Un premier succès pour Berthelot



Depuis 2007 et ses débuts dans le baquet de gauche, Eddy Barthelot varie les plaisirs en Coupe de France : Clio RS N3, C2 R2 Max, BMW 318 Compact et enfin Mitsubishi Lancer Evo IX R4.

Déjà auteur de podiums scratchs avec la C2 et la BMW, le pilote marnais vient de remporter sa première victoire lors du rallye de Fourmies-en-Avesnois le week-end dernier. L’occasion était belle pour évoquer son parcours en rallye et notamment ce premier succès en Coupe de France.

Carte d’identité

  • Nom : Eddy Berthelot
  • Région : Champagne-Ardenne
  • Voiture : Mitsubishi Lancer Evo 9 R4
  • Début en rallye : 2005 (copilote), 2007 (pilote) en Renault Clio RS N3
  • Copilote(s) : Stéphane Delaunay, Ludovic Varlet, François Richard
  • Page Facebook : https://www.facebook.com/Team-Joy-Racing-299683731680/

Avant de parler de tes dernières performances, revenons sur tes débuts dans le baquet de gauche en 2007. Es-tu un passionné de la première heure ? Comment es-tu arrivé dans ce sport ?

Je suis issu d’une famille passionnée de sport automobile dans laquelle personne n’avait vraiment pu concrétiser son envie de faire du rallye. Depuis mon plus jeune âge je regardais le rallye des vins de Champagne passer devant la maison.

C’est en fait avec mon co-pilote actuel, Stéphane Delaunay que les choses ont démarré puisque dans les années 2004-2005, je lui faisais l’assistance sur une AX F2012 achetée avec un ami. Ils m’ont par la suite fait gouter au baquet de droite pour la première fois au rallye du Thiérarche. Les années suivantes j’ai co-piloté plusieurs pilotes en dépannage et j’ai ainsi fais la connaissance de Ludovic Varlet qui roulait avec la clio F2014. Fin 2006, Ludovic m’a fait acheter une clio RS N3 pour débuter en tant que pilote pour la saison 2007.

Après une première année d’apprentissage, tu alignes les podiums de classe N3 l’année suivante en 2008. Déjà une belle satisfaction pour toi ou tu avais déjà en tête de faire mieux ?

Mes débuts avec la Clio me semblaient satisfaisants, c’était pour moi l’occasion d’apprendre mais je me suis vite rendu compte que j’aurai vite envie d’évoluer par la suite.

De 2009 à 2011, tu évolues au volant d’une Citroën C2 R2 Max et de beaux résultats sont à la clé avec notamment plusieurs top 10 et un podium scratch, déjà au rallye de Fourmies en Avesnois. Quels souvenirs gardes-tu de cette auto ?

La C2R2 MAX était une formidable auto qui m’ a fait beaucoup progresser. Je me sentais vraiment bien dans cette petite auto d’usine.

La suite, c’est une BMW 318 Compact avec malheureusement pour toi, une année noire en 2014 (5 abandons en 6 rallyes), malgré une jolie deuxième place à la Ville de Vervins. Une cascade d’abandons sans doute difficile à vivre pour toi ?

L’année 2014 avec beaucoup d’abandons mécaniques avec la BMW a été très compliqué, tant moralement que financièrement. Dommage car c’était vraiment une auto avec laquelle je prenais énormément de plaisir.

Mi-2015, tu passes à une Mitsubishi Lancer Evo IX R4 et les premiers résultats arrivent rapidement avec notamment une quatrième place au Fourmies. Un an plus tard, ce rallye te réussit encore une fois, avec à la clé, une première victoire scratch. Face à toi pourtant, tu retrouvais notamment Yves Saint-Requier le tenant du titre en S2000 et deux R5. Au départ, quel était ton objectif ?

Par rapport au rallye de Fourmies de cette année, c’était dans un premier temps compliqué d’y participer mon co-pilote Stéphane Delaunay étant indisponible pour cause de moisson, François Richard qui m’avait co-piloté l’an dernier était engagé avec moi mais s’est cassé le pied 3 semaines avant l’épreuve, c’est donc Ludovic Varlet qui accepta de me co-piloter. Vu le plateau, nous n’avions pas pour objectif de gagner le rallye, nous avions espoir de nous rapprocher du top 5 car j’aime vraiment ce type de spéciales. 

Tu as notamment signé une fin de rallye impressionnante avec 3 scratchs. Quelle a été la clé de ce succès ? La confiance ?

Plusieurs choses ont favorisé et aidé à notre réussite : une super entente avec Ludo, une auto bien préparée, et un parcours qui me plait beaucoup avec des spéciales rapides, bosselées et à l’aveugle. Pour la dernière boucle, les encouragements d’un grand nombre de personnes, amis, supporters et concurrents m’ont énormément motivé.

Enfin, quel est ton programme pour la fin d’année ? Est-ce qu’une participation à la finale est envisagée ?

Normalement nous n’allons plus beaucoup rouler cette année et l’année relativement compliquée au vu de ma profession ne nous a pas permis d’effectuer suffisamment de rallyes pour envisager participer à la finale.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. chris dit :

    Bravo Eddy, belle progression.
    Même depuis l’Argentine, je jete toujours un oeil sur les rallyes auxquels tu participes. Toutes mes amitiés à la famille Berthelot !