Catalogne 2000 : McRae le plus endurant



Continuons notre rétrospective des meilleurs moments du rallye international avec un retour sur le rallye de Catalogne 2000, épreuve où Colin McRae s’est imposé après une rude bataille face à son compatriote Richard Burns et son coéquipier Carlos Sainz.

En cette saison 2000, quatre constructeurs sont en capacité de s’imposer sur tous les terrains : Ford, Subaru, Mitsubishi et Peugeot. Pour Skoda, Hyundai et Seat, un championnat de 2e division est déjà en place…

Au départ de ce Catalogne, Richard Burns (Subaru) espère surfer sur sa belle dynamique après deux victoires consécutives conquises au Safari et au Portugal. Le leader du championnat va notamment affronter les Ford de Carlos Sainz et Colin McRae, les Peugeot de Marcus Grönholm, Gilles Panizzi et François Delecour, mais aussi la Mitsubishi de Tommi Mäkinen, le quadruple champion du monde en titre !

Sur une forme olympique depuis un mois et demi avec son Impreza, Richard Burns est en grande forme d’entrée. Dès le premier chrono, le britannique frappe fort avec trois dixièmes au kilomètre de mieux que ses adversaires, avant d’être encore le plus performant dans la 2. Dans celle-ci, seules les Ford de McRae et Sainz arrivent à suivre alors que les autres sont à plus de 11s en 22 km !

Auteur du troisième temps dans la 3, Burns rejoint la parc d’assistance avec déjà une belle marge de 11s2 sur McRae et 18s7 sur Sainz. Premier tricolore et premier pilote Peugeot, Delecour s’accroche dans la bagarre pour le podium, suivi par Mäkinen.

A la reprise dans l’après-midi, Burns signe un temps pharaonique de 9:31.5 dans le chrono de « La Trona », long de 12,88 km. McRae et Mäkinen encaissent 12s et Sainz 13 ! La première Peugeot de Grönholm est à plus de 18s.

Si le choix de pneus de Burns a été payant dans cette fameuse spéciale, le britannique va ensuite subir dans la 5, spéciale étrangement remportée par Armin Schwarz  et son imposante Skoda Octavia WRC, aidé par des conditions climatiques favorables. Auteur du 8e temps, Burns perd là 10s1 sur McRae face à son plus proche poursuivant, puis encore 5s8 dans l’ultime spéciale de la journée.

Au terme de cette première étape, Burns conserve tout de même sa place de leader, 8s devant McRae et sa Focus, et 24s2 sur Sainz. Très régulier, Mäkinen est également dans le coup à une demi-seconde du podium. Derrière ce joli quatuor, le trou est fait avec des pilotes à plus de cinquante secondes dont les trois Peugeot officielles avec dans l’ordre, Delecour, Grönholm et Panizzi.

Le lendemain matin, le programme est sacrément copieux avec une spéciale de 45,88 km pour attaquer cette journée. Dans celle-ci, McRae signe le scratch, de peu devant les Peugeot de Delecour et Panizzi, mais c’est surtout la performance de Burns qui est à noter avec 18s7 de déboire à l’arrivée. McRae en profite forcément pour prendre la tête, 10s7 devant Burns et 20s9 sur Sainz, toujours menacé par Mäkinen.

Si Burns réagit bien dans la 8 (7s4 de mieux que McRae), le pilote Subaru prend encore une raclée dans le deuxième passage de Gratallops (45,88 km). Il s’incline une deuxième fois face à son adversaire et perd là 7s5. Au général et après un début d’étape très costaud (128 km en 3 spéciales !!!), McRae possède une petite marge de 10s8 sur Burns et 18s9 sur Sainz, discret mais toujours aussi régulier. Avec sa Mitsubishi, Mäkinen s’accroche toujours.

En fin de journée, les deux dernières spéciales profitent à Sainz, auteur de deux scratchs, suivi à chaque fois par Burns ! Ce dernier vient de récupérer 6s5 sur McRae, plus discret sur cette fin d’étape mais toujours leader pour 4s3 face au pilote Subaru. A 9s3 de son coéquipier leader, Sainz garde encore de grandes chances de s’imposer. Si régulier jusque là, Mäkinen a totalement décroché face au podium à cause d’une dernière spéciale délicate.

Le dimanche 2 avril 2000 au matin, McRae va encore faire la différence dans une très longue spéciale. Dans les 36,85 km de St Julia – Arbucies, le pilote Ford est impérial et colle 7s à Burns, sèchement battu dans cette ouverture de journée. Sainz ne fait pas mieux en lâchant 8s4 face à son coéquipier. Mais heureusement pour le suspense et malheureusement pour lui, McRae a effectué un faux départ dans cette spéciale 12, écopant d’une pénalité de 10s. Celle-ci fragilise évidemment le pilote Ford et permet à Burns de revenir à 1s3 et Sainz à 7s7. Reste alors trois spéciales.

Dans les 18,23 km suivants du « Coll de Bracons », Sainz est le plus fort dans ce trio de tête alors que Burns reprend 2 dixièmes. A deux spéciales de l’arrivée, les trois hommes de tête sont regroupés en 5s4 ! 

Mais comme au matin et sur le reste du rallye, McRae est encore impérial quand la distance s’allonge. Dans le deuxième passage de St Julia, le britannique améliore encore son magnifique chrono du premier passage, repoussant cette fois Burns à 4s8 et Sainz à 5s5. Dans la dernière spéciale, le pilote Ford termine sur un gros rythme et signe ainsi sa deuxième victoire en Catalogne, 5 ans après un premier succès déjà acquis de peu face à Pierro Liatti.

Impressionnant en début de course, Burns s’incline pour 5s9 alors que Sainz, trop tendre en début de rallye, échoue à 11s6 de McRae. Avec cette deuxième place, le pilote Subaru en profite pour conforter sa place de leader au championnat.

Classement Final

Pos.EquipageVoitureEcart
1McRae-GristFord Focus WRC 
2Burns-ReidSubaru Impreza WRC+5.9
3Sainz-MoyaFord Focus WRC+11.7
4Mäkinen-MannisenmäkiMitsubishi Lancer Evo VI+40.2
5Grönholm-RautianenPeugeot 206 WRC+1:51.7
6Panizzi-PanizziPeugeot 206 WRC+2:10.9




S’abonner
Notifier de
guest
5 Commentaires
Newest
Oldest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
jmb17
jmb17
1 mois il y a

5 champions du monde aux 5 premières places => soit 10 titres. Ce Catalogne avait de l’allure !

natlin
natlin
1 mois il y a

la 206 va rectifier le tir apres sur le goudron, double en corse et san remo, et devenir la caisse a battre
7 constructeurs en 2000, 4 pour la gagne, c’etait geant, 20 ans apres seulement 3, snif