Ulbert goûte à la victoire



Grand animateur de la région Aquitaine/Limousin depuis ses débuts en 2003, Anthony Ulbert vient de remporter son premier succès en Coupe de France lors du rallye des Cieux Monts de Blond.

Après de nombreux podiums en Renault Clio et même R5 GT Turbo, le pilote sarladais a rapidement trouvé ses marques sur sa nouvelle monture : une Mitsubishi Lancer A8.

Carte d’identité

  • Nom : Anthony Ulbert
  • Age : 34 ans
  • Région : Limousin
  • Copilote (principal) : Thierry Brugeron
  • Voiture : Mitsubishi Lancer Evo VIII A8
  • Métier : Préparateur de voitures de rallye dans mon atelier MPS Diffusion et ma boutique
  • Début en rallye : 2003 (Renault 5 GT Turbo)

T’attendais-tu à un succès si rapide (dès le 4e rallye) avec la Mitsubishi ?

Je ne pensais pas si vite effectivement. La voiture a été finie une semaine avant le premier rallye et nous avons effectué seulement quelques kilomètres de roulage avant de prendre le depart (au rallye du Frontonnais). Il a fallu essuyer quelques plâtres avec une durite de turbo qui nous fait
perdre six minutes.. mais nous avons signé deux temps scratch par la suite et c’était très encourageant pour une prise en main !

Nous sommes arrivés avec plein d’espoirs sur le second rallye mais ce fut un peu la douche froide car malgré une cinquième place au scratch, nous sommes a 2s/km de la victoire et c’est énorme… bref, il y avait du boulot !

Saint-Emillion nous a permis de franchir un cap en faisant plus de 130 kilomètres dans la même journée et ça aide à apprendre la voiture.

La victoire à Cieux a été une vrai surprise ! Evidemment, on la voulait et on l’espérait, mais c’est le cas depuis des années déjà et sans jamais aboutir. Cette victoire est vraiment la bienvenue pour toute l’équipe.

Raconte-nous un peu ce rallye si particulier avec une fin à suspense.

Je croisais les doigts pour qu’il fasse sec car l’experience sur le gras au Quercy n’avait pas été très concluante donc nous étions contents de partir sur le sec pour la premiere boucle. Comme nous rentrons troisièmes, nous commençons à espérer l’arrivée de la pluie pour la seconde boucle ! Ce fut chose faite mais nous rentrons toujours troisièmes…

La décision de partir en pneus mixte sur la dernière boucle a été le bon choix puisque Borderie et Purrey sont partis en slicks et qu’il restait beaucoup de portions très sales dans la premiere spéciale. Au bout de cette spéciale, nous passons à la seconde place derriere Faucher qui avait les mêmes pneus que nous. Cela allait se jouer entre nous deux dans la dernière puisque Borderie et Purrey avaient pris beaucoup trop de retard…

Cette dernière spéciale a été quasi parfaite, et la joie explose au point stop où nous voyons que nous avons gagné !!!

Comment s’est fait ce choix de passer d’une Clio Williams A7 à cette Mitsubishi ?

J’ai toujours ma Clio Williams A7 !! Je ne roule pas avec cette année car j’ai fait faire une caisse neuve chez Bordanova sport et il me manque un peu de temps pour tout démonter de l’ancienne et ressortir une Williams neuve.

Le choix a en fait été de passer de la DS3 A8 à la Mitsu… effectivement, cette Mitsubishi n’est pas a moi ! Elle appartient au garage Constant avec qui on avait monté la DS3 A8 et avec laquelle j’ai roulé sur deux rallyes en 2015. Elle a été vendue très rapidement et il a fallu faire un choix entre une Compact ou une Mitsu. C’est donc cette dernière qui est arrivée au garage en fin d’année dernière et j’ai la chance de pouvoir rouler avec cette superbe voiture.

Revenons maintenant un peut sur tes débuts en R5 GT Turbo. Comment es-tu arrivé dans le milieu du rallye ?

Mon père courait en rallye dans les années 90 avec une gt turbo grN (2 victoires scratch avec les moquettes et sans autobloquant, le groupe N de l’époque), du coup dès le permis en poche, c’est logiquement que j’ai voulu faire pareil !! De plus, en étant étudiant, il était possible de rouler soit dans une gt turbo, soit dans une 106 ou AX ou 205. le choix était vite fait ! La GT turbo, c’est le choix d’avoir une auto performante avec un petit budget. et c’était parti !

En 2008, tu enchaînes les top 6 avec notamment deux troisièmes places, toujours en R5 GT. Quels sont tes souvenirs au volant de cette auto ?

De supers souvenirs !!! C’est une auto qui pourrait encore être dans le coup aujourd’hui… mais aujourd’hui, les jeunes ne veulent pas débuter avec une vielle GT. Ils préfèrent une Saxo ou une 106 qui sera a 2s/km pour le même prix ! C’est un choix. mais c’était
une fierté de rentrer dans les 10 au scratch, voire sur les podiums avec une voiture faite à la maison et qui revenait a environ 15 000€ si on compte toutes les evolutions pendant des années… bref, rapport prix performance imbattable!

Ensuite, tu enchaînes les saisons en Clio Williams A7, Clio F214 mais aussi Clio Ragnotti N3. Au final, si tu devais choisir entre toutes ces Clio, laquelle choisirais-tu et pourquoi ?

La williams A7 pour le fun ! Elle est d’une facilité déconcertante à conduire, et à jeter par les portes! La RS F2000, pour son efficacité, plus rapide et plus puissante que la Williams. Un peu plus difficile de trouver la limite mais tout de même plus rapide.

Enfin, revenons en 2016. Après cet excellent début de saison, quels sont tes objectifs et surtout la suite de ton programme ?

Il n’y a pas vraiment de programme. nous voulions deja prendre en main la Mitsu et nous ne savions pas comment ça allait se passer donc nous n’avons pas vraiment réfléchi à la suite. Le fait que les résultats arrivent plus vite que prévu nous font réfléchir à une finale, mais il faudrait rouler plus souvent. si ce n’est pas cette année, ce sera l’année prochaine, avec la Mitsubishi, la Clio ou autre.

Cette saison va se poursuivre avec les 3 Châteaux, Sauveterre, St yriex, et… on ne sait pas trop !





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *