A.Fourmaux : “Beaucoup de moments positifs cette saison”



Longtemps en lice pour la victoire en WRC2 à Monza, Adrien Fourmaux a finalement fait les frais d’une petite touchette le samedi après-midi, erreur l’éjectant du podium final.

Malgré ce final délicat, le pilote nordiste veut retenir sa belle progression sur cette épreuve et plus globalement au cours de la saison. Auteur d’une fin d’année très chargée, marquée notamment par sa victoire au rallye des Iles Canaries en ERC, l’espoir français est revenu avec nous sur cette saison 2020 assez folle dans sa jeune carrière.

Comment te sens-tu après ce rallye de Monza ?

“J’ai déjà la tête au Monte-Carlo, mais heureusement l’intersaison est très courte en rallye. C’est dingue de voir Hyundai et le WRC reprendre déjà avec les essais.

Au final, c’était top de rouler en décembre, les conditions sont un peu changeantes. J’ai pu le voir lors du rallye des Iles Canaries et ce week-end à Monza.”

Peux-tu nous faire un résumé de ta course ?

“Pour nous, ce week-end représente une super performance avec un super rythme. Nous crevons sans ne rien pouvoir faire avec les pneus neige sur une partie terre. La seule fois où on les utilise dans ces conditions, on crève dès le premier virage !

Ensuite, on fait une belle remontée mais je me fais avoir sur la neige. J’ai fait le choix de mettre les neige à l’avant et les pluie à l’arrière. Je ne suis pas trop fan de rouler en croisé car cela engendre beaucoup de déséquilibre, mais je peux le faire comme au Monte-Carlo cette année bien sûr. Je sors juste après la sortie d’Evans et cela m’a peut-être un peu déstabilisé de le voir arrêter. Sur le coup, l’arrière m’échappe, les pluie n’ont pas accroché et on a cassé une rotule en touchant légèrement C’était la même roue que la veille est peut-être qu’elle était fragilisée car l’impact a vraiment été léger et les gars de chez M-Sport ont été surpris par cette casse qu’ils ont vu en direct vidéo. C’est un peu de malchance au final, mais c’est mon erreur de ne pas avoir réussi à contrôler l’arrière de la voiture. On a réparé avec une sangle pour sortir de la spéciale et rejoindre l’assistance comme ça.”

Quel est ton avis sur cette épreuve si atypique ?

“J’ai pu voir que cette épreuve a été beaucoup suivi par les spectateurs. Je tenais à féliciter l’organisation pour ce rallye disputé dans des conditions peu évidentes.

Toutefois, les spéciales du circuit ne sont pas du “vrai” rallye pour moi et je préfère largement celles du samedi avec une ressemblance forte avec le Monte-Carlo. Mais c’était bien d’avoir pu organiser ça, que ce soit pour les équipes, les partenaires mais aussi les supporters. 

Le dimanche, j’avoue en avoir eu marre de rouler sur le circuit et prendre encore une fois les mêmes virages, ce n’était plus du rallye. C’était marrant au début mais en fin de week-end, c’était lassant, surtout avec ce genre de conditions Peut-être qu’il aurai fallu croiser les spéciales sur les deux premières journées avec un matin au circuit et l’après-midi dans les spéciales ou l’inverse.

Sur le circuit, il fallait vraiment être concentré au niveau des notes avec beaucoup de chicanes et carrefours à négocier. Renaud a été hyper bon dans la gestion des notes.

Ce format aura par contre permis de passer beaucoup de temps avec l’équipe et ainsi échanger davantage que sur n’importe quel autre rallye. On a pu profiter de toute l’équipe comme jamais auparavant !

Au final, c’était bon d’avoir un rallye comme ça aussi, mais une seule fois dans l’année selon moi.”

Quel a été le moment le plus difficile à vivre cette année ?

La période d’arrêt avec le COVID et quatre mois sans rallye. Cela a été dur pour tout le monde avec forcément une grosse pensée pour les personnes qui étaient touchées par cette maladie.

Sinon dans la voiture, c’est bien sûr Rome. Après quatre mois d’arrêt, je n’ai pas eu la bonne approche en voulant tout de suite être dans le coup. Cela a été une bonne chose pour se remettre en question et me rappeler qu’une erreur peut coûter cher.

Et les moments les plus positifs ?

“Il y a eu beaucoup de hauts cette saison avec beaucoup de courses en fin d’année et de très nombreux podiums. Parmi les hauts, je pense notamment au rallye de Saint-Marin avec la WRC mais mon moment le plus fort reste le rallye des Iles Canaries.

A partir de ce moment là, les gens m’ont regardé différemment et je l’ai senti à Monza ce week-end. Je retiens aussi des victoires sportives comme au Portugal face à un ancien champion du monde et en Italie face à des locaux qui sont toujours très forts. Au final, je retiens beaucoup de moments positifs sur cette saison.”

Qu’est-ce que tu retiens principalement de cette saison ? 

“Ma progression entre le début et la fin d’année où j’ai été vite partout. Cette fin d’année était rassurante pour tout le monde, moi y compris, M-Sport, la Fédération, Michelin ou encore Yacco.

J’ai progressé sur ma gestion de course et le mental, et puis forcément en terme de pilotage grâce à un gros roulage sur cette fin de saison.”

Comment tu expliques cette progression justement ?

“C’est un tout qui a fait le déclic. Après Rome, j’ai commencé à suivre un coach mental de la fédération sur les conseils de Nicolas Bernardi. J’ai désormais des rendez-vous régulièrement et c’est une bonne chose de parler à une personne neutre qui a pu déjà échanger avec énormément de pilotes dans le passé.

Je suis désormais plus serein et j’aborde les rallyes différemment. Si tu n’es pas bien dans le privé, c’est difficile de se battre sur les rallyes. Il faut savoir bien s’entourer.”

Que peux-tu nous dire pour 2021 ?

“Que c’est plutôt positif pour continuer avec M-Sport, même si rien n’est encore signé. La situation est compliquée en ce moment avec cette pandémie et les impacts économiques, donc il faut être patient et rester prudent.

Je suis toujours en bonnes discussions avec Yacco, la volonté est là aussi de continuer. Si je n’ai pas de volant pour le Monte-Carlo, je ferai de toute façon en sorte d’y être, même sans soutien.

Dans les prochains jours, je vais retourner une dernière fois dans l’année chez M-Sport pour évoquer cette saison et la prochaine, et probablement de faire un peu de roulage pour garder le rythme.”

Peut-on espérer te voir avec une WRC ?

“Comme j’ai dit avant, c’est impossible de répondre pour l’instant car rien n’est fait. Mais si on a la chance de rouler avec une WRC, il faut voir dans quelles conditions, en espérant que ce sera pour apprendre la voiture et cibler des spéciales, mais pas de nous demander de faire des résultats tout de suite.”




S’abonner
Notification pour
guest
21 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Jarno
Jarno
1 année il y a
Pierre12
Pierre12
1 année il y a

Non, non pas dans une WRC1 ; c’ est bien trop tot!
Pas encore assez de roulage en R5; ils vont encore griller un réel espoir !!!!