Le Kenya réussit son examen



Ce week-end, le Kenya était sous tension avec l’organisation de l’épreuve candidate à une intégration en championnat du monde des rallyes.

La FIA et le promoteur du WRC étaient bien évidemment présents sur cet événement disputé sur trois jours, au Nord-Ouest de la capitale, Nairobi. Conscient de l’importance d’un tel événement dans son pays, le président du Kenya, Uhuru Kenyatta, avait fait le déplacement pour lancer le départ de cette épreuve devant 5 000 spectateurs.

Responsable de la promotion du WRC, Oliver Ciesla se réjouit d’avoir constaté un engagement très fort des autorités du Kenya  « L’appui des autorités kenyanes est essentiel au retour du Safari. J’ai donc été ravi de constater le soutien résolu des plus hautes autorités du pays. Le Safari Rally a un statut emblématique dans toute l’Afrique de l’Est et c’était fantastique de voir des fans venus de pays comme l’Ouganda et la Tanzanie aux côtés des très nombreux kenyans. »

Et sans grand surprise, l’italien soutient l’arrivée du Kenya au WRC, attendant une décision officielle de la FIA.

« En ce qui me concerne, le Safari Rally devrait revenir au championnat. Nous devons évidemment attendre, laisser la FIA faire son travail et faire son rapport, mais c’est très, très bien. Il y a beaucoup de soutien pour cet événement au niveau sportif et politique. Tout ce que nous voulions en terme d’images, et ce que les fans veulent voir, ce rallye l’offre à 100%. Nous avons des images spectaculaires et la combinaison du sport moderne et de l’environnement typiquement africain est particulière. »

Si cette épreuve porte toujours la marque de « Safari Rally », il est clair que la nature de cette épreuve sera très éloignée de l’âge d’or du Safari. Si l’épreuve fait son retour en WRC, seulement trois journées seront proposées pour environ 300 km de spéciales, comme une manche habituelle du championnat du monde.

Dans le même ordre d’idée, les spéciales seront plus roulantes et moins rudes pour les voitures qu’à l’éploque, n’obligeant pas les constructeurs à renforcer et modifier spécifiquement leur auto pour cette épreuve.

A noter que deux équipes officielles ont envoyé des représentants pour étudier cette épreuve ce week-end : Hyundai avec Pablo Marcos, et M-Sport avec Krzysztof Stolarczyk.

Côté sportif, cette épreuve a connu des problèmes de poussières dans une spéciale (Kedong), obligeant parfois des concurrents à s’arrêter totalement ! Pour le reste, le rallye s’est déroulé normalement et le podium final est composé de trois kenyans avec Baldev Chager (Mitsubishi Lancer Evo X R4), suivi de Carl Tundo (Mitsubishi Lancer Evo X R4) et Manvir Singh (Skoda Fabia R5).





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Joul dit :

    gtv6 +1! Tout est dit, rien à ajouter. Paroles de connaisseur. Ça change sur ce forum.

  2. christian dumas dit :

    ok avec gtv6,je rentre du portugal et le spectacle était grandiose,mais je suis un peu partial,j’ai fait 23 saisons de rallye asphalte dont le tour de corse en 94(avec les notes de Mr BUGALSKI!merci encore)alors ça peut expliquer mon « parti pris ».
    ps:que des commentaires pertinents sur ce sujet,ça change de certaines fois!!!

  3. pli74 dit :

    Bonjour,
    Amusant de lire le bilan du promoteur. Sur un autre site, une épreuve à du être annulé et sur la dernière spéciale, seul deux concurrents se sont sortis du sable tout seul (la photo est elauquante), Le reste du plateau a du faire appel à de l’aide exterieur pour sortir du sable trop mou. Mais bon, l’essentiel (pour Cielsa) c’est l’appui du gouvernement.
    Pour l’aspect sportif, on attendra pour juger sur pièce

  4. Jean Dridéal dit :

    Je suis pas contre un rally terre en plus, mais faudrait garder un peu de tarmac aussi….

  5. christian dumas dit :

    pourquoi pas,sauf que sans ses spécificités,ça sera un rallye terre comme les autres,avec combien de voitures au départ?d’autre part,les économies!!!quand on voit le »building » de Hyundai,quand on sait que le barnum de Citroën est de début 2018 mais qu’on ne peut engager que 2 voitures,ça me fait doucement rigoler!
    j’ai à mon actif(en spectateur)le monté carlo,la finlande,la sardaigne,l’espagne,le portugal,la Corse,tout me plait mais la terre,il y en a déjà beaucoup!
    enfin,je ne vais pas faire l’aigri,j’ai 65 ans et j’espère pouvoir profiter du spectacle encore longtemps!
    ps:je lis de temps en temps certains commentaires,j’apprecie tous les pilotes et copilotes sans exception,ce qu’ils font est exceptionnel et quand je les vois changer leurs roues certaines fois dans la boue,je trouve que ça ne donne pas une super image d’un sport de niveau mondial(idem pour les pneus quand on voit passer des wrc « arrétées » au MC alors que la plupart des spectateurs ont roulé plus vite pour venir les voir!!!

    • pli74 dit :

      De la même génération (un peu plus agé) 100% OK avec ce commentaire pertinent. Bravo
      ps : pour les voitures au départ, la « barre » est haute…….23 au Mexique !!!!! record difficile à battre

    • Gtv6 dit :

      Salut, pour avoir assisté en spectateurs à 11 manches différentes du championnat du monde, dont certaines à plusieurs reprises, je trouve personnellement que les épreuves sur terre sont les plus jolies, et les plus spectaculaires. Mais pour l’intérêt du championnat, il est indispensable de garder des rallyes sur asphalte.