. Cédric Robert – Matthieu Duval (Citroën DS3 R3 / Team Saintéloc Racing Mister-Auto) : « J’ai pris des pneus pluie, c’est une erreur. Avec l’attente, la route a eu le temps de sécher sous ce grand soleil. On ne fait pas une spéciale comme il le faudrait. »
8. Jean-Charles Beaubelique – Julien Vial (Peugeot 207 Super 2000) : « Nous sommes partis avec des pneus pluie. Nous étions à l’agonie partout. »
25. Kris Princen – Bram Eelbode (Renault Clio R3) : « Je suis content. On fait un bon temps. Nous avions les bons pneus. »
28. Thomas Barral – Sabrina Seux (Renault Clio R3 / Team MSR by GBI.com Minerva Oil) : « Nous nous sommes faits plaisir. C’est une spéciale de folie. »
39. Emmanuel Guigou – Benjamin Boulloud (Renault Mégane R.S. N4 / Team Chazel – Dalta) : « Je suis parti avec des pneus slicks retaillés. Il fallait des slicks purs. »
30. Arnaud Augoyard – Gabin Moreau (Renault Clio R3 / Team MSR by GBI.com Minerva Oil) : « J’ai choisi des pneus pluie. Nous avons trop attendus au départ. Je suis énervé. »
6. Lionel Baud – Fabien Craen (Peugeot 206WRC) : « J’aime les slicks sous la pluie. Ça me rappelle parfois la terre. »
41. Pierre Marché – Julien Rebut (Subaru Impreza / Team 2HP Compétition veloperfo.com) : « J’ai tapé une botte de paille. La voiture était inconduisible. »
44. Arnaud Morel – Olivier Belot (Subaru Impreza) : « Je suis parti en pneus pluie. J’ai croisé Rouillard arrêté sur la route. »
40. Robert Consani – Cédric Beynet (Renault Mégane R.S. N4) : « J’ai des problèmes de direction et nous avons crevé. La roue avant droite est voilée. »
18. Philippe Pueyo – Nathalie Rouche (Toyota Celica GT4) : « Nous avons pris des slicks, c’était l’idéal. Rouillard est garé. »
22. Fabien Michal – Arnaud Michal (Citroën DS3 R3) : « C’est bien gras. J’ai assuré dans les parties les plus difficiles. J’ai eu un problème de pompe à essence qui nous a fait pointer en retard. »
56. Jérémi Ancian – Damien Mezy (Peugeot 207 RC) : « La botte de paille : c’est fait ! Nous l’avons touchée côté gauche. Je suis parti en pneus pluie. J’ai essayé de ne de pas trop attaquer. C’est juste un peu mouillé dans le bois, sinon c’est sec. »
47. Cyril Audirac – Marie Carnevale (Peugeot 207 RC) : « Les pneus sont cramés. Nous avons tous pris la même option mais je les avais ouverts un peu plus pour évacuer davantage d’eau… Il fallait faire l’inverse. »
48. Rémi Jouines – Arnaud Maheo (Peugeot 207 RC) : « J’ai dû être le moins rapide. J’ai préservé les pneus mais je les ai trop préservés. Nous avons accéléré à mi-spéciale. »
79. Julien Saunier – Frédéric Vauclare (Renault Clio Ragnotti) : « Nous avons crevé, il a fallu s’arrêter pour changer la roue. »
80. Jérôme Chavanne – Alexandre Chioso (Citroën Xsara Maxi) : « C’est très, très sale. »
33. Mathieu Biasion – Philippe Coquard (Renault Clio R3) : « C’est sale, maintenant, on rentre. On avait des pneus pluie… A partir de là ! »
50. Quentin Giordano – Marc-Emilien Choudey (Peugeot 207 RC) : « On a tapé à l’arrière mais je crois qu’on a le scratch ! »
27. Olivier Courtois – Damien Jole (Renault Clio R3) : « Nous avons fait un mauvais choix de pneus. »
26. Yann Clairay – Frédéric Goupil (Renault Clio R3) : « Les conditions sont très difficiles pour moi. Tous les pilotes ont fait le mauvais choix de pneus. Ça glisse beaucoup. »
42. Franck Lions – Benjamin Veillas (Mitsubishi Lancer Evo 9) : « Le choix de pneus est catastrophique. Avec le manque d’adhérence, ça devient dangereux. »
52. Franck Sias – Thomas Roux (Peugeot 207 RC) : « Gajek est sorti au début de la spéciale. Les conditions sont compliquées. »
49. Denis Millet – Guillaume Duval (Peugeot 207 RC) : « On a failli se sortir là où était sorti Guigou l’an passé. J’ai perdu le contrôle de la voiture au freinage. On s’est rattrapé de justesse. »

Prochaine spéciale : ES6 – Ronde de Vassivière 4 (47,31 km) à 19h07




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *