La perf’ du week-end : Kevin Bochatay



Pour cette perf’ du week-end, six rallyes étaient en lice avec deux épreuves nationales et quatre régionales. Notre choix s’est finalement porté sur le rallye de l’Ain jura où Kevin Bochatay a remporté la victoire au volant de sa Skoda Fabia R5.

Pour la découverte de cette auto, le pilote de 27 ans a effectué une superbe remontée après avoir subi une crevaison, perdant 1min30s, puis arrachant la victoire à coup de scratchs face à Anthony Puppo.

Dans cet entretien, le pilote de Thynez dans le Rhône-Alpes est revenu sur ses débuts en rallye, tout en évoquant son weekend dans l’Ain après avoir vécu un rallye extraordinaire.

Peux-tu te présenter et nous parler un peu plus de tes débuts en rallye ?

« Bonjour à tous, je m’appelle Kevin Bochatay, j’ai 27 ans et je suis gérant d’une casse automobile. J’ai débuté le rallye en 2008 aux rallyes des Bornes en tant que Co-pilote de mon papa Jean-Pierre Bochatay en Clio S1600.

En 2010, j’effectue mon premier rallye en tant que pilote au rallye de la Matheysine à seulement 18 ans. Depuis, j’ai eu le plaisir de conduire plusieurs voitures de rallye telles que Clio ragnotti Gpe N, Twingo R1, Clio F2013, 207 R3, 206 RC gpe A, 208 R2, 207 S2000, Clio S1600, DS3R3, Skoda S2000, Hyundai R5 et Skoda R5. »

Pourquoi as-tu choisi de faire du rallye ?

« Mon papa m’a transmis sa passion du sport automobile qu’il effectuait depuis de nombreuses années. C’est tout naturellement que la passion m’est venue. Depuis tout petit, j’étais déjà un grand passionné. »

Pour ton quatrième rallye de l’année, tu étais engagé au départ du rallye Ain Jura, et pour la première fois avec une Fabia R5. Quel était ton objectif ?

« Mon objectif principal était d’apprendre à piloter cette nouvelle voiture et de pouvoir marquer quelques points afin d’être qualifié pour la finale des rallyes. Mais également de connaître mon nouveau Team Easy Rally et de pouvoir ensemble régler la voiture pour la suite de la saison. »

En tête le premier soir, tu es victime d’une crevaison et dégringole au classement dans l’ES3. A ce moment là, penses-tu encore pouvoir faire un podium et encore mieux jouer la victoire ? 

« A la suite de l’ES3, je ne pensais pas pouvoir rattraper le retard accumulé dû à la crevaison. Je ne savais pas ce que Anthony et Yves pouvaient faire sur ce rallye. Sachant que les conditions météos n’étaient pas évidentes. Mon objectif premier était de monter à nouveau sur le podium sans forcement jouer la victoire. »

Grâce à une grosse remontée et cinq scratchs consécutifs, tu l’emportes devant Anthony Puppo. Quel était ton sentiment au point stop final ?

« Au point stop final, nous étions heureux et fiers de remporter cette victoire. Avec mon copilote Thibault et le Team nous avons tout mis en œuvre pour obtenir cette victoire. Nous nous sommes battus tout le week-end. L’équipe a fait un travail exceptionnel sur la voiture. »

Qu’as tu pensé de cette auto ? Peux-tu la comparer à la Hyundai i20 R5 que tu connais ?

« Je pense que c’est une voiture beaucoup plus facile à conduire et moins piège au niveau du train arrière que la Hyundai avec un meilleur freinage et un moteur équivalent. »

Quel est ton programme à venir maintenant ?

« Le prochain rallye prévu au programme est le rallye des Bornes, ensuite nous participerons au rallye du Mont-Blanc Morzine. Et nous irons à la finale des rallyes si les points accumulés nous le permettent.« 

Et pour finir, si tu avais un budget conséquent pour rouler en France, quelle auto et quel programme choisirais-tu ?

« En terme de voiture, je garderais la Skoda R5 avec le Team Easy Rally et Fabrice Decroux qui nous a permis de monter ce programme. Si le budget le permettait, je souhaiterais faire plus de manches de championnat de France asphalte et terre. Pour le mot de la fin, je tenais à remercier mes partenaires et toutes les personnes qui nous suivent à chaque rallye. Sans eux, rien ne serait possible. »





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Yves pierroz dit :

    De la graine de champion le fiston du regretté jipé BOCHATAY !

  2. Pad74 dit :

    Très bon ça!

    C’est marrant, a la dernière question, la réponser est quasi systématiquement « programme CFR en R5 ». Très cool de constater l’attractivité et le dynamisme du championnat, de mémoire c’était pas autant le cas y’a 10-15 ans, où les avants postes étaient surtout brigués par des gentlemen drivers avec des WRC à 250k€ (sans offense pour ces derniers).