M.Buisson s’amuse en 106 S16



Après une expérience écourtée en 2011, Maxence Buisson a repris le volant d’une Peugeot 106 S16 A6 depuis 2014, évoluant à la fois en région Bourgogne Franche-Comté mais également sur quelques manches du championnat de France des rallyes.

Maxence-Buisson-Rallye-Antibes-2016-Nicolas-Millet

Cette année d’ailleurs, le pilote de la Saône-et-Loire a notamment découvert un rallye mythique avec l’Antibes et ses spéciales légendaires. Actuellement plongé une mauvaise spirale avec trois abandons en autant de rallyes, Maxence est longuement revenu sur son parcours en rallye mais également ses rêves au volant…

La saison 2016 de Maxence Buisson

RallyeTypeCopiloteVoitureGroupe/ClasseRésultatGroupeClasse
Vignes de RégniéRMenestrier YsatisPeugeot 106 S16A 628102
Lyon CharbonnièresCDFMenestrier YsatisPeugeot 106 S16A 63671
Antibes Côte d’AzurCDFMure JulienPeugeot 106 S16A 64961
Vins Mâcon2e divMure JulienPeugeot 106 S16A 61761
BrionnaisRMure JulienPeugeot 106 XSIA 5Abandon
BourgogneNMure JulienPeugeot 106 S16A 6Abandon
MatourRGomes TonyPeugeot 106 S16A 61661
SelNMure JulienPeugeot 106 S16A 6Abandon
Autun Sud MorvanNMenestrier YsatisPeugeot 106 S16A 6Abandon
SuranNMure JulienPeugeot 106 S16A6Abandon

Maxence, tu es pilote en rallye depuis 2011, comment as-tu débuté et pourquoi avoir choisi ce sport automobile ?

Bonjour et tout d’abord merci d’avoir pensé à moi pour cette interview. Depuis 2011, c’est un bien grand mot. J’ai voulu me lancer en rallye en 2011 à bord d’une 205 rallye N1, et au bout de 3 rallyes, je suis sorti assez violemment et je l’ai détruite.

Je suis revenu en mars 2014 derrière le volant de ma Peugeot 106 A6 toute fraîchement acquise à Antoine Margely.

Beaucoup de personnes « rêvent » de pratiquer ce sport, et j’en ai eu l’opportunité.
Mon oncle et mon père m’ont permis de baigner dans le domaine de l’automobile et du sport auto dès mon plus jeune âge, dans les années 90, j’ai donc dû attraper ce virus sans trop le savoir vu mon très jeune âge à l’époque.

Mais je pense que le déclic a eu lieu à l’adolescence quand mon père m’emmenait à 5 km de la maison voir le rallye des Vins de Mâcon.

Je me disais « Quand j’aurai le permis, pourquoi pas moi ? »

Et voilà…

Que retiens-tu de l’année 2015 où tu as participé à ta première finale à Samer dans le Pas-de Calais ?

C’était ma deuxième « vraie » saison derrière un volant, et je souhaitais me fixer un objectif pour me faire progresser. Nous avons donc visé une qualification à la Finale.

Même si cette saison restera dans ma mémoire, puisque l’objectif a été atteint et que nous avons vécu un rêve en participant à une Finale, elle fût compliqué sur la période Juin-Septembre à cause de soucis mécanique à répétition qui ont engendré une forte baisse de notre budget !
Mais au final, et malgré un abandon à Samer, je retiendrai que du positif de cette saison.

Une très belle évolution de notre part, la découverte d’une manche de championnat de France, et une participation à la Finale…
On ne peut pas trop se plaindre même si tout n’a pas été parfait.

2016, on te retrouve toujours au volant de la Peugeot 106 S16, quels résultats as-tu obtenu avec notamment Julien Mure, Ysatis Menestrier et Tony Gomes comme copilotes ?

Même si en ce début septembre j’ai l’impression de revivre la même série noire que l’été dernier (nous restons sur 3 abandons sur nos 3 derniers nationaux), 2016 reste quasiment parfait en termes de résultats :

2ème à Régnié-Durette, 1er au Lyon-Charbo, 1er à Antibes, 1er à Mâcon et 1er à Matour !

Mon meilleur souvenir reste notre victoire à Mâcon, le rallye de la maison, où l’on remporte la classe, associé à une magnifique 6ème place de groupe derrière WRC et S2000 et 17ème scratch.

Et ma plus grosse déception reste notre abandon au dernier rallye d’Autun alors que nous étions 6 ème au scratch et en bataille avec Jérémy Lanthermann pour la victoire de classe.

De plus, cet abandon (goujons de roues sectionnés) nous prive de participer à la Finale de Lunéville…

En ce qui concerne mes trois copilotes, que ça soit Julien, Ysatis ou Tony, je suis très reconnaissant de leurs travail. Malgré que l’on évolue dans un monde amateur, ils sont très professionnels dans leur façon d’aborder, préparer et gérer un rallye. Merci à eux !

Quels rallyes gardes-tu en mémoire et lequel est ton rallye préféré ?

Celui que je n’oublierai jamais, et qui restera le plus beau et surtout le plus dur auquel j’ai participé, c’est le rallye d’Antibes !

J’ai eu la chance d’y prendre le départ dans le cadre du Trophée Michelin. Un rallye d’homme avec des spéciales mythiques, et aussi dures les unes que les autres. Je n’ai jamais autant souffert physiquement que sur ce rallye. Mais quel bonheur !!

Egalement, le rallye des Vins Mâcon reste mon préféré car j’évolue au sein de mon Asa, devant la famille et nos sponsors et que l’on roule sur des spéciales situés dans un rayon de 25 km autour de la maison.

Le Lyon-Charbonnières reste aussi un de mes préférés.

Quels rallyes souhaites-tu faire à l’avenir et avec quelle auto ?

Un de mes plus grands souhaits serait de participer à l’intégralité du championnat de France dans le Trophée Michelin avec une voiture plus évolué que ma 106, comme une Clio R3 Max par exemple.

Après, mon rêve serait de participer au rallye des Vins de Mâcon au volant d’une vrai 306 maxi !

Mais là, ce n’est pas demain la veille…

Quels sont les différents partenaires qui sont à tes côtés et as-tu des personnes à remercier pour leur soutien ?

Je tiens à remercier tous mes partenaires : Domaine Papillon, Bourgogne Imprimerie, Mâcon Communication, Ongle Création, Style Paysage, mon préparateur G-Max Concept, mes deux copilotes , mes parents, ma famille, les copains…etc, grâce à tous ces gens-là, nous avons la chance de pratiquer la plus belle des passions !

Merci à eux tous !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *