Loeb et Ogier au coude à coude




Fin Etape 2 Rallye de Grèce 2011 Comblant à grandes enjambées le retard pris sur Petter Solberg / Chris Patterson lors de la première étape,...

ape, Sébastien Loeb / Daniel Elena et Sébastien Ogier / Julien Ingrassia se sont hissés en tête du Rallye de l’Acropole à l’issue d’une longue et difficile journée. Les équipages du Citroën Total World Rally Team ne sont séparés que de 2’’2, ce qui promet un nouveau final à suspense lors de la troisième et dernière étape de la manche grecque du Championnat du Monde des Rallyes FIA !
D’un kilométrage identique à celui de la veille, la deuxième journée du Rallye de l’Acropole débutait en milieu de matinée. Après un passage par le parc d’assistance de Loutraki, les équipages enchaînaient trois longues spéciales tracées sur le Péloponnèse.

Quatrième du classement général à l’issue de la première journée, Sébastien Ogier profitait de sa bonne position sur la route pour effectuer un joli tour de force. Après avoir passé Mikko Hirvonen et son équipier Sébastien Loeb dès la première spéciale du jour, le pilote du Citroën Total World Rally Team fondait sur Petter Solberg. Au retour à l’assistance, il ne pointait plus qu’à 5’’4 du leader. « Ces spéciales, que j’avais déjà parcourues en 2009, me plaisaient beaucoup plus que celles d’hier », expliquait-il. « J’étais en confiance et j’ai pu attaquer bien plus fort. Je pensais que l’écart avec Petter serait difficile à combler, mais nous lui avons repris une seconde au kilomètre. Nous sommes revenus dans la course à la victoire. »

Une course à la victoire dans laquelle se maintenait Sébastien Loeb, alors troisième à 15’’ : « Le temps repris à Petter Solberg prouve à quel point le balayage peut être pénalisant pour le pilote ouvrant la route. J’en sais quelque chose, et je devais moi aussi composer avec ce handicap dans certaines portions. »

Après une assistance de 30 minutes, les équipages effectuaient un second passage dans les trois spéciales. Sous une chaleur étouffante, avoisinant les 40°C, les hommes et les machines étaient mis à rude épreuve. Dès l’ES10, Sébastien Ogier délogeait Petter Solberg du commandement. Dans la spéciale suivante, Sébastien Loeb passait à son tour le Norvégien. Les deux DS3 WRC du Citroën Total World Rally Team regagnaient ainsi l’assistance aux deux premières positions, séparées de 15’’4.

« La journée est loin d’être terminée, puisqu’il nous reste une spéciale nocturne à disputer », indiquait Sébastien Ogier. « Ce n’est pas un exercice habituel pour nous et je ne sais pas vraiment à quoi m’attendre. Je vais essayer d’accroître mon avance, j’estime qu’il me faut une vingtaine de secondes de marge pour aborder la troisième journée sereinement. »

Pendant que Sébastien Loeb réalisait le scratch dans Nea Politia, Sébastien Ogier était rapidement noyé dans un brouillard de poussière. « Malgré un dysfonctionnement du système de temps intermédiaires sur la voiture de Sébastien Ogier, nous avons constaté qu’il n’était pas assez rapide pour disposer de l’avance souhaitée au terme de cette étape », expliquait Olivier Quesnel, Directeur de Citroën Racing. « Il s’est donc calé juste derrière Sébastien Loeb, qui avait lui choisi d’attaquer au maximum. »

Séparés de 2’’2, les pilotes du Citroën Total World Rally Team joueront la victoire lors de la troisième étape, tout comme Petter Solberg et Mikko Hirvonen, qui ne pointent qu’à une vingtaine de secondes des leaders.

Communiqué de presse Citroën Racing.





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *