Al-Attiyah triple la mise (Dakar)



793 kilomètres dont 523 chronométrés sont au programme de cette douzième étape qui reliera Fiambalá à San Juan en Argentine.

L’étape du jour : Fiambalá / Chilecito / San Juan

Même si l’étape est très longue (523 km), le parcours du jour ne devrait pas proposer d’énormes difficultés avec un tracé surtout rocailleux et sinueux (65% terre, 27% sable et 8% pierre). La navigation sera néanmoins importante à travers les nombreux rios présents sur cette étape.

La première auto, celle de Bernhard Ten Brinke, s’élancera à partir de 11h00 (heure française) suivi des Peugeot de Cyril Despres, Carlos Sainz et Stéphane Peterhansel.

La premier secteur chronométré (288 km) devrait se terminer vers 14h35 alors que le second (234 km) débutera à 16h05 pour une fin vers 19h20.

Faits Marquants

A 11h15 : Bernhard Ten Brinke a finalement démarré cette spéciale avec 15 minutes de plus que l’horaire prévue. Derrière le néerlandais, les pilotes s’élancent toutes les trois minutes.

WP1 : Après seulement une vingtaine de minutes de course, Orlando Terranova (Mini) domine devant l’autre Mini de Mikko Hirvonen et pour une dizaine de secondes face aux Toyota de Giniel De Villiers et Nasser Al-Attiyah. Côté Peugeot, le rythme est modeste avec Peterhansel (7e) et Sainz (13e).

WP2 : Plus rapide au WP1, l’argentin Terranova confirme cette bonne forme et devance provisoirement Nasser Al-Attiyah de près deux minutes ! Premier pilote Peugeot, Stéphane Peterhansel pointe désormais à trois minutes alors que Carlos Sainz assure à plus de huit.

WP3 : Derrière Terranova, intouchable sur ce début d’étape, Ten Brinke dépasse son coéquipier Al-Attiyah et maintient le suspense pour la troisième place finale de ce Dakar. Côté Peugeot, Peterhansel navigue toujours à trois minutes et Sainz à plus de huit.

WP5 : Alors que la fin du premier secteur approche, Bernhard Ten Brinke est passé en tête, une minute et demie devant Stéphane Peterhansel et Orlando Terranova. Pour Carlos Sainz, tout va bien puisque l’espagnol continue de gérer à près de neuf minutes.

ASS1 : A l’arrivée de ce premier secteur (288 km), Ten Brinke pointe logiquement en tête mais Nasser Al-Attiyah est bien revenu à 1min28s suivi de près par Stéphane Peterhansel et Orlando Terranova. Au neuvième rang, Carlos Sainz pointe « tranquillement » à neuf minutes.

WP8 : Après la neutralisation, Stéphane Peterhansel a accéléré le rythme et pointe désormais en tête, 15s devant Nasser Al-Attiyah. Ce dernier fait pour l’instant une bonne opération face à Ten Brinke repoussé à deux minutes alors que Carlos Sainz est en fin de top 10 à dix minutes de la tête.

WP9 : La victoire d’étape est encore loin d’être jouée et Nasser Al-Attiyah a pris provisoirement la tête devant Stéphane Peterhansel pour 13s. A plus de trois minutes, Orlando Terranova et Giniel De Villiers se disputent la troisième place du jour. 

Neuvième, Carlos Sainz reste sur un rythme sécuritaire à plus de onze minutes.

Arrivée : Auteur d’un superbe final, Nasser Al-Attiyah est crédité du meilleur temps provisoire, deux minutes devant Stéphane Peterhansel. Derrière le pilote Peugeot, les Toyota confirment leur bonne forme sur cette journée avec Giniel De Villiers suivi de Bernhard Ten Brinke.

=> Retrouvez le classement général mis à jour après l’étape disputée ce jeudi.

Classement de l’étape (provisoire)

PosNomVoitureChrono
1301 – NASSER AL-ATTIYAH (QAT)TOYOTA5h49m57s
2300 – STEPHANE PETERHANSEL (FRA)PEUGEOT00:02:03
3304 – GINIEL DE VILLIERS (ZAF)TOYOTA00:04:33
4307 – ORLANDO TERRANOVA (ARG)MINI00:05:56
5309 – BERNHARD TEN BRINKE (NLD)TOYOTA00:07:53
6305 – MIKKO HIRVONEN (FIN)MINI00:12:15
7319 – SHEIKH KHALID AL QASSIMI (ARE)PEUGEOT00:12:33
8312 – JAKUB PRZYGONSKI (POL)MINI00:14:51
9303 – CARLOS SAINZ (ESP)PEUGEOT00:18:07
10308 – CYRIL DESPRES (FRA)PEUGEOT00:21:37
11318 – LUCIO ALVAREZ (ARG)TOYOTA00:23:49
12331 – SEBASTIAN HALPERN (ARG)TOYOTA00:37:51
13317 – BORIS GARAFULIC (CHL)MINI00:41:29
14334 – PETER VAN MERKSTEIJN (NLD)TOYOTA00:57:57
15320 – ERIC BERNARD (FRA)SODICAR01:00:02
16326 – ALEJANDRO MIGUEL YACOPINI (ARG)TOYOTA01:00:59
17321 – ANTANAS JUKNEVICIUS (LTU)TOYOTA01:04:24
18365 – ERIK WEVERS (NLD)BORGWARD01:18:19
19311 – MARTIN PROKOP (CZE)FORD01:29:25
20323 – BENEDIKTAS VANAGAS (LTU)TOYOTA01:35:21
21349 – VAIDOTAS ZALA (LTU)TOYOTA01:41:30
22366 – MARTIN MALDONADO (ARG)MERCEDES01:47:24
23330 – JERÔME PELICHET (FRA)TOYOTA02:03:45
24327 – MARCO BULACIA (BOL)FORD02:12:20




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. S.L dit :

    la Triumph TR7 V8 !!!!!!!!!
    Voilà qui ne nous rajeunit pas .
    Un commentaire sur le double abandon au tour de Corse (Therier, Pond ?) pour perte du bouchon de vidange .
    En sortie de parc fermé .
    Après une altercation Thérier / Balestre …….
    Ce cher president ………………..

    • roland59 dit :

      effectivement…
      je n’ai pu m’empêcher d’y penser depuis que je l’ai vue aux mains de Pond en 78 à Ypres venir contrer la stratos de Carello alors leader du championnat d’Europe, puis récidiver 2 ans plus tard, accompagné d’Eklund pour devenir, il me semble, le seul briton avec 2 victoires dans les flandres belges…
      la métro 6R4 ne m’ ayant jamais donné le sentiment de pouvoir jouer devant, fut elle pilotée par les talentueux Wilson, Thérier, Eklund aussi je crois, Duez, Auriol…
      d’ailleurs je crois que son meilleur résultat est une 3ième place au RAC 85 avec… Tony Pond.. 🙂

  2. Denis dit :

    Vous reprendrez bien un peu de désert ?
    Objectifs de Peugeot :
    Sainz : « gérer »
    Perterhansel : « conforter »
    Despres : « assurer »
    Chez Toyota :
    Al Attiah : attaquer !
    Ten Brinke : attaquer !
    De Villiers : attaquer !
    Chez Mni : Finir !

    • roland59 dit :

      oui, c’est çà…
      à ma façon, je dirais…:
      Peugeot maîtrise
      Toy fait ce qu’il faut/peut pour qu’il y ait une compétition…
      Mini… décidément, ne parvient pas à se hisser et ne me fait toujours pas oublier la Triumph TR7 V8…

    • jeff dit :

      Despres n’est pas là pour « assurer » mais pour « être prêt à dépanner ». Ce qui lui est demandé ce n’est pas de finir le Dakar mais de tout faire pour que Sainz et Peterhansel terminent, quitte à désosser complètement sa 3008 ! Qu’il termine dernier ou abandonne à quelques heures de l’arrivée n’a aucune importance !