Le WRC ne veut pas bousculer son calendrier



Selon les informations parues dans le magazine Autosport, treize pays souhaitent (ré)intégrer le championnat du monde des rallyes.

Parmi cette liste, on retrouve notamment la Nouvelle-Zélande, largement plébiscitée par Hayden Paddon, mais également l’Irlande du Nord, revenue sous les projecteurs grâce à l’ERC. Alors que l’avenir du rallye du Pays de Galles est menacé par une hausse énorme de la redevance des chemins forestiers, Oliver Cielsa, promoteur du WRC, évoque une possible rotation entre les deux pays britanniques.

« S’il y a une proposition visant à ramener le WRC en Irlande, nous pourrions être intéressés. Nous sommes conscients qu’il y a de nombreux fans là-bas. Si la MSA (la « FFSA britannique ») peut trouver un accord avec le Rally GB, alors nous pourrons considérer cela comme une bonne proposition.

Nous aimerions nous déplacer davantage dans le Royaume-Uni, pour être plus proche des grandes villes et des zones peuplées en Angleterre aussi. Nous sommes conscients qu’il y a un accord avec le Pays de Galles jusqu’à fin 2018 et nous respectons cela. Le rallye de Grande-Bretagne est une épreuve très importante pour le WRC. »

Alors que le calendrier du WRC a pu compter jusqu’à 16 épreuves en 2007, la fuite des constructeurs avait poussé la FIA a réduire le nombre de manches. Pour Oliver Cielsa toujours, le format actuel composé de 14 rallyes est idéal, tout comme le nombre d’épreuves sur asphalte.

« Lorsque nous essayons de penser à un championnat WRC plus global hors de l’Europe, il est difficile de parler de l’Irlande, d’autant plus que c’est un rallye asphalte et que nous ne sommes pas à la recherche de plus d’épreuves sur cette surface. J’aimerais être dans la situation de Bernie en F1, avec 21 rallyes, mais nous n’aurions aucun participant.

Le nombre de rallye actuel restera le même au cours des prochaines années. Personnellement, je pense que la rotation est destructrice pour les épreuves, mais seulement dans le cas des rotations annuelles. Vous pouvez trouver une autre solution avec une rotation sur trois ans. Cela laisserait le temps d’investir dans une épreuve avec des sponsors à long terme. »




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Go ! dit :

    Je pense quand même que les retombées médiatiques seraient très très limitées en Irlande… Bien que ce soit un beau rallye très technique et très difficile, l’Irlande est quand même loin de tout et probablement pas l’une des plus grands marchés auto du monde…

  2. Bruno dit :

    « d’autant plus que c’est un rallye asphalte et que nous ne sommes pas à la recherche de plus d’épreuves sur cette surface »

    pffff. D’autant plus que l’Irlande est un rallye asphalte qui a son caractère

    • RP14 dit :

      Et oui un rallye asphalte est un rallye où Seb Ogier ne balaye pas et où il peut même, pour le peu de fois que ça arrive, profiter d’une meilleure position de départ que ces petits camarades… Comment voulez-vous que ça intéresse la FIA? Bon, je force un peu le trait, mais pas plus que ceux qui ont poussé le bouchon encore plus loin cette année avec l’aggravation de la règle de l’ordre de départ!!!