Deuxième à Mâcon avec panache (Eric Brunson)




Eric, vous nous aviez habitués à être dans le coup dès les premiers kilomètres, que s’est-il passé dans les deux premières spéciales? – On a...

img_0086
On a commis une erreur au shakedown. Nous étions en confiance avec la Subaru et malgré cela nous avons imaginé qu’en mettant plus de pré-charge sur l’avant, elle serait plus efficace.


L’effet escompté ne s’est pas vérifié en action puisqu’un sous-virage important à l’accélération est apparu dès le début de l’ES1. J’ai d’ailleurs fait une embardée dans un fossé au bout de 2km où j’ai failli tout perdre ! A mi-spéciale, dans un virage gauche en phase de décélération pour un virage droite de relance, la subaru a sous-virée dans le gauche, je l’ai alors balancé au pied gauche dans le droite, mais elle a pris trop d’angle latérale jusqu’à toucher l’herbe et donc finir en tête à queue à vive allure. Dans la deuxième spéciale, la confiance dans la voiture s’étant totalement évaporée, il a fallu être prudent pour ne pas se faire piéger. Après un passage par l’assistance, nous avons rectifié le tir et donc retrouvé notre Subaru.

Au départ de la seconde étape, votre retard sur les hommes de tête était de 41.8 secondes, dans quel état d’esprit étiez-vous David et vous au moment de prendre le départ de la première spéciale du samedi matin ?
– La tâche paraissait rude mais en rallye tout est possible. Nous étions hyper motivés par ce challenge d’essayer de remporter cette course. Il ne fallait rien lâcher et essayer de mettre la pression sur Julien et Jean-Marie. Nous finissons finalement à 11 secondes de Julien, mais au moins on aura tout tenté !

Vous nous avez impressionnés durant ce week-end, vous êtes le meilleur performer de ce rallye avec 8 temps scratch sur 12 spéciales.
– On a roulé à bloc sans se poser de questions, et on a atteint des moments d’osmose avec la Subaru qu’on
n’avait jamais connus auparavant. On a compris pas mal de chose en roulant à ce rythme et ce n’est que positif pour l’avenir !

Votre avance sur G.NANTET était quand même confortable, à aucun moment vous ne vous êtes dit « j’assure cette seconde place » ?
– A aucun moment.

Les points pris vous relance dans ce championnat, à votre avis le profil du prochain rallye du Rouergue sera-t-il à l’avantage des WRC de dernière génération ?
-On voit que la Fiesta est au niveau des 2 litres. Ce qu’on voit, c’est qu’il y a cette année une superbe bagarre
à trois avec Julien et Jean-Marie. J’espère qu’on va vivre encore de grands moments de sport, et en ce qui me concerne je suis déterminé à connaître à nouveau la victoire.

Eric, quelques mots sur l’organisation du rallye des Vins de Mâcon.
– Un sans faute. Chapeau au comité d’organisation pour l’accueil, le format des reconnaissances, le timing, le parc dans la magnifique ville de Mâcon.





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. briwan dit :

    superbe course de brunson!! qui sans c’est mauvais réglages du debut de rallye aurait pu joué la gagne!!