Loubet, un jeune qui apprend très vite



Déjà performant en Sardaigne puis en Pologne, Pierre-Lois Loubet a confirmé sa belle progression en Finlande, menant la meute des Citroën DS3 R5 sur la majorité du rallye.

Prématurément sorti de la route de l’an passé (une seule spéciale parcourue), le jeune français avait pourtant tout à apprendre sur cette épreuve si particulière.

« Quand on arrive au rallye de Finlande, on s’attaque vraiment à un monument. Au départ, c’était un peu comme depuis le début d’année : un saut dans l’inconnu. Je ne savais pas vraiment comment la voiture allait réagir dans ces conditions, ni comment moi j’allais être. Comme je n’ai aucune expérience des rallyes à chaque fois, je ne sais jamais quel sera mon niveau de performance et ma rapidité d’adaptation.

Plus que les reconnaissances l’an passé (je n’ai fait qu’une spéciale au Finlande 2015), c’est ma participation à l’Arctic Rally en début d’année qui m’a beaucoup aidé. Cela m’a permis d’appréhender plus facilement ce genre de rallye avec le même type de virages et des ciels qui délestent, même si les conditions étaient forcément différentes (l’Artctic est un rallye sur neige).

Au départ de l’épreuve, comme depuis le début de l’année, l’objectif était simplement de rouler et de prendre de l’expérience. Donc, je voulais avant tout apprendre et m’améliorer petit à petit au fil du rallye. Pour l’instant, ça marche bien, et jusque là, je ne suis jamais arrivé sur un rallye pour me dire que j’allais attaquer. »

Loubet-Finlande-2016-2

Longtemps septième et premier pilote DS avant d’écoper d’une pénalité de 50s pour un pointage en retard, Pierre-Louis a malheureusement terminé son rallye dans l’avant-dernière spéciale du samedi.

« Je me suis sorti sur une erreur bête. Par rapport au premier passage, je freine exactement au même endroit mais il avait un peu plu et les conditions étaient grasses. J’avais toujours un bon grip latéral, mais sur le freinage, nous sommes partis en luge tout de suite et je n’avais plus aucun grip, c’était inattendu.. J’espère que ce genre d’erreurs ne m’arrivera plus.

Honnêtement, je ne pensais pas que j’allais si bien rouler. J’étai super content, j’avais encore beaucoup à découvrir sur ce terrain avec la voiture. J’ai toujours été plus vite que les autres et même par rapport à Bergkvist qui est un pilote plus habitué à ce genre de routes. Comparé à Quentin (Gilbert), nos chronos étaient toujours un peu meilleurs, donc je suis vraiment satisfait. C’est de bonne augure pour la suite de la saison. »

La suite justement, elle sera composée de quatre des six dernières manches du championnat du monde (tout sauf Chine et Australie).

« Bien sûr, j’attends le Tour de Corse où l’on tentera de faire mieux que l’an dernier. La performance était bonne en 2015 mais dans chaque spéciale j’avais fait des erreurs. Comme j’ai commencé la saison assez tard cette année en attendant la réponse de partenaires, on peut terminer sur ce gros programme.

Pour la fin d’année, j’avoue que j’aimerais faire quelque chose de bien sur des rallyes que je connais déjà comme la Corse, l’Espagne et le Pays de Galles. Même si j’aurais encore beaucoup de choses à apprendre, je serai plus libéré.

Pour l’Allemagne, ça risque d’être assez difficile, le rallye semble assez spécifique. J’ai regardé des caméras embarquées mais ce n’est pas évident de se faire une idée juste du rallye. Je suis certain que je prendrais encore du plaisir au volant d’une super caisse. Normalement, j’ai une séance d’essais avant l’épreuve afin de découvrir l’auto sur asphalte. »

Pour 2017, rien ne presse encore et si les performances sont au rendez-vous en fin d’année, tout est envisageable comme le rappelle Pierre-Louis.

« Pour l’année prochaine, tout dépendra de la fin de saison, si on continue à progresser, on ne sait pas vraiment ce qui peut arriver. De mon côté, je ne me pose pas trop de questions et j’essaye de donner le maximum à chaque fois. Je ne regrette vraiment pas d’être passé directement au WRC-2, car l’an passé, en JWRC, on a tout de suite eu un bon niveau. On a eu la chance d’évoluer cette année et c’était une très bonne chose.

Enfin, je tiens encore à remercier Bernard Piallat et toute l’équipe PH Sport pour toute l’aide et la confiance qu’ils m’apportent. La voiture a parfaitement marché tout le week-end. Je remercie également Yoann Bonato pour ses propos. Nous sommes dans un sport assez individualiste et c’est vraiment sympa d’avoir dit ça sur moi. »




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. sylvio1er dit :

    quand un essais avec une WRC de pointe

  2. mer dit :

    Pour les rallyes importants (WRC, ERC et championnats de France) il faudrait que vous mettiez une rubrique « abandons » avec la liste des abandons et la raison.

  3. Jeff dit :

    Très belle perf’ en effet, la Finlande est un juge impitoyable pour évaluer le niveau réel des débutants! Mais attention à ne pas s’emballer et de relativiser un peu, on voit avec le p’tit Ciamin que le rallye est un sport très compliqué où l’expérience est fondamentale et où le vrai talent brut est encore primordial. Tant mieux d’ailleurs! Et en rallye, le plus dur est toujours de confirmer son potentiel. Rappelez vous de la Finlande 2012 : Thierry Neuville réalise le 3éme temps scratch de la première spéciale alors qu’il n’y avait jamais mis les pieds! Il termine la première étape à 9 sec de Loeb…des débuts stratosphériques qui prouvent son incroyable talent mais la 4éme place finale de Thierry sur la dernière édition prouve aussi que la barre est haute, très haute pour tous ceux qui rêvent d’ y accéder et qu’il est incroyablement difficile de gagner! Les perfs de Gilbert et Bonato, références hexagonales, situent un peu le niveau de difficulté! Gageons en tout cas qu’Yves sera prodiguer les bons conseils à son fils; bon vent à toi Pierre Louis!

  4. Jean Talus dit :

    Les temps étaient là oui… Mais bon, tonneaux au shakedown, une chance qu’il ai pu repartir, et sorti sur le rallye… Ça fait beaucoup quand même, qu’il continue à apprendre avant de vouloir rentrer du beau monde…

    • pierre dit :

      pas du tout d accord avec toi ! sortir en finlande n est pas une tarre !!! il a fait un super rallye , il a pris beaucoup d experience pour la suite

  5. quent42 dit :

    nos francais, aussi bon qu’ils soient, n’ont aucune chance à bord des ds3 r5 face au fiesta evo et fabia…on vois presque plus de ds3/208 en mondial, ce n’est pas pour rien,maintenant la réputation des autos est faite et le constat est sans appel, les 2 autos françaises ne sont tout simplement pas au niveau de la concurrence même après l’adoption des évolutions..

    • franck dit :

      Oui, c’est exact ! cela dit , les r5 Francaises sont de très bonnes autos qui deviennent fiables en plus…elle n’ont tout simplement pas de chance : la Fiesta et surtout la Fabia sont diaboliques !!! Il suffit de voir les chronos au milieu des wrc usine en Filande, ca fait peur !!! 😉

  6. patate dit :

    Qu il ce sorte de cette merde de ds3 r5 mais je souligne une très belle performance , j aimerais voir ce qu il va donner pour la suite mais c est sur qu il faut le surveiller car y a du talent