La perf’ du week-end : Alix Andrey



Avant le rallye Ain-Jura, disputé le week-end dernier, Alix Andrey, trois rallyes seulement au compteur, n’avait encore jamais connu les joies de franchir l’arrivée d’une épreuve.

La semaine dernière, le pilote jurassien a fait bien plus que d’accomplir cet objectif. Au volant de sa Peugeot 208 R2, accompagné par Enzo Mahinc, Alix a rapidement intégré le top 10 au scratch de cette manche du championnat de France 2e division.

A l’issue d’une fin de course haletante face à Clément Bully pour remporter la classe R2, Alix termine à la dixième place au scratch, s’imposant en R2 pour seulement 4s6. Après cette victoire acquise de haute lutte, le jeune pilote jurassien a répondu à nos questions avec un leitmotiv qui transparaît dans cette interview : le plaisir du pilotage.

Avant de parler de ton week-end à l’Ain-Jura, peux-tu te présenter rapidement ?

« Alors, je m’appelle Alix, j’ai 24 ans, je suis à mon compte dans les travaux Publics depuis maintenant 3 ans. La passion première qui m’anime depuis mon plus jeune âge est de tout conduire à partir du moment où il y a un moteur et que ça se déplace. J’ai toujours eu un grand intérêt pour les voitures de sport ainsi que l’histoire du sport automobile en général. J’ai commencé le rallye en tant que co-pilote en 2014 mais la place de droite ne me convient pas du tout, surtout depuis que j’ai le permis. Il me faut les commandes. J’ai donc préféré rester sur le bord des spéciales afin de prendre de la graine et attendre gentiment mon tour. »

Pour cette épreuve, ton 4e rallye seulement, tu devais découvrir une voiture (208 R2) mais également un nouveau copilote. Quel était ton objectif au départ ? Rejoindre l’arrivée devait déjà être primordial pour toi ?

« Mon objectif de départ était par dessus tout de voir la ligne d’arrivée d’un rallye, peu importe le reste. Mes 3 expériences précédentes ne représentent rien pour moi, en tout point le support était catastrophique. Il me fallait donc à tout prix rejoindre la ligne d’arrivée en un seul morceau, pour moi personnellement et pour les mécanos. »

Dès les premiers chronos, tu jouais tout proche du top 10 et la tête du R2. Etais-tu surpris de cette performance ?

« Effectivement à notre grande surprise à l’issue du vendredi soir nous rentrons en tête de catégorie et 8 ème scratch malgré mon insatisfaction du à quelques erreurs et la gêne du concurrent de devant dans la 2 eme spéciale. Quand Enzo (mon copilote) m’a annoncé ça, j’ai vraiment cru qu’il déconnait ! »

A mi-rallye, tu as perdu la tête du R2 après un mauvais chrono dans l’ES6. Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Pensais-tu alors que la victoire était encore possible ?

« Dans l’es 6 je fais une erreur de débutant sur un gros freinage, je le rate et me retrouve obligé de prendre l’échappatoire afin d’aller tourner plus loin et de revenir sur la spéciale. Erreur qui nous coûte la perte de la tête du r2 de presque 8 secondes sur Clement (Bully)… Enzo et moi savions que ça allait être très compliqué car ce que l’on prenait à Clément dans l’es chemin de la guerre il nous le reprenait dans le Poizat. Mais nous ne nous sommes mis aucune pression, comme depuis le départ, car jouer aux avant postes était déjà du bonus pour nous ! »

Au final, tu signes une belle remontée, signant notamment un superbe huitième temps dans l’ES7 ! Dans la dernière, tu devances ton adversaire Clément Bully, de 4s5….pour l’emporter au général pour 4s6. Quelle a été ta première réaction après avoir appris ce résultat ?

« À notre grande surprise une fois de plus nous reprenons 1 dixième sur Clément, c’était magique. Avoir 1 dixième d’écart au terme de 120 km de spéciale est juste fou ! De plus les conditions météo étaient compliquées à anticiper. Pour moi, nous avons fait notre rallye dans la dernière spéciale. Je suis de nature un gros diesel, raison pour laquelle je souhaitais m’attaquer au minimum à un rallye national pour ma première « vraie » expérience. Cette dernière spéciale à donc été, en tout point, l’accomplissement de notre objectif et celui de toute l’équipe. Ligne d’arrivée franchie.

La première réaction que j’ai eu, s’est faite au point stop, sans même connaître mon temps ni celui de Clément. J’ai fondue en larme. Je venais juste de vivre une spéciale fantastique, je venais de découvrir une sensation absolument nouvelle pour moi, celle d’avoir pris un plaisir immense en évoluant à un rythme qui me convenait enfin avec en fond sonore le tempo qu’Enzo me donnait. Je m’en serait largement contenté. C’est quelques minutes plus tard que j’apprend qu’on signe devant Clément. Une fois de plus, incroyable, même si c’était secondaire par rapport à ce que je venais de vivre. »

Après cette première arrivée, ce premier top 10 et cette première victoire, l’envie doit être très forte de revenir en spéciale. As-tu déjà des plans pour l’avenir.

« L’envi est très présente certes, comme depuis toute ces années, mais je vais rester dans le même état d’esprit afin de pouvoir rouler dans de bonnes conditions. Je souhaiterai faire le Mont-Blanc en septembre, car c’est un rallye que je suis chaque année en spectateur depuis maintenant 7 ans et que j’apprécie particulièrement de l’extérieur. Autant vous dire que ça commence à bouillonner un peu là dedans à l’idée de voir à quoi ça ressemble de l’intérieur… Cela me permettra de réaliser un objectif de plus, et faire pas mal de kilomètre à bord de cette fabuleuse 208 r2, en prenant beaucoup de plaisir j’en suis sur !« 





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Thomas dit :

    Peut-être une future star du rallye français 😉