Al-Attiyah : « La voiture va bien »



Leader de l’épreuve après sa victoire sur la courte première étape, le Qatari a néanmoins connu une alerte quand le moteur de son Toyota Hilux a commencé à prendre feu à 10 kilomètres de l’arrivée.

« À une dizaine de kilomètres de l’arrivée, nous avons senti de la fumée, du côté du siège de Matthieu (Baumel, son copilote), avec un peu de feu. Nous avons ralenti pour finir l’étape et à l’arrivée nous avons pu l’éteindre. »

Remorqué par son coéquipier Giniel De Villiers, sur la liaison jusqu’à l’arrivée de l’étape en Argentine, Nasser Al-Attiyah a pu ramener son Toyota Hilux à l’assistance où le problème a été rapidement identifié.

« C’est de l’huile d’un raccord qui est arrivé sur le pot d’échappement. Rien de spécial. » a confirmé Jean-Marc Fortin, le patron du l’équipe OverDrive.

Vainqueur de la première spéciale, le Qatari aura donc la lourde tâche d’ouvrir la route sur les 275 kilomètres de l’étape du jour.

« La voiture et le moteur sont ok. C’est plutôt bien que ça arrive sur une journée comme celle là, c’était une courte spéciale. On a gagné la spéciale, c’est une bonne chose. On va essayer de gagner encore demain. Gagner pour ouvrir la route, c’était ma décision. J’ai confiance en Matthieu qui va encore faire du bon travail. Si on gagne la deuxième spéciale, ce sera bien, sinon, ce sera bien pour les jours suivants. » a conclu le pilote du Team OverDrive.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Denis dit :

    Pourvu que cela tienne !
    Après les déboires de De Villiers et, la limaille d’alu. retrouvée dans le collecteur d’admission avant même le départ et,
    cette bévue sur une 2éme Toyota (sur 3), je suis perplexe.
    Ce ne sont que des détails mais, un Dakar peut se perdre à cause d’une pièce défaillante dont le coût est de 5/10€.
    Pendant ce temps, les concurrents n’ont semble t-il connu aucun problème technique et, il reste beaucoup à parcourir…