Latvala : Seb s’adapte plus vite que moi




Nouveau leader du championnat, Jari-Matti Latvala ouvrira la route au Mexique début mars. Le pilote finlandais s’attend à un rallye compliqué. Le premier rallye terre...

strong>.

Le pilote finlandais s’attend à un rallye compliqué.

Le premier rallye terre de la saison arrive rapidement au Mexique. Comment avez-vous préparé ce rallye ?
Nous avons passé deux jours en Espagne pour préparer le Mexique. J’étais derrière le volant une journée et Sébastien le jour d’après.

Seb s’est adapté aux conditions à une vitesse incroyable, plus vite que moi. J’ai besoin d’un peu m’échauffer sur la terre. Souvent, j’utilise le shakedown pour m’habituer à la surface. C’était exactement le cas en Grande-Bretagne l’an dernier. Si je n’ai pas roulé sur terre pendant deux mois, je m’en rend compte tout de suite.

Qu’attendez-vous au Mexique ?
Bien sûr que la victoire en Suède m’a donné beaucoup de confiance. En même temps, quand vous êtes premiers sur la route vous devez être réalistes. Quand je suis allé au Mexique en 2012 après la victoire en Suède, j’avais un très bon feeling mais j’ai du malheureusement abandonner. Vous devez penser à prendre autant de points que possible. Ce n’est pas le rallye où je suis le plus fort mais bien sûr une victoire est possible, cependant ce n’est pas mon objectif principal. Même un podium serait superbe.

Vous êtes le nouveau leader du WRC. Il va y avoir une grosse bataille entre vous et Sébastien Ogier ?
J’espère oui, mais une chose est certaine : Seb a faim de victoire au Mexique. Bien sûr, j’aimerai également devenir champion du monde. C’est ma grande ambition. Pour ça, vous devez avoir un ensemble parfait et je travaille là-dessus. Mais il y a aussi d’autres pilotes qui partagent ce rêve, donc pour le moment nous voulons juste nous concentrer sur un rallye à la fois. Seb est vraiment fort. Si quelqu’un veut le battre, il doit être performant à chaque occasion sur toutes les surfaces.

Cette saison, vous travaillez avec un coach mental. Qu’est-ce que cela change ?
J’écoute plus mes sensations. Dans le passé, je voulais gagner des rallyes à tout prix. Puis ça allait souvent dans la mauvaise direction et j’en voulais trop. Dans ces moments-là, ma confiance était nulle. 

Mon coach mental m’a appris que vous devez être à l’écoute de vos sensations. Si ce n’est pas super, il est préférable de ralentir. Une autre chose aussi est que je parle beaucoup plus avec Mikka, mon copilote. Maintenant, nous avons une stratégie un plan. Notre travail ensemble ne peut pas être meilleur. Il intervient quand parfois j’en veux trop. Ce n’était pas le cas au début de notre carrière ensemble.





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. RP14 dit :

    Latvala est parfois trop honnête dans ses interviews, là où un Loeb savait se contenter de dire le minimum et parfois cacher un peu son jeu, et où un Ogier a tendance à « arranger avantageusement » les choses en sa faveur. Ce ne sont pas des critiques, chacun ayant son caractère et sa façon de traiter avec les médias, et n’oublions pas que dans d’autres sports, il y a des types qui savent pousser le bouchon bien plus loin que les 2 Seb dans leurs catégories respectives! Et comme dit Sylvain, ce ne sont que des interviews, c’est dans les spéciales où il faut surtout être le meilleur.

    C’est vrai que c’est bon signe pour Latvala, cette prise de conscience de tout ce qu’il doit améliorer s’il veut devenir un jour champion du monde. Il est à un moment charnière de sa carrière, il faut absolument qu’il réunisse régularité et performance cette saison, sinon il risque de rester encore longtemps dans l’ombre de Sébastien Ogier.

  2. Sylvain dit :

    Les pilotes, dans un rallye, ils ne doivent pas battre les interviews, mais les temps que font les adversaires et faire moins d’erreurs qu’eux sur une saison…

    Loeb n’avait pas une « image » de mec rapide qui sortait peu, il était rapide et sortait peu! C’est pas dans une interview qu’Ogier l’a battu en Suède l’an dernier mais en le forçant à l’erreur, idem en Alsace.

    Que Latvala reconnaisse que son adversaire est fort, ou encore que lui a besoin de temps pour s’adapter ou d’un mental coach, cela n’est pas un signe de faiblesse, mais d’intelligence! Reconnaitre que l’on a besoin de progresser, c’est se donner les moyens de le faire…

    Je suis sur qu’Ogier aurait préféré une interview où Latvala dise « je suis le plus fort » mais avoir gagné lui la Suède et pas Latvala !!!

  3. Benjamin dit :

    Un colosse aux pieds d’argile … Capable de rouler flat out dans les forêts finlandaises et malgré tout de douter de lui-même … Voilà bien un pilote très humain et très proche de nous finalement ! C’est sympa qu’il se livre ainsi sur son côté obscur. Mais n’est-ce pas aussi sa faiblesse, Loeb et Ogier ayant toujours montré leur côté « indestructible » mentalement, mais qui les rend finalement moins attachants ? Reste que s’il se met à maîtriser la pression comme il l’a fait en Norvège, ça promet de beaux duels sur les spéciales du championnat du monde !