Patrice Fabre, objectif finale 2017



La cinquantaine passée, Patrice Fabre s’est lancé un nouveau défi avec l’objectif de se qualifier pour la finale des rallyes 2017 à la Sainte-Baume.

Le mois dernier, le pilote Peugeot a démarré sa saison avec un premier podium scratch au rallye national du Saintonge. L’occasion était belle pour rencontrer Fabrice et retracer une partie de sa carrière, mais également évoquer ses projets pour la saison à venir.

Carte d’identité

Nom : Patrice Fabre
Age : 51 ans
Région : PACA
Voiture : Peugeot 208 T16
Début en rallye : 1985 en Peugeot 205 GTI GrN au Rallye de la Bauxite
Copilote : Pas de copilote fixe

Avant de parler de ta saison 2016 et de tes projets 2017, revenons sur tes débuts en rallye en 1985. D’où te vient cette passion pour ce sport mécanique ?

« La passion du sport automobile m’a été transmise par mon oncle quand j’étais ado. Il me faisait partager son amour du sport automobile en m’emmenant sur des rallyes comme le Monte Carlo, le Var ou encore les Mille Pistes. A cette époque j’habitais dans le Var, tout près des spéciales du Rallye de la Bauxite. Je me suis dit « Un jour je ferai du rallye ». L’année suivante j’étais au départ de ce même rallye avec mon ami Richard (mon copilote pendant des années et qui est malheureusement décédé l’année dernière) dans une 205 GTI Groupe N. Je me souviens d’une spéciale où il pleuvait des trombes d’eau, nous avons réalisé un 2ème temps scratch. Au final nous avons remporté le N3 et surtout découvert une passion qui ne nous a plus jamais quitté. »

Rallye_de_Saintonge_2016_Patrice_Fabre_Peugeot_208_T16-7482

Que retiens-tu de tes expériences en formule de promotion et quel regard portes-tu sur les coupes actuelles comme la 208 Rally Cup et le Citroën Racing Trophy ?

« A mon époque (ça ne rajeunit pas de dire ça), je roulais avec une Renault 5 GT Turbo en Challenge Renault Diac (régional), puis surtout en Coupe Renault Sport toujours avec la R5 GT Turbo. Tout le monde se battait comme des chiffonniers ! Nous pouvions accéder au statut de pilote officiel à des coûts maitrisés. Le niveau était à l’époque déjà très relevé, mais l’entente entre nous était excellente. Je me suis liée d’amitié avec un de mes concurrents directs notamment Sylvain Polo lors de ces années, notre amitié perdure encore aujourd’hui. C’est dire si l’entente était bonne !

Je trouve que les jeunes en formule de promotion ont de la chance d’évoluer aussi bien sur l’asphalte que sur la terre. Vue de l’extérieur, cela me paraît très professionnel, peut être trop !
Certains jeunes pilotes ont beaucoup de talent mais la plupart ne savent pas se vendre pour trouver des budgets et évoluer dans ce sport. Le sport automobile actuel ne demande pas uniquement d’avoir un bon coup de volant, il faut également savoir se vendre, monter de réels projets avec ses partenaires. Tout baser sur les résultats n’est plus la solution. »

Depuis 2003, tu roules avec des autos prestigieuses telles que la Saxo KC, 306 Maxi, 207 S2000 ou encore la 208 T16 dernièrement. Si tu devais choisir une seule voiture parmi cette liste, laquelle aurait ta préférence et pourquoi ?

« Sans hésitation possible, la 306 Maxi ! C’est une auto exceptionnelle, l’univers intérieur de cette voiture me faisait vibrer. Tout y est, le bruit, les freins, le châssis, le moteur … j’avais en plus la chance de rouler avec une ex-Panizzi. Je me souviens de certaines spéciales où un sourire s’imprimait sur mon visage petit à petit au fil des kilomètres, entre la cellule d’arrivée et le point stop, je prenais conscience de la chance que j’avais d’être à son volant. La 306 Maxi a encore aujourd’hui une côte de popularité très élevée auprès des spectateurs et je comprends pourquoi ! »

Rallye_de_Saintonge_2016_Patrice_Fabre_Peugeot_208_T16-7932

En 2016, tu devais démarrer ta saison au Sainte-Baume avant de continuer à la Giraglia au volant d’une 208 T16 de l’équipe Delta Rally. Malheureusement, et ce sur chaque rallye, ta voiture a refusé de démarrer avant le départ. La déception devait être immense j’imagine ?

« Oui, effectivement la déception fut grande, un sentiment de frustration de ne pas pouvoir prendre le départ alors que tout est préparé depuis des semaines. J’étais doublement déçu pour mes partenaires, j’essaie de faire les choses du mieux possible pour les représenter. Quand je me suis retrouvé face à cette 208 qui refusait de démarrer, un sentiment d’impuissance m’a envahi. Pour le Rallye de la Sainte Baume, l’équipe avait récupéré la voiture la semaine auparavant, je sais que le sport automobile n’est pas une science exacte, je me suis dit qu’ils avaient droit à une seconde chance pour le Rallye de Giraglia.
Lorsque l’auto a refusé de démarrer une seconde fois dés le shakedown en Corse, j’ai compris de suite que c’était fichu. Ce team mise trop sur le facteur « chance ». En rallye, il faut de la chance, c’est certain, mais il faut aussi s’avoir s’entourer des bonnes personnes. En Corse, je me suis aperçu que je m’étais trompé. Mais je ne suis pas rancunier, lorsque les gens sont de bonne foi. »

Au Saintonge début juillet, te voilà enfin au départ pour un premier rallye en 208 T16. A la clé, une belle troisième place derrière les locaux Longépé et Terrière. Quel bilan fais-tu de ce rallye et de cette voiture ?

« Le bilan est très positif ! Un podium pour ma première avec la 208 T16, je suis très satisfait. Le Rallye de Saintonge est très différent des rallyes de chez moi (Sud Est de la France), c’est du très très rapide sans relief. Le rythme des notes à une importance capitale surtout la nuit, elles doivent tomber pile au bon moment. Concernant la voiture, je me suis tout de suite senti à mon aise, l’équipe CALM Competició a fait preuve d’un grand professionnalisme et de sympathie, le courant est tout de suite passé entre nous. Avec Julien Matteo mon copilote, nous avons réussi à améliorer les temps au fil des spéciales, nous avons commis quelques petites bêtises de nuit mais si tous les rallyes pouvaient se passer comme ça, je signe !!! »

Et maintenant, quel est ton programme pour la fin d’année et tes objectifs à plus long terme ?

« L’objectif à partir du prochain rallye sera de se qualifier pour la finale de la Coupe de France 2017 qui aura lieu à Marseille. C’est la ville dans laquelle j’ai grandi et en plus j’aime beaucoup les spéciales ! Pour cela, je serai au départ du Rallye de Sarrians avec la 208 T16 de CALM Competició. Je continuerai mon programme en participant soit au Rallye du Haut Pays Niçois soit du Rallye Mistral. Ma dernière manche de la saison 2016 sera soit en Corse pour le magnifique Rallye de Balagne au volant de la 207 Super 2000 de Drakko Sport soit le RallyCircuit.
Je souhaiterai vraiment participer au RallyCircuit qui a lieu sur le Circuit du Castellet. Cette épreuve semble être taillée pour réaliser une opération avec tous mes partenaires. Malheureusement, elle tombe le même week-end que le Rallye de Balagne et elle ne faisait pas partie de mon budget initial. Je suis en train actuellement de réfléchir pour trouver la meilleure solution.
En 2017, je vais participer à quelques manches du Championnat de France 2ème division. Je participerai surement à d’autres rallyes mais une fois de plus, cela dépendra des disponibilités et du budget.
Sur un plan à plus long terme, je souhaite continuer à faire du rallye dans ces conditions en gardant la tête froide comme je l’ai toujours fait. Je souhaiterai quand même un jour pouvoir rouler dans une WRC et pourquoi pas m’essayer à la terre. »

Rallye_de_Saintonge_2016_Cara_V2-7726

Enfin, nous ne pouvons pas terminer cette interview sans parler d’un de tes sponsors, Marc Dorcel. Comment s’est établi ce partenariat ? »

« On me parle souvent de lui ! Avant tout, cela me confirme que l’idée d’emmener le monde du charme et du X dans le rallye était une bonne idée !
Ce partenariat s’est établi en 2011, j’ai eu la chance de rencontrer Marc Dorcel (le fondateur), nous avons beaucoup discuté sur un possible partenariat. Marc Dorcel m’a mis en relation avec son attaché de presse et notre collaboration est partie de là.
Nous avons aujourd’hui le recul pour affirmer que notre pari est payant, la ferveur des spectateurs, des autres concurrents et des organisateurs est immédiate à chaque rallye où je participe.
Nous essayons également de monter des actions de communication comme par exemple au Rallye de Saintonge où l’actrice Cara Saint Germain est venue représenter Marc Dorcel. Un concours sur un simulateur de pilotage Ellip6 était également organisé. Sans rien vous cacher, rouler avec de superbes voitures accompagnées par des filles magnifiques n’est pas des plus désagréable !!!
Je collabore également depuis cette année avec l’agence de communication spécialisée dans le sport automobile Racing Management. Cette agence s’occupe de créer mes contenus média et d’assurer ma visibilité mais également de m’épauler dans les actions de communication que je mets en place. Une partie de mon budget est exclusivement consacré à la communication, quitte à faire une course de moins. Ce pôle de dépense est essentiel pour moi.

Je profite de cet article pour remercier bien évidemment Marc Dorcel pour sa confiance, merci également à mes autres partenaires Capitole Studio, Intermarché Avignon, Panoaix, l’Hôtel de l’Arbois sans oublier Peter McLane, artiste de talent qui réalise de magnifiques œuvres sur les capots de mes voitures. Merci également à Rallye Sport pour cet article et rendez-vous à Sarrians dans le Vaucluse le 29 et 30 octobre. »




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Polo dit :

    Très bon commentaire sur ta carrière très belle déco de la voiture Bonne chance pour la suite de ton programme

  2. Kmarco dit :

    Bravo, un pilote ouvert d’esprit et sérieux dans son engagement du sport auto.
    Un vrai bon amateur qui ne cherche pas à être champion du monde!