JM.Latvala : “Je suis vraiment très fier”



Auteur d’un joli doublé la saison dernière pour le retour du Kenya, l’équipe Toyota Gazoo Racing a fait encore mieux cette année, signant tout simplement le quadruplé, le premier de la marque japonaise depuis celui réalisé déjà au Kenya en 1993.

En conférence de presse, Jari-Matti Latvala était évidemment aux anges, saluant le travail de toute son équipe.

“Tout d’abord, je dois dire que je suis vraiment très fier de l’équipe et des pilotes. Ils ont exactement fait le travail attendu pour ce type de rallye. Vous n’avez pas besoin d’être le plus rapide mais vous devez être le plus intelligent.

Vous pouvez voir à quel point il est difficile d’obtenir un tel résultat. La dernière fois que l’on a vu ça, c’était il y a 29 ans ici au Safari. Ce rallye est un test pour les voitures et je pense que nous avons prouvé que nous avions une voiture solide sur cette épreuve. Le travail que nous avons fait avant a vraiment payé.”

Après un rallye de Sardaigne très décevant, l’équipe managée par le Finlandais a travaillé dur pour préparer au mieux cette épreuve.

“Elfyn a mentionné que nous avions eu des problèmes en Sardaigne, sans être non plus les plus performants. Les tests qui ont été effectués avant le Kenya étaient donc très importants. Pendant le shakedown, nous avons également appris certaines choses que nous devions améliorer et changer pour nous assurer que nous étions prêts et forts pour cette épreuve. La plus belle chose a été de voir la manière dont les ingénieurs ont réagi afin de prévenir d’éventuels problèmes pendant le week-end.”

Comme tout le monde finalement, Jari-Matti Latvala a pu constater que cette édition 2022 avait été plus compliquée que la précédente, mettant en causse la nécessité d’avoir des parties sections de fesh-fesh.

“C’était plus difficile que l’année dernière, c’est ce que les pilotes ont pu dire Je suis allé moi-même sur les spéciales et j’ai vu que c’était vraiment un test difficile, nous avons eu des conditions de terre molles, terre dur, rochers, boue, pluie, je pense qu’il y avait de tout sauf la neige. Donc si on avait eu de la neige ici, alors ça commencerait à être vraiment extrême mais c’est à vous de vous adopter aux conditions.

Nous avons besoin de différents types d’épreuves dans le championnat. La seule chose que je peux dire, c’est que la section fesh-fesh étaient des parties très étroites trop difficiles pour les pilotes. Ils n’avaient pas de visibilité parce-que le pare-chocs avant renvoie le sable sur le capot et sur le pare-brise.”




S’abonner
Notification pour
guest
9 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Fan de ...
Fan de ...
1 mois il y a

Je vois en JML un vrai bon manager de pilotes et un fin stratège:
Avant la Sardaigne, il est là … bon résultats
Sardaigne, il s’absente … Résultat moyen.
Kenya, il revient … vous connaissez la suite !

jmb17
jmb17
1 mois il y a

Pour l’ami saxonic, et pour ceux que ça intéresse, le seul “quintet” de toute la période WRC est le suivant :

Portugal 1990, tous sur Lancia Delta Intégrale 16V :
1er : Miki Biasion
2ème : Didier Auriol
3ème : KKK
4ème : Dario Cerrato (italien)
5ème : Carlos Costa Bica (portugais)