Un retour remarqué pour Jérémi Ancian



Depuis novembre 2013 et une participation au Var avec Peugeot Rally Academy, Jérémi Ancian n’avait pas remis les pieds en championnat de France des Rallyes.

Il y a deux semaines, le vainqueur du volant Peugeot 2012 était en effet au départ du Var au volant d’une Ford Fiesta R5 de l’équipe Minerva. Auteur d’un très bon début de course avec une sixième place provisoire grâce notamment à un deuxième temps (ES4), le pilote de l’Ain a été contrait à l’abandon à cause d’un problème mécanique.

En cette fin d’année, Jérémi revient avec nous sur cette participation et plus globalement son année marquée par une victoire au rallye Ain Jura.

Jérémi, depuis trois ans on te voit très peu rouler en rallye, pourquoi ? Est-ce que cela pourrait évoluer dans le bon sens dans le futur ?

“Après ma dernière saison avec Peugeot en ERC, je n’ai pas eu de suite à mon programme. J’ai trouvé cela un peu injuste car nous avions montré de belles choses face à notre coéquipier Craig Breen. Notamment au Valais où sans l’erreur de pointage nous aurions pu gagner devant Lappi et Breen à la régulière malgré notre maigre expérience.

J’ai décidé d’arrêter ma carrière rallystique afin de me consacrer à mon travail.
Pour le futur, rien de prévu, j’essaye de faire des rallyes qui me plaise mais c’est très difficile de boucler les budgets et quand on a connu des voitures du type S2000 ou R5, il est difficile de redescendre de catégorie.”

Avec Céline Mercier à tes côtés, tu as remporté le rallye Ain-Jura au volant d’une Peugeot 207 S2000, comment s’est déroulée cette course du championnat 2eme division ?

“L’Ain-Jura est un rallye qui me tient à cœur. Je n’ai quasiment jamais pu le disputer car il ne faisait pas partie de mes programmes.

J’ai eu la chance de le faire 3 fois et cette année avec une voiture capable de gagner. Olivier Vitrani n’était pas disponible, et Céline l’a parfaitement remplacé. Arc Auto m’a fourni une voiture au top et j’ai ainsi pu remporter ma première victoire scratch.
Je me suis régalé tout le week-end même si la météo n’était pas avec nous.”

On te retrouve dernièrement au départ du rallye du Var avec une Ford Fiesta R5, comment as-tu trouvé cette voiture dotée des dernières évolutions par rapport à une S2000 ?

“Le montage pour le Var a été compliqué, une semaine avant je ne prenais pas le départ car je n’avais pas bouclé le budget. Nous n’avons donc pas pu faire d’essai à part 14 km au shakedown, sous le déluge et pour finir dans le brouillard. Ce n’était donc pas une prise en main facile mais j’ai cette faculté de prendre en main la voiture très rapidement.
Déjà lors du shakedown, j’avais demandé à Lionel d’ALP Suspension de me faire une voiture plutôt facile quitte à perdre en efficacité mais j’avais besoin de ça pour reprendre confiance. Dès la première spéciale, je me suis tout de suite senti à l’aise, même s’il restait encore du chemin pour exploiter correctement le moteur et le châssis.
Au fur et à mesure des spéciales, nous affinions les réglages et je commençais à comprendre comment exploiter la Fiesta.
Par rapport à une S2000, j’ai trouvé le moteur beaucoup plus facile à exploiter car beaucoup plus coupleux. Au niveau du châssis, la Fiesta est vraiment bien équilibrée, elle se place comme on veut, c’est démoniaque.
Je me suis vraiment fait plaisir avec cette voiture, j’espère pouvoir un jour reprendre son volant. C’est vraiment plus performant qu’une S2000.”

Avant l’abandon mécanique,tu as été impressionnant au niveau des chronos face aux autres pointures présentes sur ce dernier rallye du championnat, satisfait de ton rythme avec Olivier Vitrani ?

“C’est sûr que si tu prends en compte que depuis 2013 je n’avais pris le départ que de 2 rallyes, l’Ain-Jura en 2014 et cette année et qu’on découvrait la Fiesta, notre performance est plutôt satisfaisante.
Après je reste un compétiteur et je sais que je suis capable de rouler encore plus vite.
Les conditions étaient réellement compliquées pour une reprise.
Mon dernier départ avec Olivier remontait à 2014, mais là-dessus je n’avais aucun souci car il prépare vraiment bien les rallyes, je peux me reposer sur lui sans problème et cela m’aide pour me concentrer sur l’essentiel.
Il m’apporte beaucoup.”

Ce rallye écourté pour cause mécanique doit te laisser espérer d’autres opportunités, as-tu déjà des souhaits pour 2017 ?

“On aimerait forcément rouler plus souvent, mais après je suis aussi conscient de la chance que j’ai de pouvoir rouler dans des voitures comme la Fiesta R5 ou la 207 S2000.
J’aimerais arriver à boucler le budget pour faire l’Ain-Jura en 2017, qui sera cette fois-ci en coupe d’Europe.”

Quelles sont les différentes personnes et team qui t’ont permis de rouler sur ces deux rallyes cette année, l’Ain-Jura et le Var en novembre ?

“ARC AUTO et le Team Minerva m’ont permis de rouler cette année.
Jean-Charles Beaubelique m’aide depuis 2011. Il m’aide énormément, j’essaye de lui rendre en emmenant ses couleurs sur la plus haute marche. Je sais qu’avec lui je pars à chaque fois avec une très bonne voiture et parfaitement révisée comme ce fut aussi le cas avec ARC AUTO.
C’est toujours un régal de piloter ces voitures propres et parfaitement entretenues.
Christian Domergue et Laurent Clutier de l’école de pilotage DRIVE CONTROL à Monteil, l’abattoir GESLER à Hotonnes, l’ASA ESCA, Stéphane Tenand avec la société AMS à Hauteville, BPS Racing pour le Var et Espace Automobile pour l’Ain jura, PEUGEOT PUSSIER à Amberieu En Bugey, ASE à Ambronay, ou encore MICHELIN sont les principaux partenaires.
Je peux également compter sur mes amis et ma famille qui sont toujours présents pour m’aider et me soutenir.”




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Fangio72 dit :

    Jérémi est un très bon pilote qui mériterait beaucoup de faire une saison complète en CFR.
    Pour ma part je l’avais mis dans le top 5 du pronostic du Rallye du Var. Et si il avait pu aller jusqu’au bout sans soucis mécaniques …
    A mon avis, sa très bonne prestation au Valais était intervenu trop tard dans la saison ( le dernier rallye ) … et presque inaperçu dans la presse spécialisée à cause de la pénalisation !!! Dommage … mais un grand Bravo à Jean-Charles BEAUBELIQUE pour son aide en espérant qu’il puisse de nouveau donner de bon coups de mains à Jérémi …
    Le sport auto et le rallye en particulier reste un sport compliqué du fait des budgets important nécessaire pour une saison complète.
    Jérémi, il faut y croire … Bonne chance pour 2017 !