Benne : « J’ai pris goût au champ. de France »



Après des débuts en Citroën Saxo F213 sur les rallyes de sa région Midi-Pyréennes, Patrick Benne est passé avec succès à une Citroën DS3 R3T depuis 2013, tout en goûtant au championnat de France.

Interview-Patrick-Benne-DS3-R3T

Aligné en championnat de France des rallyes sur des rallyes tels que le Rouergue, les Cévennes, le Var, l’Antibes ou encore le Limousin, le pilote tarnais a même participé au Tour de Corse 2015, manche du championnat du monde des rallyes.

Cette saison, Patrick Benne s’est notamment illustré au Val d’Agout puis à la Montagne Noire avec deux victoires de classe R3 et des places dans le top 6 scratch.

Patrick, comment as-tu commencé en rallye et pourquoi ?

Bonjour à tous, voir le Critérium des Cévennes, le rallye des Garrigues, la Ronde Cévenole, plus les rallyes de ma région, depuis tout jeune, forcément ça démange. Puis on mûri, on se pose et un beau jour, je me suis dit pourquoi ne pas monter une auto… On m’a donné une Citroën Saxo, j’ai fait le tour des casses auto pour récupérer des pièces, casser la tirelire pour les spécifiques et l’aventure est parti…

Quels souvenirs gardes-tu des saisons avec la Citroën Saxo VTS ?

D’excellents souvenirs, tout d’abord pour la découverte de l’intérieur de la compétition, le premier départ à l’Espinouse 2007, puis côté humain par de superbes rencontres avec des personnes qui sont devenues de « Vrai Amis ».

Ensuite pour le plaisir pris à son bord, petit à petit, on l’a faîte évoluer ainsi que mon pilotage pour s’approcher des meilleurs de la classe, pour l’emporter parfois, réalisé de bonnes places au scratch, avec même un podium scratch au Rallye du Thoré en 2009….

En 2013 avec Rudy Galinier à tes côtés, tu découvres la DS3 R3T, que penses-tu de ce véhicule et pourquoi avoir choisi ce modèle pour le rallye ?

Tout d’abord, j’ai fait un intermédiaire court en Citroën C2 F2/13 en 2012, une belle machine montée dans le garage, uniquement sur 2 rallyes puisqu’une opération du dos m’as contraint de m’en séparer… à ce moment là je pensais que je ne reviendrai que lorsque je pourrai acquérir une Clio R3, le « pan pan » me faisant toujours rêver….et là on me propose cette DS3 R3T, un coup de cœur pour la ligne mais pas pour le moteur sur le coup, puis j’épluche un peu tout les avis et je me dis : je tente le pari.

Pour moi, la DS3 possède de supers atouts : un châssis d’enfer, une magique palette au volant.Au début le moteur est un peu dur a exploiter par habitude des atmos mais après cela s’avère plaisant, juste un point négatif que sont les freins sur les longues spéciales à cause du bang.

Pour moi, elle a un coût performance/plaisir/fiabilité excellent.

Saison 2014 avec des résultats satisfaisants, qu’as-tu pensé de tes rallyes en DS3 R3T ?

En 2014, deux superbes épreuves dans la région que sont le Val d’Agout et mon rallye de cœur la Montagne Noire avec une 2eme place scratch pour le premier cité, certes loin des temps de Philippe Corneau mais content de notre apprentissage à bord de la DS, et une 9eme place à domicile avec une grosse lutte contre les Clio de la coupe aux mains de Reydellet et Berard.

Entre les deux épreuves, une première apparition pour nous en Trophée Michelin à l’Antibes avec quelques problèmes de freins.

Puis un souci de santé me contraint de déclarer forfait aux Cévennes.

Pour récupérer notre prime acquise à l’Antibes, on décide d’aller au rallye du Var, en petite forme, dans cette édition courue sous de gros déluge, cela restera une épreuve à oublier qui clôture ainsi 2014.

La saison suivante sera chargée avec pas moins de 9 rallyes dont deux avec le « regretté » Julien Laffitte, quel est ton bilan au niveau des résultats ?

Julien, qui par « intérim « ,a occupé par deux fois le baquet de droite, je garderai ce souvenir d’un gars simple et surtout hyper passionné. Je n’ai vraiment pas de mot pour décrire comme la vie est injuste dans ces moments-là et encore plus à cet âge là…

Pour mon bilan sportif, cela a commencé par mon premier temps scratch lors du magnifique rallye du Vallon de Marcillac , puis de super temps au Vallespir avant la pluie et un mauvais choix de pneu, un nouveau podium scratch au Val d’Agout (3eme), une belle 6eme place au Pays Viganais avant de rejoindre le trophée Michelin au Rouergue et de s’offrir avec Laurent Cambus une belle 10eme place au général.

A la maison, à la Montagne Noire, une petite déception de perdre contre Benoît Vaillant à cause d’un long arrêt de course dans la spéciale 1 en partant sous un gros orage qui ne nous a vraiment pas arrangé (44eme temps dans cette ES…) pour revenir 8eme au final du rallye.

Ensuite, comment ne pas retenir ce super souvenir offert par les amis, la famille et le coup de main de nos partenaires pour participer à un rêve, une manche en Mondial et pas n’importe laquelle : pour son retour en WRC, le mythique Tour de Corse.

Endurci par les conditions dantesques les premiers jours, puis un boulon à 2 euros cassé dans la plus longue spéciale, accompagné d’une bonne partie de mécanique, n’ont pas empêché de verser une larme une fois la dernière ligne franchie, cela restera un excellent souvenir.

Ensuite une belle 10eme place aux Cévennes avec la Cadière où Julien Laffitte habitait, je le vois encore serrer des mains partout d’où son surnom, le Maire de la Cadière .

Une malheureuse sortie de route au rallye du Var termine cette saison.

Cette année on te retrouve toujours à La Montagne Noire mais aussi au Limousin et au Rouergue, est-ce que tu apprécies ces épreuves de championnat de France ?

Maintenant que j’y ai gouté, je dirais que j’ai vraiment du mal à m’en passer !!!

Avec les primes du trophée Michelin cela permet de boucler notre budget pour participer à la prochaine manche et ainsi de suite, après le format est discutable pour des amateurs comme nous mais quitte à faire moins d’épreuves, je préfère. L’ambiance est bonne, on a de grosses références et l’encadrement est de qualité.

Quels sont tes projets pour 2017 ? As-tu des partenaires et personnes à remercier ?

Participer à des manches du championnat dans le cadre du trophée Michelin plus les deux épreuves incontournables dans ma région (Val d’Agout et Montagne Noire) avec Benoit Gay mon copilote.

Bien sûr qu’on a beaucoup de personnes à remercier, d’ailleurs j’espère ne pas en oublier.

Tout d’abord nos partenaires qui nous soutiennent chacun à leur manière:

Méca 6, Yacco, Phitéo enseignes, Kryate, Café de la Paix à Mazamet, Tpmn, Turbo Abp, Hair du temps, Thérapie Gourmande, Garage Benne Frères Eurorepar Car Service…

Aux amis, à la famille, à mes amours présent aux assistances et tout ce qui nous soutienne de prés ou de loin.

A tous les spectateurs, photographes, vidéastes, commissaires, officiels et ceux que j’oublie pour l’amour de notre sport.

Puis un grand merci à vous passionné sur votre excellent site internet.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *