Lobry : « Je rêve de rouler en R5 l’an prochain »



Pour sa deuxième saison en championnat de France de deuxième division, Michaël Lobry n’a pas déçu, remportant notamment le rallye de Bretagne en milieu d’année, avant d’être titré au rallye d’Automne la semaine dernière.

Photo-Lobry-Rallye-Automne-La-Rochelle-2016

Présent en coupe de France depuis 2003, le pilote du Lot a joué la carte de la régularité, remportant tout de même à trois reprises le groupe R et sept fois la classe R4, ne déplorant que deux abandons mécaniques. Après cette consécration en 2e division, Michaël Lobry rêve de rouler en championnat de France 1ere division au volant d’une R5.

Michaël, une très belle saison pour toi et ton copilote Gaëtan Parade puisque tu remportes le titre de Champion de France 2eme division, à quel moment as-tu pensé au titre ?

En début de saison l’objectif était de finir sur le podium du championnat en faisant une saison solide et performante. Dès la mi-saison après notre victoire au rallye de Bretagne, on a tout de suite pensé au titre qui est devenu une priorité.

Ta saison 2016 avait débuté au Vallon de Marcillac puis à Epernay et ensuite une victoire au rallye du Quercy, un bon début avec la Mitsubishi Lancer Evo X R4 ?

C’est vrai que sur les 3 premiers rallyes, on était parfait…Marcillac et le Quercy sont des rallyes que j’ai déjà gagné donc plus facile pour y faire des bons résultats.

Par contre, ce fut beaucoup plus difficile à Epernay où on ne connaissait pas ce rallye qui est si particulier, avec des adhérences variables et imprévues…

On s’en est bien sorti malgré un tour dans un champ qui nous coûte la 8eme place.

Après l’abandon au Lozère,tu enchaînes avec l’Ain-Jura, Vins Mâcon et surtout une victoire au Bretagne,une surprise pour toi ?

L’Ain-Jura et Mâcon sont deux rallyes que j’affectionne de par leur organisation et leur route magnifique, des rallyes auxquels j’avais déjà participé.

Du coup,notre connaissance du terrain nous a permis de réaliser deux beaux résultats au milieu de WRC, S2000 ou R5.

Ensuite vient le rallye de Bretagne : une drôle d’histoire ce rallye !!!!

Le mardi qui suit Mâcon, mon père et Nicolas Moutinho, mon préparateur, viennent me voir en me proposant d’aller en Bretagne « puisqu’on est sur une bonne « dynamique »… sauf qu’il ne fallait pas me le dire une deuxième fois…on envoie l’engagement de suite et ce qui est extraordinaire c’est qu’au final on gagne le rallye.

Absolument fantastique, un grand souvenir car j’ai vraiment adoré les routes…et puis devancer la Porsche de Tony Cosson et la  WRC-Lemonnier lors de la première étape, c’était fabuleux.
On a prouvé qu’on pouvait rouler vite sur un rallye qu’on découvrait, le tournant du championnat je pense.

Sur une toujours solide « Mitsu », comment se passe les épreuves suivantes de ton programme en championnat 2eme division ?

A la Montagne Noire, je commets une erreur dans le brouillard de la 3eme spéciale où arrivant trop vite je sous-vire et tape le talus qui arrache la roue avant-gauche…la déception était énorme car c’était l’opportunité « ratée » de creuser le trou au championnat.

En août, vient le rallye Cœur de France que nous avons également découvert avec une 5eme place, le résultat était très satisfaisant pour une première et de gros points pris en vue du championnat.

Pour septembre, tous à St-Yrieix, un rallye que je connais bien (cinquième participation) et qui ne m’a pas toujours porté chance, mais cette fois-ci on termine sur la 3eme marche du podium sur les terres de Minerva et avec la victoire de Jean-Charles Beaubelique, ce fut un weekend parfait et génial et encore de gros points.

Le mardi suivant, direction le Vosgien, encore un nouveau rallye super bien organisé et avec des routes fabuleuses, déjà empruntées par le championnat du monde des rallyes.

Une super première étape, 6 au scratch alors que l’objectif était de ne pas faire d’erreur pour ramener des gros points au championnat. Le lendemain les conditions climatiques et des mauvais choix de pneus nous ont fait rétrogradé, mais l’objectif était atteint en étant à l’arrivée pour marquer des points au championnat.

Dernière épreuve à La Rochelle, racontes nous ce rallye et que s’est-il passé avec ce problème qui aurait pu te faire perdre le titre ?

L’objectif était clair ! Ne pas faire d’erreur pour rallier l’arrivée et être champion.
Après avoir haussé le rythme pour récupérer la tête du R4 dans la 5e et 6eme spéciale, mais toujours en faisant attention, au moment de s’élancer dans la 7ème spéciale, le moteur se met à tourner sur 3 cylindres !

Ce fut à ce moment-là un stress terrible pour rallier l’arrivée des 2 spéciales suivantes afin de rejoindre l’assistance et réparer, sauf qu’après avoir changé les bobines et les bougies, mon équipe m’annonce que c’est un souci dans le faisceau ou dans le boitier électronique moteur et qu’il va falloir terminer le rallye comme ça !

Je n’ai jamais trouvé une fin de rallye aussi dure et stressante que celle-là, la peur de perdre tous les efforts d’une saison en 1 seconde me hantait, mais ma voiture a tenu jusqu’à La Rochelle.
Incroyable !! Quel bonheur après un weekend dont les dernières heures furent difficiles, un soulagement énorme pour toute l’équipe.

Tu succèdes à Eric Brunson au palmarès du championnat 2eme division, quel est ton avis sur les épreuves et sur le format de ce championnat revenu en 2015 ?

Ce championnat regroupe des rallyes magnifiques qui méritent tous le championnat D1 de par leurs très bonnes organisations et leurs tracés typiques à chacun.

Après pour moi, il y a un peu trop d’épreuves au calendrier, 10 épreuves avec 8 résultats retenus seraient le top pour ce championnat. Il ne faut pas oublier que dans le rallye Français, il y a 95% d’amateurs.

Grâce à « FR-Media Live » et plein d’autres, il y une bonne communication médiatique car c’est important pour tout le monde, aussi bien pour les organisateurs que pour nous pilotes afin de trouver des partenaires.

Déjà des idées,envies ou projets en 2017 ? Et avec quel véhicule ?

Oui, mon projet serait de trouver un complément de budget afin de pouvoir participer à quelques manches du championnat D1 avec une R5, une vraie voiture de course, c’est un rêve de gosse et serait l’aboutissement du travail de toute une équipe.

Quels sont les partenaires et personnes qui t’on accompagné jusqu’à ce titre obtenu en Charente-Maritime ?

Je remercie toutes les personnes qui m’ont soutenues depuis très longtemps : Jean-Charles Beaubelique, Minerva Oil, DV diffusion (Didier Valade), Citroën Cahors, Périgord emballage, Vincent Jardel, C.G.M.P.

Toute mon équipe d’assistance : Daniel, Romain, Cédric, Florent, mon préparateur Nicolas Moutinho qui m’a mis à disposition une voiture fiable et performante, mon copilote Gaëtan qui a encore fait une saison parfaite à mes côtés et pour finir mon père Jean-Jacques qui m’a transmis cette passion formidable et qui m’aide tous les jours dans nos projets sportifs.

Merci à eux.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *