Quentin Gilbert face au défi gallois



Quatre ans après ses débuts en championnat du monde des rallyes au volant d’une Citroën DS3 R3, Quentin Gilbert goûtera pour la première fois à la catégorie reine du WRC la semaine prochaine au Pays de Galles.

gilbert1

Si le pilote châtenois a déjà piloté une Citroën DS3 WRC sur asphalte (au Rouergue 2014), la découverte sur terre s’annonce bien différente.

« J’ai hâte de découvrir ça et de disputer cette épreuve ! J’ai déjà roulé deux fois dans une WRC mais en Championnat de France, ce sera complètement différent ici. Je suis très heureux d’avoir cette opportunité lors d’un rallye comme celui-ci, que j’apprécie énormément ; le parcours, l’ambiance, les conditions difficiles, tout me plait. Ça fait quatre ans que je roule en Championnat du Monde et, même si c’est ma première fois en WRC dans ce contexte, j’ai mes repères et je n’ai pas tout à découvrir. »

Au volant d’une DS3, Quentin ne débarquera donc pas totalement dans l’inconnu et la séance d’essais programmée lundi prochain en Grande-Bretagne sera forcément primordiale.

« Le fait d’avoir déjà roulé dans une WRC va quand même m’aider, je sais à quoi m’attendre en termes de puissance, de freinage. Et Citroën fait tout pour me faciliter la tâche, en faisant en sorte que je n’ai qu’à me concentrer sur le pilotage. Après le déverminage et le travail d’installation dans la DS 3 WRC, la séance d’essais du lundi nous aura permis d’être vraiment à l’aise. Ceci va nous aider à pouvoir nous mettre rapidement dans le rythme de la compétition et faire l’apprentissage très rapidement.

On s’attend évidemment à ne pas rivaliser avec les meilleurs, c’est normal ; ils ont bien plus d’expérience et ont roulé toute l’année en WRC. De mon côté, le plus important est de progresser au fur et à mesure du rallye et de terminer le plus proche possible lors des dernières spéciales. J’ai envie de voir ce que l’on peut donner face à des pilotes de notre génération, avec lesquels nous n’avons fait que nous croiser, sans jamais rouler dans les mêmes catégories. »

Pour préparer et réussir le « plus grand défi de sa carrière », le pilote vosgien a mis toutes les chances de son côté : « J’essaie d’avoir une approche différente : j’intensifie ma préparation physique, je regarde beaucoup de vidéos, je prends conseils auprès de personnes d’expérience, j’emmagasine le maximum d’informations pour être prêt à relever le défi. Je remercie encore une fois Citroën Racing de m’offrir cette incroyable opportunité, que j’espère faire fructifier. Aux yeux de beaucoup de monde, c’est le rallye le plus difficile de l’année ; me concernant, j’espère que ce sera le plus beau. »




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Kaizer Sauzée dit :

    1 seul objectif : rester sur la « route » !!!

  2. Thy dit :

    Si on a la chance d’assister à un vrai RAC , avec de la pluie , du brouillard et de la boue ,
    Je souhaite bon courage a Quentin Gilbert pour se lancer en mondial au volant d’une WRC . IL a sans aucun doute les capacités de bien figurer , même si ca risque de ne pas être facile , sur l’un des rallyes les plus piegeux du championnat ..
    Alors bonne chance , et bon courage !