Ciamin : « Priorité au WRC-2 »



A 20 ans seulement, Nicolas Ciamin apparaît déjà comme l’un des principaux espoirs du rallye français, et au regard de sa saison 2018, ce statut est loin d’être usurpé.

Engagé sur un double programme en WRC-2 et en championnat de France asphalte, le jeune niçois a su se faire remarquer dans la classe R5, signant notamment un podium en Sardaigne, tout en épatant tout le monde en France au volant d’une originale Abarth 124 RGT.

Alors que 2019 est déjà dans toutes les têtes et particulièrement dans la sienne, nous avons pu échanger avec Nicolas pour évoquer cette saison 2018 et la suite de sa carrière.

Quel est ton bilan brut de cette saison 2018 ?

« C’est vraiment une bonne année pour moi en général. En championnat de France asphalte, cela a dépassé mes attentes et celles de l’équipe, et en WRC-2, c’était pas mal mais j’aurais espéré faire un peu mieux. « 

Evoquons plus longuement ta première année en WRC-2.

« Quand j’étais à l’aise dans la voiture, les chronos étaient bons, mais parfois on a manqué de petites choses pour faire mieux.

En Sardaigne (3e), j’ai fait une course sans erreur, sans la moindre touchette. On a rapidement joué le podium et nous avons longtemps été deuxièmes, mais Veiby remontait très fort. J’ai gagné un peu de crédit auprès de Hyundai après cette manche.

En Allemagne, j’ai eu quelques petites soucis mécaniques. J’ai eu du mal avec le comportement de la voiture mais j’ai quand même signé quelques bons temps avec un 3e et 2e temps, devant Huttunen, notre point de référence cette saison. Mais, il était un peu plus rapide que moi au final, notamment dans les portions sales.

Je n’ai finalement pas fait le Turquie qui était initialement au programme. Le budget n’était pas forcément réuni et en plus, ce rallye promettait d’être très cassant, donc ce n’était pas le bon plan pour nous. J’ai envisagé l’Espagne ensuite mais le budget n’était pas réuni non plus. »

Revenons en France maintenant avec cette originale Abarth 124 RGT.

« La voiture a vraiment beaucoup évolué entre les Cévennes 2017 et le Touquet 2018. J’ai participé pour la première fois à un vrai développement sur une voiture. Elle était au point dès l’entame au Touquet et n’a pas trop évolué sur le reste de la saison. On a signé des temps au milieu des R5 toute l’année, avec un scratch au Rouergue, et le podium était jouable au Mont-Blanc avant d’avoir des problèmes. J’ai attaqué toute la saison bien sûr mais j’ai ciblé particulièrement quelques spéciales où je sentais que je pouvais vraiment faire quelque chose.

On a eu une grosse bagarre avec Rouillard jusqu’au Mont-Blanc, avant de le voir en Skoda jusqu’à la fin de saison. C’était dommage d’être tout seul ensuite, mais au Var, j’avais plus de comparaison avec Astier et Chavanne.

Ce championnat m’a apporté finalement plus de visibilité que prévue et plus de reconnaissance.« 

Depuis tes débuts en rallye, tu es copiloté par Thibault De la Haye, mais cette association prend fin en 2018. Pourquoi ? 

« On s’est séparés pour diverses raisons, on reste en bon rapport, il n’y a pas de problème. D’ailleurs on a participé à un régional dernièrement alors que notre décision était prise.

Je ne sais pas encore qui sera son remplaçant. J’ai roulé à quatre reprises avec Anthony (Villanova) et cela s’est très bien passé, donc on verra. »

2018 terminée, place maintenant à 2019. C’est quoi le programme ?  

« Depuis trois jours, je suis au téléphone pour essayer de trouver une solution pour le Monte-Carlo. En même temps, je suis dans les ateliers de Stéphane Sarrazin pour apprendre en mécanique car j’ai des manques à ce niveau.

Mon objectif est vraiment de rouler en WRC-2 la saison prochaine. Si je dois faire le Monte-Carlo, ce sera forcément en R5. On étudie plusieurs pistes, l’objectif est de trouver le meilleur compromis budget/performance possible. La Skoda reste la meilleure voiture à mes yeux, même si toutes les autres sont très bonnes aussi. Je suis aussi en contact avec Hyundai pour le programme HMDP (Huttunen en 2018), mais c’est pour l’instant en suspens.

Si on doit se limiter à 4/5 épreuves en WRC-2, ce sera comme ça, mais la priorité est vraiment de rouler dans cette catégorie. Un programme complémentaire en R4 avec Milano Racing peut également être très intéressant, si Milano et Oreca apportent leur soutien.

Est-ce que tu peux espérer une aide de la FFSA ?

« J’ai quelques contacts avec la FFSA pour la saison prochaine, il est peut-être possible de faire quelque chose, on va voir. »

Même si tu n’as que 20 ans, tu roules déjà depuis trois saisons en rallye. As-tu un âge « limite » pour réussir ?

« Je me donne 2 saisons, 3 je pense même, pour réussir à faire quelque chose et devenir pilote officiel. Le sport automobile est dans ma vie depuis un moment maintenant, je n’ai pas fait d’études et je n’ai pas de boulot. Si je n’y arrive pas, il faudra bien travailler….comme tout le monde en fait (rires).

 Si je n’y arrive pas, je ferai peut-être quelque chose autour de l’automobile, mon père étant dans le commerce automobile, cela donne quelques idées. »





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Toto dit :

    Pour moi Nicolas ciamin et Yohan rossel sont mes plus grand espoir français actuellement

  2. Fab dit :

    Toutes ces affirmations sur le niveau de pilotes qui ont des parcours très différents sur des autos également differentes, cest quand assez aléatoire et pas très significatif je trouve.
    Ciamin, en plus du potentiel qu’il a montré, a l’avantage de son jeune âge par rapport à l’expérience déjà acquise. Encore faut il qu’il puisse maintenant démontrer son niveau par des programmes valorisants et ça, c’est le gros point d’interrogation.

    • Bea dit :

      On en revient toujours au problème de budget, les constructeurs n’aident plus les jeunes -ou rarement- et si tu n’as pas assez d’argent pour te faire remarque on ne te donne pas ta chance

  3. Spectator dit :

    Pour avoir vu rouler Bouffier et Bonato plusieurs fois cette saison, il est évident de dire qu’au niveau matériel il n’y a pas photo. Le Hyundai de Bryan est loin de la Citroen, je ne parle pas même pas du roulage… Bryan reste à mon avis la référence avec Cédric Robert mais là c’est mission impossible face à Yoann qui a atteint un très haut niveau. En ce qui concerne Ciamin, il a du potentiel et une grosse pointe de vitesse. Avec une Fabia ou la C3 il serait devant en CF! Pour moi c »est clair.

    • tymy dit :

      oui Bouffier n’a pas rouler en WRC ainsi qu’en ERC cette année et roulait avec un tracteur en championnat de france…
      et curieusement la C3 R5 qui était « partie sur les bases de la DS3 » est aujourd’hui une référence de la catégorie…
      Bouffier est une référence sur l’asphalte tout comme Robert… ce qui donne encore plus de panache a Bonato car cette année ils étaient quasiment à armes égales (pratiquement car Brian a un peu marqué le pas après son accident)

      • Sandy dit :

        Tout comme Spectator je pense que Nicolas Ciamin, vu son jeune age et sa rapide progression sera très vite aux niveau des leaders du CDF.
        Il ne le sera pas dès le début mais vu comme il apprend vite il comblera vite le déficit d’experience et de roulage qu’il a par rapport aux cadors de la catégorie.
        Quand on voit les temps qu’il a fait cette année avec l’Abarth, on voit de suite que c’est une pépite.
        On l’avait déjà compris en 2017 au regard de sa saison en mondial alors qu’il avait débuté les rallyen 2016.
        Bref un très vite, qui gravit aussi vite les échelons que les spéciales !

  4. Tom06 dit :

    On espère pleins de bonnes choses pour Nicolas en 2019 je pense qu’il le mérite vraiment vu les résultats qu’il fait avec cette 124 pour moi il a un sacré potentiel le garçon. Dans une écurie officielle e wrc 2 ça va être intéressant… a suivre!

  5. Romrom dit :

    On espère bien que la FFSA l’aide cette année ! Il a tellement plus de potentiel que certains qui sont aidés !
    Ce serait quand même vraiment honteux s’il n’était pas enfin aidé !
    Pour le reste je l’ai déjà dit, c’est pour moi l’espoir le plus solide en France.
    Ce serait aussi très intéressant de le voir dans la Fiat 500X R4 du Milano Racing.

  6. Bastia rallye dit :

    FORZA Nico la corse du rallye avec toi

  7. Jeff Boulet dit :

    Pour répondre à Robert F, Nicolas est, à mon sens, un vrai cran au dessus de Bonato sur asphalte. J’aime beaucoup Yoann qui a un vrai talent mais il roule beaucoup plus que la majorité de ses adversaires entre les épreuves… Bouffier est la référence intrinsèque, il a gagné le Monté Carlo en IRC et fait un podium en WRC!!

    • robert feuillette dit :

      Bonsoir, ne sous-estimez vous pas un peu Bonato ? Ou ne surestimez-vous pas Bouffier ?
      Comme vous Jeff, je pensais que Bouffier poserait beaucoup de problèmes à Bonato. Mais finalement, il n’y a pas eu de match, excepté au Touquet et un peu à l’Antibes, même s’il s’est joué sur un choix de pneus à cause de la pluie, et non sur la vitesse pure.
      Peut-être que le manque d’expérience (récente) de Bouffier l’a un peu handicapé, ce qui expliquerait l’écart. Et puis il y a clairement un coup d’arrêt après Ypres (sortie, côtes cassées je crois).
      Cependant, prenons le Charbo par exemple, où les deux étaient au mieux : Bonato a écrasé le rallye, avec sa récente acquisition… étrennée deux semaines auparavant en Corse avec une deuxième place scratch derrière la référence mondiale en R5 sur asphalte. Je pense réellement que Bonato est à un niveau très élevé, comme Bouffier a pu il y a quelques années le démontrer… Aujourd’hui, il me semble largement convainquant, non ? Notamment en mondial.
      Bref, en tout cas, j’espère avoir un championnat l’an prochain avec les deux au maximum de leur capacité, car l’écart réel n’est comme vous le signifiez pas celui que l’on a vu cette année.

      • Bea dit :

        Bonato a fait des milliers de km de tests avec sa Citroen avnt de faire des courses avec, donc même si c’était une nouvelle monture c’etaIt aussi pour lui loin d’etr Une découverte !
        Il maîtrisait largement sa monture.
        Il était plus que rodé !

    • Bea dit :

      Je pense comme vous que Ciamin, vu son expérience bien inférieure à Bonato, est certainement un cran au dessus vu qu’il est pas loin avec une voiture moins performante !
      Donnez la 124 à Bonato et il serait loin d’etre à ce niveau !
      Il faut surtout se rappeler que Ciamin ne roule pas beaucoup et arrive quand même à être au niveau des autres tout en ayant une voiture en dessous !

    • jekyll73 dit :

      pourquoi toujours comparer et dénigrer nos pilotes français… L’exemple de Bonato est parfait car à l’age de Ciamin il apparaisait comme « l’espoir » et était pilote officiel citroen! la suite à été bien plus compliqué jusqu’a CHL…
      Laissons le temps à Ciamin sans lui mettre la pression et/ou lui faire griller des etapes, il a un potentiel certain, mais il faut qu’il s’aguérisse et qu’il confirme…
      Quand au niveau de Bonato, il est a mon sens une des reférences française sur l’asphalte aujourd’hui (hormis les 2 seb) et montre une pointe de vitesse et un régularité impressionnante, donc clairement au dessus des jeunes Ciamin et Fourmeaux, qui je l’espere confirmeront et deviendront des « tout bon »

      • Iza dit :

        Evidemment qu’il est au dessus vu qu’il a une R5 et Ciamin une GT+ et qu’il n’ont pas du tout la même expérience, Bonato à 125 départs en rallyes, Ciamin n’en est même pas à la moitié.
        Mais c’est facile de voir que Ciamin pour sa 3ème saison en rallye est déjà dans les roues de Bonato avec une voiture qui est loin d’être aussi performante. Et qu’il n’a pas roulé des milliers de km pour la mettre au point comme l’a fait Bonato avec la sienne.
        Donc forcément ça laisse supposer que le potentiel est bien meilleur.
        Et regardez ce qu’a fait Ciamin aux Castines pour sa 1ère sortie sur terre avec la R5, il finit 3 -sans le pépin mécanique il était 2-
        On peut donc sans sous-estimez Bonato, loin de là, que le jeune a plus de niveau et que quand il aura 12 ou 13 saisons de rallye dans les pattes on peut aisément se dire qu’il sera plus qu’au dessus !

  8. Michel dit :

    Ciamin est sûrement le meilleur espoir français tout en étant le p’us jeune, il a donc aussi du temps pour y arriver.
    Il semnle posé et intelligent.
    Son seul souci semble être le budget.
    Espérons que Hyundai -ou un autre- le prenne sous son aile, afin qu’il puisse rpuler er s’ent Autant que les autres.
    Si ça arrive, je pense qu’il sera rapidement apte à rivalyavec les meilleurs du WRC2.

  9. Gtv6 dit :

    Je pense qu’avec Nicolas Ciamin et Adrien Fourmaux, on à deux jeunes capable d’assurer la relève des plus grands.
    Pour réussir à gravir les échelons qui mènent au plus haut niveau, beaucoup de paramètres entrent en compte. Souhaitons leur bonne chance.

  10. jean francois dit :

    Un aussi jeune pilote qui tire la classe gt vers le haut
    respect

  11. robert feuillette dit :

    Un pilote tout simplement exceptionnel. Il est impressionnant. Ce qu’il a fait cette saison avec la 124 est monstrueux. Idem en WRC2 où il fait un podium pour son deuxième rallye terre en carrière avec un R5, premier en championnat du monde.
    Le programme de détection Hyundai est vraiment très intéressant, et même si Huttunen m’a beaucoup déçu cette année, je pense que cela pourrait permettre à de vraies pépites d’exploser grace à un programme en WRC2. J’espère que Nandan, qui a du mal avec ses jeunes pilotes (Abbring, Huttunen), misera sur celui-là.

    De plus, un programme complet en CdF serait un pas intéressant, et vu le plateau qui s’annonce pour l’an prochain, il se mesurerait à ce qui se fait de mieux en France. Je pense qu’il peut tous les taper, excepté peut-être Bonato, qui est vraiment très au dessus pour l’instant… À voir