Q.Gilbert : « Une auto pas à la hauteur »



Titré en JWRC l’an passé, Quentin Gilbert avait l’occasion de s’exprimer en WRC-2 cette année au volant d’une Citroën DS3 R5. Modeste onzième au championnat, le pilote vosgien a « sauvé » sa saison en remportant le Citroën WRC2 Ultimate Challenge, compétition lui offrant le volant d’une DS3 WRC lors du dernier rallye du Pays de Galles.

Interview-Quentin-Gilbert-Saison-2016

En cette fin de saison, l’occasion était belle de retrouver Quentin pour une interview, et faire un point sur cette année mitigée mais riche en expérience.

Quentin, toujours accompagné par Renaud Jamoul, quel bilan fais-tu de ta saison 2016 avec la DS3 R5 et la DS3 WRC ?

« Ça n’as pas été la saison espérée, après s’être relancé en 2015 avec notre titre de champion du monde junior, on attendait beaucoup de cette saison, après un bon début au Monte Carlo, (3eme WRC2), la suite à été beaucoup plus compliquée, notamment à cause de problèmes techniques sur notre DS3 R5, malgré un travail formidable de l’équipe Belge DG Sport.

Heureusement, on a quand même remporté le Citroën WRC2 Ultimate Challenge, mis en place par Citroën Racing. On a donc eu la mega chance de participer au Wales Rally GB avec la DS3 WRC, au sein du Abu Dhabi World Rally Team. Ça a été une expérience inoubliable, un rêve de gosse qui s’est réalisé, tout s’est parfaitement déroulé et c’était top d’avoir pu clôturer notre saison en WRC comme ça. Donc le bilan n’est pas si négatif quand même, on a juste manqué de chance cette saison. »

Après un Monte-Carlo réussi donc, les trois épreuves suivantes ont été difficiles, que pensais-tu à ce moment là ?

On se rend compte que l’auto n’est pas à la hauteur face à la concurrence, qu’on perd toute chance de bien figurer au championnat, à ce moment-là de la saison on aborde les rallyes différemment et on se concentre uniquement sur le Citroën WRC2 Ultimate Challenge.

En Finlande, on te retrouve 5eme du WRC2, comment s’est déroulé cette épreuve anciennement appelée « le rallye des 1000 Lacs » ?

« Comme toujours on se régale sur ces routes Finlandaises, avec ses sauts et les grandes dérives à haute vitesse, c’est le pied. Malheureusement, la semaine va mal commencer, car pendant la séance d’essais, la voiture ne veut pas démarrer à cause d’un problème électrique et on perd quasiment 3h avant de pouvoir rouler, on en profite pour aller voir les Skoda usines qui roulaient sur la même base, impressionnant, du coup on a pas pu travailler et tester comme prévu. Pendant la course on se bagarre un peu avec les réglages, on change et on teste pas mal de choses, le rallye se passe bien mais je n’arrive pas à conduire comme je le voudrais, finalement on remonte au classement et on fini dans le top 5 et 1er PSA, des points importants acquis pour le Citroën WRC2 Ultimate Challenge. »

Abandon ensuite en Allemagne et au Mont-Blanc en championnat de France, que s’est-il passé sur ces deux épreuves ?

En Allemagne je perds l’arrière dans une cuvette avec une légère compression, on pense avoir pris les butées hydrauliques au niveau des amortisseurs arrière, au vu des vidéos extérieures et embarquées, je ne pense pas être rentré trop vite, on avait pourtant bien fait attention à cet endroit pendant les reconnaissances, je savais qu’il fallait y faire attention, sur le coup on a vraiment pas compris ce qui venait d’arriver avec Renaud. On était dégouté de devoir abandonner si tôt dans le rallye.

Au Mont Blanc on était en bagarre pour la deuxième place avec Lionel Baud, on vivait un super week end, je prenais beaucoup de plaisir au volant de la DS3 R5 du team EASY RALLY, jusqu’à cette avant-dernière spéciale, où on perd la courroie qui entraîne la pompe de direction assistée, juste avant un léger droite à fond, en 5eme vitesse. Je n’arrive donc pas à tourner et on va taper un talus, les deux jantes du coté gauche sont cassées, on doit abandonner. »

Qu’est-ce que tu as pensé du parcours du Tour de Corse ?

« J’ai bien aimé le parcours, ça ne me dérange pas de faire des longs chronos comme ça, c’est un peu plus long en recos, surtout en Corse où ça tourne tout le temps.

Pour être honnête, je préfère malgré tout un découpage plus traditionnel, avec 15 à 20 ES n’excédant pas 25 à 30 kilomètres, et où l’on passe 3 fois à l’assistance dans la journée. »

Vainqueur du challenge mis en place par Citroën Racing, tu prends le départ du Wales Rally en Grande-Bretagne au volant de la DS3 WRC,comment as-tu vécu cette manche au sein de l’élite mondiale ?

« C’est un rêve de gosse qui devenait réalité, c’est à ce jour la plus belle opportunité que j’ai eu.

Tout à commencer le vendredi de la semaine précédant le rallye. On a pu aller avec Renaud chez PH Sport pour rencontrer l’équipe, faire les installations dans la voiture, les explications, interventions technique, changements de roues et un petit déverminage sur leur piste d’essais, une journée essentielle avant de partir au rallye.

On a pu découvrir vraiment la voiture lors d’une séance d’essais le lundi avant les reconnaissances, on a pu rouler dans différentes conditions météo, pour terminer dans la boues sous des trombes d’eau. La base était vraiment sympa et représentative du rallye, je me souviendrais longtemps des premiers kilomètres derrière le volant de cette WRC.

Les recos se passe bien, on a une bonne Mistu de recos, une équipe d’assistance au top, Jean Paul Chiaroni, dit Coco, au petit soin avec tous les équipages, on est dans les meilleurs dispositions pour pouvoir travailler.

Les 3 jours de courses se passe comme prévu, on respecte les objectifs, le plan qu’on s’est fixé avec l’équipe. On ne prend pas de risques, c’est facile de faire une erreur dans ces conditions, ça glisse beaucoup, il broussine fort, il y a du brouillard épais dans certaines spéciales, on ne peut pas se permettre la moindre erreur.

Au final le bilan est positif, on a bien progressé au fur et à mesure des kilomètres, on fini à 1 sec au km de Seb Ogier, c’est vraiment encourageant, toute l’équipe est satisfaite du travail fourni par Renaud et moi, et nous sommes super fiers d’avoir pu participer à ce rallye avec cette équipe. »

Quels sont tes projets pour 2017 et as-tu des personnes à remercier ainsi que des partenaires pour cette saison en mondiale ?

« Pour le moment, je ne connais pas encore mon programme, la saison est tout juste terminée, on voit quelle serait la meilleure option pour nous l’année prochaine.

J’aimerais remercier en premier lieu Armando Pereira, sans qui je n’aurais pu en arriver là et participer au Wales Rally GB, l’équipe DG Sport d’Alain Georges pour leur super travail, Yves Matton et ses collaborateurs pour leur soutien tout au long de cette saison, Score Management pour le coté sponsoring, mon préparateur physique Jean Patrick Nazon, mes fidèles sponsors (XTREME DRIVE, CREA’DIF, MAT IMMO BEAUNE, SUPER U Chatenois…), mes parents toujours présent, ma familles et mes amis pour leur énorme soutien et tout le monde sur les réseaux sociaux pour leur soutien pendant les courses.

Merci également à Rallye-sport.fr pour cette interview. »




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. sebenfer dit :

    La DS3 R5 a détruit Chardonnet, elle est en passe de détruire Gilbert. Breen semble heureusement échapper à sa cousine de chez Peugeot

  2. achve dit :

    L’auto(DS3) n’est pas à la hauteur(notamment des skoda) tout est dit!!

    • MrM dit :

      Quand on voit ce qu’il a fait de la DS3 WRC en Grande Bretagne,, ou de la DS3 WRC au Rouergue… C’est que lui non plus n’est pas à la hauteur. Il a un talent, certes, mais n’iras pas au dela de ce qu’il a fait. Ce qui est déjà beaucoup.

      • gtv6 dit :

        Et chardonnet est encore moins bon , tout comme Giordano !
        Deux bon pilotes mais a des années lumière du niveau mondial !

        • DAV38 dit :

          +1 c’est le plus rapide des 3

          • gtv6 dit :

            Chardonnet a quasiment disparu cette année , et Giordano c’est rabatu sur la coupe de france . Parmis ces trois pilotes , seul Gilbert a continué de rouler a haut niveau cette saison…

    • Jekyll73 dit :

      « l’auto n’est pas à la hauteur » certes elle est bien en dessous des autres R5…par contre pas dit que Q.Gilbert soit a la hauteur des autres pilotes DS3 (Bonato, Loubet, Bouffier…)