Cardenas débloque son compteur



Animateur du groupe F2000 depuis 2008 dans le Sud-Ouest de la France, Benjamin Cardenas vient de remporter un premier succès attendu lors du rallye du Sidobre.

En sept rallyes disputés, le pilote héraultais réalise déjà sa plus belle saison en Coupe de France des rallyes avec trois podiums consécutifs et trois victoires de groupe.

Carte d’identité

  • Nom : Benjamin Cardenas
  • Age : 29 ans
  • Région : Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées
  • Copilote : Florent Dantoni
  • Voiture : Peugeot 306 S16 F214
  • Métier : Carrossier peintre auto
  • Début en rallye : 2007 (copilote), 2008 (pilote) en Peugeot 205 GTi F214

Depuis tes débuts dans le baquet de gauche en 2008, tu n’as connu « que » deux voitures : une 205 GTi F214 et désormais une 306 S16 F214. C’était un choix évident pour toi de rouler dans ce groupe F2000 ?

Oui je n’ai eu que ses deux voitures et pour moi le F2000, c’est l’idéal pour une question de budget car ce groupe permet pas mal de liberté, on peut faire sa voiture soit-même.

D’ailleurs, d’où te vient cette passion du sport automobile, et plus particulièrement du rallye ?

Pour cette passion, c’est simple, j’ai toujours aimé la mécanique. Pourquoi le rallye ? Je n’aime pas tourner sur un circuit et sur un rallye, même après plusieurs passages, la route n’est jamais la même.

J’imagine que depuis 2010, ta Peugeot 306 a bien évolué mais cette année, les résultats sont encore meilleurs et ne cessent de s’améliorer. Quel a été le secret pendant l’hiver ?

Oui la Peugeot 306 a bien évolué au début, il y avait un moteur d’origine, tout comme les trains. Maintenant, elle est plus proche d’une Maxi et le moteur a bien évolué encore cet hiver et en plus on a ajouté une paire d’amortisseurs réglables.

Le week-end dernier, tu as donc remporté ta première victoire scratch après une énorme bagarre face à Alexandre Bourrel. Après la première boucle, tu pointes à 6s de la tête, pensais-tu  pouvoir encore jouer la victoire ? Raconte-nous un peu ce rallye et notamment cette attente avant l’arrivée finale, ce n’était pas trop stressant ?

Ce week-end, c’est vrai, on s’est bien battu avec Bourrel, je voulais prendre ma revanche du rallye du Val Dadou. Dès le départ, on se fait une frayeur dans la première spéciale et un petit souci moteur dans la deuxième m’a fait craindre l’abandon. Finalement, on a réparé et on est reparti de plus belle et il est vrai qu’au départ de la dernière spéciale, il y avait du stress mais pas autant qu’à l’arrivée quand on attend pour connaître le nom du vainqueur.

Dans ta région, les adversaires en F2000 ne manquent pas. Quels sont tes rivaux les plus sérieux et avec qui tu aimes te battre particulièrement ?

Pour mes rivaux, je dirais qu’il y a Ayrton Lechartier avec qui je me bats depuis quelques années et que j’apprécie, mais également Geoffrey Burnens et plein d’autres.

Avec cet excellent début de saison, tu es en bonne position pour te qualifier pour la finale des rallyes. Est-ce un objectif ? Quelle est la suite de ton calendrier 2016 ?

Non la finale n’est pas un objectif cette année car trop loin. Pour la suite de la saison, je vais faire la Montagne Noire et quelques régionaux pour finir sur les Cévennes et Fenouillèdes.





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *