Fourmaux : « On a même testé les murs de neige »



Après son éclatant podium du Monte-Carlo, Adrien Fourmaux est repassé par la catégorie inférieure ce week-end en Suède, découvrant avec application ce terrain si particulier.

Opposé dans la classe R2 aux nouvelles Fiesta 2019, le pilote tricolore a tout de même pu se comparer aux jeunes du JWRC, signant quelques chronos dans le top 5 et même un scratch. Outre ces performances, Adrien a également rencontré un mur de neige d’un peu trop près, et a subi une crevaison.

A son retour de Karlstad et avant un nouveau stage de préparation physique avec la FFSA, le jeune français est revenu avec nous sur cette épreuve. 

Quel est le bilan global de ton rallye ?

« Je suis vraiment content, c’était vraiment un bon résultat. On a progressé comme on voulait et c’est satisfaisant pour la suite. J’ai vraiment pris du plaisir et on a pris le maximum d’expérience, sans n’avoir aucun problème avec la voiture.

Au début, j’étais un peu hésitant et je manquais un peu de confiance en entrée de virage mais après c’est venu peu à peu.

On a même testé les murs de neige. On s’est posé dans un mur, avec plus aucune roue au contact de la route. Il n’y avait aucun spectateur dans les parages, on a sorti le cric et on a finalement réussi à repartir vingt minutes plus tard. Dans les deux spéciales d’après, avec deux pneus neufs, on signe le 4e temps puis un scratch.

Pour les résultats justement, c’état difficile de se comparer avec les autres Fiesta, ils avaient des voitures plus récentes et de toute façon, nous n’étions pas là pour faire une bonne performance. »

Qu’as tu pensé du pilotage sur la neige et la glace ?

« J’ai été agréablement surpris du pilotage sur cette surface. Il faut « piloter très tôt » et brutaliser davantage la voiture en entrée de virage par rapport à la terre. C’est vraiment très fluide de rouler sur la glace, on a l’impression de rouler sur un coussin d’air, c’est vraiment sympa comme sensations. Il y avait beaucoup de grip en latéral. Par contre, j’ai été surpris du freinage qui n’est pas super bon sur de la glace vive.

Dans les deuxièmes passages, j’ai appris à préserver les clous des pneus, j’ai retrouvé un peu des sensations de la terre. Il faut surtout éviter de sortir des traces et arriver dans la neige molle, mais c’est ce que j’ai fait au moment de notre sortie et la sanction a été immédiate. »

As-tu modifié tes notes pour une telle épreuve ?

« Oui j’ai pu apprendre et améliorer des choses. Notamment au niveau des « Ciel » car il y a en beaucoup ici, donc plus de précisions sur les notes avant et après par exemple. J’ai ajouté également des « Freins » dans mes notes pour des enchaînements de virages afin de me faciliter les choses. »

Maintenant, direction le Touquet, une épreuve forcément spéciale pour toi. Quels seront tes objectifs là-bas ?

« Être à l’arrivée, principalement. C’est un rallye qui me tient à coeur, c’est ma région et tous mes partenaires seront là.

Je vise quand même une bonne place à l’arrivée. J’ai terminé 22e l’année dernière avec la Fiesta R2J, alors j’espère gagner au moins 20 places cette année avec une R5 (rires). Faire un podium en France, ce serait vraiment top mais le plateau s’annonce énorme. Maintenant que j’ai plus d’expérience la Fiesta R5 suite au Monte-Carlo, j’espère être dans le coup.

C’est un terrain et des spéciales que j’aime vraiment, et je connais bien le grip particulier de cette région. « 





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Pikpik974 dit :

    Il a l’air intelligent le garçon. Le plus dur dans ce sport étant d’aller vite pendant plus de 300km de spéciales sans faire d’erreurs. Pour le moment il fait bien le job. Le Touquet sera effectivement un bon test face à une concurrence féroce ! Vivement la suite

  2. roland59 dit :

    il apprend, Adrien… il apprend..
    bien joué biloute..

  3. Durum65 dit :

    Et le fait qu’il est un partenariat michelin qui doit surement lui filer des ronds alors qu’il a roulé en Pirelli en suède c’est normal?
    Tout cela en affichant avec fierté les couleurs de michelin je trouve tres moyen…..

    • Kaizer Sauzée dit :

      Le mec commence à peine sa carrière et t’es déjà sur son dos…
      Sympa.

    • Rallye-Sport.fr dit :

      Il faut aller un peu plus loin que ça avant d’être aussi affirmatif sur un sujet. Michelin n’avait aucun pneu homologué pour cette manche, au contraire de Pirelli ou Dmack.

      Et l’équipe d’Adrien a bien tenté de cacher les logos Pirelli, mais en spéciale, ils se sont rapidement arrachés…forcément.

  4. walter dit :

    Bravo, Adrien, ceux qui te connaissent savent quel talent tu as et espèrent que tu iras loin.

  5. Rémi dit :

    Oui le Touquet est vers chez lui, il est de lille dcp il doit être a 2h de là-bas.

  6. Jeff Boulet dit :

    Il s’agit de ne pas de s’emballer ; l’exemple d’Eric Camilli qui avait fait des temps extraordinaires en découvrant les pistes Suédoises nous le rappelle ; mais les chronos de Fourmaux ce week end, pour sa 3ème saison de rallyes seulement, ont été vraiment édifiants face aux concurrents du JWRC. La plupart sont plus expérimentés (8ème saison pour Radstrom, 12ème pour Torn, 8ème pour Roland…), certains sont des spécialistes de ces conditions ou des locaux, comme le vainqueur Tom Kristensson qui à déjà croisé le fer avec Jari Huttunen en ADAC Opel Cup 2016. Et puis surtout, tous sont mieux armés ! Il faut néanmoins féliciter le jeune Letton Martin Sesks qui découvrait aussi la Suède et qui a fait 3 scratchs ! Au volant de sa Fiesta 2018, Adrien lui, a régulièrement réussi à s’intercaler parmi les meilleurs (12 fois dans le top 5 du R2) et même à faire un MT ! Il faut préciser à ce sujet que la Fiesta 2019 affiche à priori 30 cv de plus, d’un empattement plus important, qu’elle dispose d’amortisseurs Reiger réglables plus efficaces, de freins mieux refroidis… Bref, une auto plus aboutie. Je ne sais pas dans quelle proportion la version 2019 est plus véloce (minimum 7 ou 8 dixième au kil ?…) mais ceux qui ont roulé avec les deux versions confirment que la nouvelle est beaucoup plus rapide. En découvrant le Var Adrien tenait le rythme de Sarrazin avant de fauter, en découvrant le Monté Carlo il rend une copie parfaite et termine 10ème, pour sa première course à l’étranger sur la neige et la glace d’Europe du nord, il rivalise avec des espoirs confirmés. A suivre…

  7. Pierre12 dit :

    Quel talent!
    À chaque épreuve qu’il fait, il marque les esprits!
    Bravo.
    Continue, le Touquet c’est vers chez lui non!!!!???

  8. Sylvain dit :

    NB les interviews de Lefebvre aussi étaient super, voire plus que celle-là… et puis? Ce que l’on peut lui souhaiter c’est d’être (très) bien entouré pour éviter tout ce qui peut l’être, de bien programmer son apprentissage et d’avoir de la réussite (un aspect fondamental), que ce soit en course ou dans avec ses soutiens.

  9. ahOuiOui dit :

    je lui souhaite le meilleur pour cette saison, et pour le Touquet un podium serait fabuleux pour ce jeune plein de talents et la tête sur les épaules en tout cas. bonne chance 😀

  10. bazire dit :

    Bonne tête bien pleine ce jeune qui peut le mener haut , voir très haut ……