Un scratch et un abandon pour Maurage en Alsace




Après trois jours de reconnaissance, jeudi soir les équipages étaient conviés à la cérémonie de présentation officielle au public. Mathieu Maurage et son copilote Anderson...

ssance, jeudi soir les équipages étaient conviés à la cérémonie de présentation officielle au public. Mathieu Maurage et son copilote Anderson Levratti étaient les premiers du Grand National à passer, juste après les pilotes WRC.

« La place de Strasbourg était noire de monde, c’était du délire, à la descente du podium, le public se bousculait pour nous taper dans les mains lors de notre passage, je n’ai jamais signé autant d’autographes de ma carrière !« . Pour le jeune équipage, participer à une telle fête restera un grand moment. « ça fait plaisir de voir que malgré tout ce qu’on veut nous faire croire, le sport mécanique reste encore un sport populaire qui attire les foules« .

C’est le lendemain à quatorze heures après le passage des pilotes du mondial qu’avait lieu le départ du Grand National. Les adversaires de Mathieu ont tout de suite compris qu’il ne reprenait pas le volant de la TWINGO R2 pour faire de la figuration, d’entrée de jeu il signait le scratch dans la première spéciale avec une demi seconde d’avance, au kilomètre, sur son poursuivant. En revanche le deuxième secteur chronométré réservait une bien mauvaise surprise aux titulaires de l’ASA Montélimar. Le jeune pilote Montilien réalisait le troisième temps malgré un moteur qui perdait toute sa puissance dans le dernier tiers du parcours. Arrivé au point stop le moteur tapait très fort et obligeait le pilote à le couper, la mort dans l’âme Anderson à rendu son carnet de bord, l’équipage Drôm’Ardèchois était une nouvelle fois contraint à l’abandon! « En fin de chrono, nous avons eu une alerte pression d’huile à répétition, le moteur à rendu l’âme. Il va maintenant falloir déterminer l’origine de cet incident. Il y a des saisons comme ça ou la poisse vous colle ».

Dépités, Mathieu et Anderson ont terminé le week-end en spectateurs des champions du WRC. Ils ont même réussi à prendre contact avec certains team-managers des équipes d’usine! « Malgré la pression et le peu de temps dont ils disposent, j’ai été agréablement surpris de leur disponibilité et de l’écoute dont ils ont fait preuve à mon égard. Je tiens à les remercier pour cela« . Il reste deux rallyes en Championnat de France, dont un qui compte pour le Trophée Twingo R.S. R2. Pour les Cévennes, qui ne compte pas pour le Trophée, Mathieu Maurage devrait faire l’ouvreur pour un autre pilote. Quant au Var : « Initialement budgeté en R2, je suis à la recherche d’un complément pour le faire avec Megane R.S. N4« . Il est vrai que l’équipage Maurage-Levratti dans Megane N4 peut, à l’mage de sa prestation au Mont-Blanc, réaliser un très beau rallye du Var. Même s’il à encore à apprendre cette voiture, Mathieu la connait déjà et le profil de cette course, d’après Renaud Chazel et Manu Guigou, devrait bien convenir au couple pilote-auto.





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *