Les spéciales les plus marquantes de 2019



Parmi les 236 spéciales disputées cette saison en WRC, certaines ont été plus marquantes que d’autres.

A travers cet article, nous nous sommes replongés une dernière fois dans cette saison 2019.

1. Power Stage Monte-Carlo : 27 Janvier

En tête pour seulement quatre dixièmes avant la dernière spéciale, Sébastien Ogier s’impose finalement pour seulement 2s2 face à Thierry Neuville. Grâce à cette victoire, le français apporte un 100e succès historique en WRC à Citroën.

2. Power Stage Tour de Corse : 31 Mars

Idéalement placé pour remporter sa deuxième victoire en carrière, Elfyn Evans crève dans cette Power Stage et termine la spéciale au ralenti, chutant à la troisième place. La victoire revient alors à Thierry Neuville.

3. ES14 Argentine : 27 Avril

En bagarre pour la victoire face à Thierry Neuville, Ott Tänak est stoppé net dans son élan au volant d’une Toyota Yaris WRC en proie à des problèmes mécaniques.

4. ES8 Chili : 11 Mai

Troisième du classement provisoire samedi matin, mais déjà décroché pour la victoire, Thierry Neuville réalise la sortie la plus effrayante de la saison, et même depuis bien longtemps en WRC. Heureusement pour lui et son copilote Nicolas Gilsoul, les deux hommes s’en sortent indemnes.

5. Power Stage Sardaigne : 16 Juin

Impressionnant de maîtrise sur ce rallye de Sardaigne, Ott Tänak rencontre un problème de direction dans la toute dernière spéciale ! Bloqué pendant un moment avant de repartir au ralenti, l’estonien lâche la victoire à Dani Sordo, auteur d’un deuxième succès inattendu en WRC.

6. ES14 Finlande : 3 Août

En Finlande, les Toyota sont une nouvelle fois les reines et dominent la concurrence, seul Esapekka Lappi parvenant à suivre. Dans cette spéciale 14, Toyota voit rouge avec l’abandon de Kris Meeke suite à une touchette contre une pierre, et une crevaison pour Jari-Matti Latvala.

7. ES13 Allemagne : 24 Août

Dans le rythme d’Ott Tänak pour la victoire, Thierry Neuville attaque le chrono de Panzerplatte avec de gros espoirs. Victime d’une crevaison avec un changement de roue, il termine finalement 4e et perd de gros points dans la lutte pour le titre.

8. ES8 Turquie : 14 Septembre

En lice pour la victoire samedi matin, Thierry Neuville se « perd » dans la poussière et sort de la route. Reparti quatre minutes plus tard, le belge termine finalement 8e et perd une belle occasion de revenir au championnat sur Ott Tänak.

9. ES2 Espagne : 25 Octobre

Le suspense pour le titre prend quasiment fin dès l’entame de ce rallye de Catalogne. Victime d’une panne de direction assistée dans cette spéciale, Sébastien Ogier laisse la voie libre à Ott Tänak, parfaitement placé pour remporter le titre.

10. Power Stage Espagne : 27 Octobre

En position idéale pour être sacré champion du monde, Ott Tanak se doit de fournir un dernier effort pour ne pas repousser l’échéance trois semaines plus tard en Australie. Alliant prudence et gestion tout au long du weekend, l’estonien écoeure ses rivaux en les assommant littéralement lors de ses 20.72 kilomètres pour franchir la ligne d’arrivée avec le meilleur temps et rafler le titre.

*Cette liste est bien sûr non exhaustive et n’hésitez pas à proposer « vos spéciales » en commentaires.





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Ben06 dit :

    Bonjour RS,
    La power stage du rallye de Grande Bretagne où Tanak prends tous les risques malgré sa victoire assurée était mémorable pour ceux qui l’ont vue.
    Même s’il n’y a pas eu de rebondissements particuliers elle aurait peut-être sa place ici…
    Merci pour votre travail.

    • casinono71 dit :

      moi je l’ai vu , j’y était, au dernier virage avant la grande ligne droite de l’arrivée.
      notre weed end au pays galle inoubliable

  2. Romain dit :

    Bonjour rs
    Je pensse qu’il manque la powerstage en Espagne avec ott tanak qui fait une prestation extraordinaire en la remportant de 3,6s sur evans et en montant également sur la deuxième marche du podium du rallye pour 4 dixième tout cela malgré la pression du championnat et de sa première place quasiment acquise(sans parler de son sacre de champions du monde à l’arrivée).