Une série de podiums en attendant une victoire



En une dizaine d'années de sport auto, Arnaud Masclaux s'est forgé une belle réputation en Auvergne mais également en Languedoc-Roussillon, d'abord en Clio groupe N avant de briller dans le groupe F2000.

A la recherche d’une première victoire scratch, le pilote ardéchois réalise son meilleur début de saison avec trois deuxièmes places consécutives, acquise au volant de sa nouvelle 206 F214.

Carte d’identité

  • Nom : Arnaud Masclaux
  • Age : 33 ans
  • Région : Auvergne
  • Copilote : Alexandre Moulin
  • Voiture : Peugeot 206 F214
  • Métier : Chauffeur poids lourd

Dans la famille Masclaux, le rallye est une pure tradition. Comment expliques-tu ce “virus” de frère en frère ?

Dans la famille, cette passion du sport auto est venue depuis nos plus jeunes âges à bricoler nos mobylettes pour faire des courses entre potes ! Après, à 18 ans place aux voitures ! Et la j’ai débuté mes premières expériences de copilotage avec mes frères ! Mais très vite, j’ai eu envie de passer au volant ! Mon premier rallye en tant que pilote, c’était au rallye du Gard 2004.

Après des débuts en Saxo, tu te retrouves rapidement au volant d’une Renault Clio Williams avec laquelle tu connais tes premiers succès de classe. Quels souvenirs as-tu de cette auto et de cette classe N3 ?

J’ai débute les rallyes en saxo n2 puis f2/13, ensuite avec mon frère Jérôme nous avons investi en 2007 dans une vrai auto de course la Clio Williams top GRN et là c’était une auto avec laquelle j’ai pris beaucoup de plaisir. Toujours de très grosses bagarres dans la classe avec par exemple Ludo Chamard ou Pascal Berard et bien d’autres !

2009 à 2011, venu le temps de de la clio RS puis la Ragnotti avec lesquels j’ai remporté pas mal de classes n3 et une jolie 2ème place a la finale d’Autun .

En 2012, tu débarques dans le groupe F2000 avec une superbe Clio, et les premiers podiums scratchs arrivent rapidement. Pourquoi avoir changé pour une 206 F214 deux ans plus tard ?

2012 et 2013 la clio f2000 voie large que j’ai monté entièrement de A a Z, une très bonne auto avec un châssis de fou ! Le moteur de 240 ch était parfois un peu juste pour aller chercher les grosses auto du f2000, c’est pour cela que je suis passé a la 206 qui développait une vingtaine de chevaux de plus, cela ma permis de remporter 8 fois le groupe en 2014 et de me rapprocher des premières places du scratch.

L’an dernier, nouveau changement avec une participation au championnat Terre en Clio Ragnotti F214. Que retires-tu de cette année particulière ?

L’année sur la terre a été une très bonne expérience où j’ai pu mettre en application tout ce que j’avais appris sur le plateau ardéchois depuis tant d’hiver ! Deux victoires de groupe, vraiment une superbe saison, malgré quelques déceptions quand la mécanique nous a trahi, mais bon ca fait parti du sport auto.

Je vais sûrement refaire une pige au Lozère 2016 si la Clio est prête.

Enfin en 2016, on te retrouve au volant d’une 206 “monstrueuse” qui ne passe pas inaperçue. Tu viens de terminer à la deuxième place scratch sur tes trois derniers rallyes. Difficile de faire mieux non ?

Alors pour cette année je suis reparti avec la voiture de Manu Veol qui était totalement en configuration côte ! Il a fallu tout reprendre de zéro au niveau des réglages de châssis et allait chercher les derniers chevaux qui manquaient pour avoir une arme redoutable dans ce groupe f2000, mais l’objectif était quand même d’essayer de décrocher notre première victoire scratch ! Mais pour l’instant, nous avons du rivaliser avec de très bons pilotes et de très bonnes autos !

Enfin, quelle est la suite de ton programme cette saison et tes objectifs ?

La suite du programme, c’est voir si on peut se qualifier pour la finale de Lunéville, mais ce n’est pas non plus une priorité.

Photo par Rémy Lacroix




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *