Andy apprend à toute vitesse



En attendant d’avoir l’âge légal pour obtenir son permis, Andy Malfoy enchaîne les rallyes dans le baquet de droite à seulement 16 ans.

Signe d’une motivation sans faille, le jeune pas-de-calaisien a effectué son baptême de course au  rallye du Touquet en mars dernier, manche du championnat de France des rallyes ! Sept mois plus tard et avec sept épreuves de Coupe de France au compteur, Andy prend quelques instants pour nous répondre, tout juste sorti des cours de son lycée.

D’où te vient cette passion du rallye ? Avais-tu une idole notamment ?

« Je suis un passionné de sport mécanique depuis tout petit, et plus précisément de rallye. A l’âge de 8 ans, j’ai pu assister à mon premier rallye et j’ai tout de suite été séduit par cette discipline, notamment par les bruits des moteurs et la vitesse de passages des voitures. J’ai rapidement rêvé de devenir pilote. Comme beaucoup de jeunes de ma génération, j’adore Sébastien Loeb qui a une carrière monumentale, mais j’admire également Robert Kubica qui réalise des choses exceptionnelles malgré son handicap. »

Passionné dès ton plus jeune âge, comment es-tu arrivé au départ de ton premier rallye à seulement 16 ans ? 

« En 2011/2012, j’étais en vacances avec ma famille en Corse et j’ai alors contacté Sabrina De Castelli pour avoir une plaque du rallye du Tour de Corse. Elle m’a alors rapidement répondu et nous sommes restés en contact avec elle et Dominique Savignoni également.

En 2014, j’ai pu assister au Tour de Corse ERC avec eux et j’ai ainsi appris énormément de choses, profitant de leur statut officiel pour vraiment découvrir tout l’univers d’une telle épreuve. Ils m’ont tout appris dans ce métier de copilote, que ce soit dans l’organisation globale, la prise de notes et dans la lecture de notes par exemple. Chaque année lors de mes vacances en Corse, j’ai droit à de véritables séances de coaching pour continuer mon apprentissage et ma progression. »

Comment arrives-tu à allier ton parcours en rallye et tes études ? 

« En début d’année au lycée, j’ai été voir mon directeur et on a évoqué mon emploi du temps pour me permettre de « louper » quelques cours. J’en profite pour le remercier encore une fois, car sans lui, mon année en rallye aurait été bien plus compliquée. Je me suis engagé à rattraper mes cours et mes devoirs en travaillant davantage la semaine. Je suis actuellement en 1ere STMG et j’ambitionne de continuer mes études dans le commerce et le marketing avec pourquoi pas un BTS MUC (Management des Unités Commerciales). »

Quelle a été la plus grande difficulté à tes débuts ?

« Au départ, il a été vraiment difficile de trouver des sponsors, c’est certain. Une fois le budget trouvé, j’ai pu participer à mes premières épreuves, et ensuite, tout s’est parfaitement enchaîné avec différents contacts. J’ai eu la chance de débuter avec un ami Thomas Caron qui cherchait un copilote et m’a proposé de le suivre cette saison. 

Pour le reste, il ne faut pas hésiter à rester à l’affut des annonces sur Facebook et autres sites pour contacter différents pilotes. Au final, j’ai déjà disputé huit rallyes cette année. Je vais maintenant rouler à Envermeu avec Marceau Launay dans une Twingo R2 puis j’irais au Tour de Corse Historique début octobre. »

As-tu un conseil majeur à donner pour les futurs copilotes qui nous lisent ? 

« Il faut persévérer et croire en ses rêves. Faire ses preuves et travailler sérieusement pour ne rien laisser de côté ni oublier. »

A ton âge, j’imagine que tu as plein de rêves en tête. Lequel prédomine ?

« Je rêve de devenir pilote officiel un jour. Mes débuts en copilote m’ont permis de rentrer pleinement dans le milieu du rallye mais j’espère vraiment pouvoir piloter dès mes 18 ans. Je me vois forcément au départ du rallye du Touquet, l’épreuve de la région, avec une voiture de la classe R2 même si cela représente déjà un budget important. »

Une question un peu « délicate » pour finir. Quelles sont les principales qualités requises pour devenir copilote ?

« Il faut être extrêmement rigoureux et appliqué. Il ne faut pas hésiter à travailler tard le soir, à vérifier le moindre détail et et essayer de s’approcher le plus possible de la perfection. 

Il faut également savoir se remettre en question pour évoluer en permanence et ne rien prendre pour acquis.

Enfin, je pense que notre rôle est également d’apporter une sérénité totale dans l’habitacle. Le pilote ne doit se poser aucune question hors de la spéciale. Tout le reste, c’est notre boulot.

Je profite de cet article pour remercier l’ensemble des personnes qui m’ont aidé en rallye depuis mes débuts, que ce soit mes sponsors, ma famille ainsi que Cédric et Gilbert, et tous les pilotes qui m’ont fait confiance depuis le début. »

 

Après cette première rencontre, nous suivrons avec intérêt les prochaines courses d’Andy et ce dès ce week-end avec le rallye régional d’Envermeu dans la Twingo n°50.




S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Rallyeplaisir
Rallyeplaisir
3 années il y a

Bel article qui met en exergue la jeunesse. Félicitations à Andy pour son implication et bons rallyes.

Chalendar
Chalendar
3 années il y a

C’est bien