A.Fourmaux : “Un bilan très positif”



Pour son avant-dernière épreuve de la saison en Catalogne, Adrien Fourmaux a su confirmer sa pointe de vitesse, mais une erreur commise le samedi après-midi l’a empêché de traduire cela par un bon classement à l’arrivée.

Mais pour le jeune nordiste, l’important est ailleurs avec la satisfaction d’avoir tenu le rythme des meilleurs, et particulièrement lors des premiers passages les samedi et dimanche (5 chronos dans le top 5).

Comme après chaque épreuve en WRC, le pilote M-Sport est revenu avec nous sur son week-end encore riche en enseignements.

Quel est ton bilan de ce Catalogne ?

“Il est très positif ! On a vraiment su améliorer notre rythme au fil du week-end. La voiture ne se comportait pas du tout comme je voulais le vendredi, j’avais du survirage qui me gênait et le manque d’essais était forcément préjudiciable, mais ce n’était logistiquement pas possible d’en faire. Après le changement de setup du vendredi midi, ça allait beaucoup mieux et j’ai pu le montrer le lendemain. On a fait un super samedi matin avec notamment un 2e temps, j’étais super content du rythme.

Et puis ensuite, il y a cette erreur où je ne comprends pas vraiment pas ce qu’il m’arrive sur le coup. En regardant la vidéo maintenant, il n’y a même pas un petit bruit de contact. D’un coup, je me suis retrouvé avec la roue en travers sur le seul endroit vraiment étroit du rallye ! Même la jante n’a pas d’impact, l’aile et le pare-chocs non plus, cela se joue à 2-3 cm je pense. C’est vraiment un truc bête. Le pneu a accroché la barrière et nous nous sommes retrouvés avec une biellette de direction tordue et un cardan touché. Cela a touché l’endroit le plus fragile à l’intérieur de la roue. On a réparé comme on pouvait avec Alex et on termine à plus de neuf minutes et en roulant quasiment en 2 roues motrices.

Ma seule crainte ensuite, a été de gêner Seb (Ogier). Je suis allé le voir ensuite pour m’excuser et savoir justement si je lui avais fait perdre du temps. Il m’a dit que tout allait bien et qu’il avait perdu au pire cinq dixièmes…

Au parc d’assistance, Jari-Matti Latvala est venu me voir et m’a dit qu’il avait fait une erreur très similaire à la mienne il y a quelques années.

Pour le dimanche, je suis très content du 5e temps de nuit à 2s du scratch, ce qui montre que mes notes étaient efficaces, c’est hyper positif. Et pour le chrono de la Power Stage, la fin a vraiment séché rapidement et je pense que cela me coûte un point à l’arrivée. On a même eu de l’aquaplaning sur la fin dans une portion normalement à fond !”

Finalement, tu as encore démontré que cette Fiesta était toujours très performante sur asphalte.

“Oui vraiment, elle marche super bien et j’ai pu exploiter son potentiel quand les réglages m’allaient mieux. En comparant les intermédiaires avec Gus (Greensmith), on a vu que nos courbes de progressions étaient assez similaires, ce qui prouvait que la voiture était plus efficace à certains endroits, et dans d’autres un peu moins.

Le vendredi avec beaucoup de conditions sales et de grosses cordes, je comparais essentiellement mes performances à celles Sordo qui avait une position sur la route comparable à la mienne. Pour moi, c’était vraiment lui la plus belle performance du jour ! Car j’ai pu voir les conditions pour le dimanche en ouvrant la route, et cela n’avait vraiment à voir.

Après un Finlande plus en retrait, ce Catalogne t’as probablement rassuré sur ta capacité à jouer avec les meilleurs.

“En fait, toute la saison à part en Finlande, j’ai toujours réussi à signer quelques temps devant et même un scratch. Je voulais d’abord être en confiance avant d’attaquer ici, et c’est dans la spéciale la moins connue où je réalise ma meilleure performance ! Encore une fois, l’expérience joue beaucoup en WRC.”

Que penses-tu du calendrier 2022 ?

“Il y a de bonnes épreuves en dehors de l’Europe. Il y a une vraie volonté de faire l’Outre-Mer en fin de saison pour avoir une plus grande disponibilité des pièces avec les nouvelles voitures. J’ai vu aussi que la fin de saison allait être chargée avec un enchaînement de rallyes et aucune vraie coupure.”

Et comment se passe la collaboration avec Alexandre Coria ?

“Je suis vraiment content du boulot que l’on a pu faire avec Alex. On a rien eu à se dire de spécial dans la voiture, tout allait très bien. La préparation de l’épreuve était au top. Il y a encore des axes de progression évidemment. Alex aimerait bien apprendre un peu plus en mécanique en allant chez M-Sport, donc on va voir si on peut programmer ça.”

D’ailleurs, vous avez beaucoup bossé sur la Fiesta ce week-end.

“Oui en effet et dans ces moments là, tu peux voir que le travail réalisé avant peut payer ! Depuis 2019 et mes débuts avec la R5, j’ai essayé de travailler énormément sur la mécanique pour être capable de réparer le maximum de choses sur la voiture, et parfois en écoutant les conseils et astuces de certains mécaniciens. Mais j’ai encore des améliorations à faire. Il faut déjà que j’enfile les gants de vétérinaire (ceux jusqu’au coude) avant de travailler sur la voiture avant de m’en mettre partout et de ruiner mes vêtements !”

Est-ce que le manque d’essais était finalement moins handicapant pour cette épreuve que pour la Finlande ?

“Oui on peut dire ça. C’était plus préjudiciable de ne pas avoir d’essais pour la Finlande que pour ici. Mais en début de rallye, c’était tout de même très compliqué. J’ai démarré avec un setup de 2019 utilisé par Elfyn Evans mais les amortisseurs et les pneus étaient différents à l’époque. La voiture était fun à piloter, mais ce n’était pas du tout efficace, on avait une propulsion avec l’arrière qui voulait passer devant ! J’étais le seul à me plaindre du survirage alors que les autres parlaient de sous-virage. On a un peu galéré avec les ingénieurs à comprendre et trouver des solutions, mais on a réussi. Gus utilisait un autre setup que nous. En fin de week-end, nos deux setups étaient finalement très proches.”

Qu’as-tu pensé des nouveaux pneus Pirelli ?

“Top ! À l’arrivé, j’ai vraiment félicité Pirelli ! Le nouveau pneu est vraiment devenu solide, il n’y a par exemple plus d’hernies sur les flancs. Les pneus sont performants et personne ne s’est plaint de l’usure. J’étais bien parti pour prendre 6 pneus durs à un moment, mais quand j’ai vu que le tout monde, sauf Sordo, en prenait 5, j’ai fait pareil et c’était mieux comme ça. Finalement, et malgré des températures plus élevées dans l’après-midi, j’ai moins usé les pneus au deuxième passage car mon pilotage était plus propre et soigné en connaissant la spéciale.”

La semaine dernière, M-Sport a annoncé la signature de Craig Breen pour la saison prochaine. Est-ce que tu le connais bien ? Est-ce que ça pourrait être un bon coéquipier ?

“On s’est déjà rencontrés chez M-Sport dernièrement. Et on va faire en sorte que le nom du prochain pilote annoncé par le team soit le mien ! On va tout faire pour en tout cas. L’arrivée de Craig est une bonne chose pour le team. Il a fait une bonne saison, il a beaucoup d’expérience dans d’autres équipes et j’ai vraiment hâte de commencer à travailler avec lui.”

Enfin, un petit mot sur Monza qui arrive dans près d’un mois ?

“L’an dernier, la Fiesta avait vraiment bien marché sur cette épreuve. Avec la R5, mes performances étaient plutôt bonnes également, donc c’est plutôt positif. J’adore les spéciales montagneuses, elles sont vraiment très sympas et en plus, il y en aura quatre. Sur le circuit, c’est moins mon truc . C’est fun au premier passage, mais après, le terrain est totalement détruit et on a toujours peur de crever ou casser quelque chose. 

Sur cette épreuve, on va essayer de confirmer cette bonne dynamique de fin de saison après ce Catalogne positif. D’ici là, je serai bien occupé…!”




S’abonner
Notification pour
guest
23 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Régis
Régis
1 mois il y a

Et en plus il a remporté le championnat du monde de saut en Finlande :), moi je dis qu’il y a de belles histoires à venir!

David
David
1 mois il y a

Mouais.
Pas compris ou il y a une perf.
Mais l’important c’est de participer