L’œil de l’ingénieur : fin de saison WRC 2019



L’annulation du rallye d’Australie nous a privé de la dernière rubrique de l’année…Malgré cela, avant de se plonger vers une nouvelle saison déjà excitante à plus d’un point, il est intéressant de se replonger vers la saison passée, et faire un petit bilan de cette rubrique qui a vu le jour avant le Tour de Corse cette année.

Bien évidemment, le but de cette rubrique était de faire découvrir à tous les lecteurs assidus de Rallye Sport l’envers du décor, et d’essayer humblement de vous donner quelques clés pour comprendre les principaux enjeux techniques de cette discipline : différentiels, aérodynamique, pneumatiques, réglages de suspensions….

Autant de sujet que nous avons essayé de vulgariser, démarche assez inédite, et de par ce fait assez risquée. Trouver le subtil dosage entre «en dire assez» et «ne pas perdre le lecteur» a été le fil conducteur que nous avons essayé de suivre au fil des rallyes. Vos nombreux messages et commentaires, très majoritairement positifs tout au long de l’année, sont la preuve qu’on ne s’en est pas trop mal sorti ! A ce titre, et au nom de Rallye-Sport et moi-même, je n’aurais qu’un seul mot : merci !

Pour la saison prochaine, nous allons essayer de poursuivre sur la lancée de 2019, en essayant de continuer à vous faire vivre les différents rallyes avec toujours plus d’anecdotes et de détails techniques. Je vous propose de nous livrer en commentaires les sujets que vous souhaiteriez me voir aborder ou développer. A vos claviers !

Avant donc d’attaquer cette prochaine saison, qui a déjà bien débuté pour les teams après les annonces du mercato hivernal, et lors des 1ers essais (prise en main, et prépa Monte Carlo 2020), jetons un rapide coup d’œil dans le rétro, et essayons de faire un mini bilan technique de l’année 2019.

Si côté pilotes, la saison a clairement vu se dégager les 3 cadors du championnat, avec un Ott Tänak dominateur et enfin titré (titre mérité si l’on se fie à sa perfo pure, l’absence d’erreurs rédhibitoires, et la constance qu’il a montré notamment sur les 1ères journées terre où il a eu la lourde tâche d’ouvrir la route), on peut dire un petit mot de l’ensemble des forces techniques en présence.

Honneur au vainqueur , Hyundai a enfin réussi à accrocher à son palmarès le titre constructeur après lequel il courrait depuis son retour officiel en WRC. Si la (riche !) stratégie d’utiliser des pilotes par intermittence, afin de profiter de position sur la route favorable à chacune des épreuves est « le bon coup » sportif du championnat, on ne peut malgré tout pas uniquement attribuer ce titre à ce jeu de chaises musicales (même si pouvant être considéré comme peu éthique, parfaitement en respect du règlement, il faut le rappeler, n’en déplaise aux rageux !). Non, si Hyundai a réussi à décrocher la timbale, c’est pour d’autres raisons, et quelques unes sont techniques. L’arrivée d’Adamo dans le team a agit comme un gros coup de booster dans le team d’Alzeneau, et sa force de caractère a permis notamment d’accélérer le développement : côté moteur surtout, mais également aéro et liaison au sol. Il est clair que c’est la voiture qui a le plus évolué en cours de saison côté perfo, et qui a gommé quelques uns de ses points faibles principaux (l’asphalte, voire la Finlande). Attribuer ce titre uniquement au travail de 2019 serait injuste pour les personnes qui ont travaillé en amont, mais il semble que la marque coréenne avait besoin d’un « empêcheur de tourner en rond » pour enfin traduire les espoirs en résultats concrets.

Côté Toyota, même si le team n’a pas pu rééditer son titre en 2019, il a néanmoins permis à Tanak de décrocher son 1er titre pilote. La Yaris ayant très clairement joué le rôle d’épouvantail du championnat en terme de performance pure, se payant le luxe de signer près de 47% des temps scratchs du championnat : colossal ! C’est clairement la voiture la plus complète et la plus perfo du championnat : moteur, aéro, suspensions, le triptyque gagnant pour le team cher à Tomi Makinen. Concernant l’aéro, pour mettre fin à la fausse polémique sur l’aileron arrière, la fin de saison montre clairement qu’il faudra chercher ailleurs pour la concurrence… Si on cherche la petite bête, on pourra néanmoins regretter des soucis de fiabilité un peu trop fréquents (électronique, crémaillère de direction…), et une évolution moins flagrante que Hyundai en cours de saison, surtout s’agissant de ses présumés points faibles (rallyes très cassants comme la Turquie par exemple). Ce sont (peut-être ?) ces quelques points qui ont poussé Tanak vers un nouveau challenge, et ce sera aussi les points sur lequel Ogier devra être vigilant en 2020. Malgré cela, la paire Yaris/Ogier semble déjà sur le papier un client très sérieux pour les titres 2020, à condition que Toyota ne s’endorme pas sur ses lauriers et continue d’évoluer.

La Ford Fiesta semble ne pas jouer dans la même cours en terme de développement, et ses évolutions sont plus discrètes. Malgré cela, elle reste une voiture ultra compétitive, et ce n’est faire offense à personne que de dire qu’il manque un top driver dans ce team pour en tirer la quintessence. Avoir perdu Ogier, qui, il ne faut pas l’oublier, fut champion du monde avec cette voiture, a clairement été un coup dur pour le team. La blessure de Evans, censé assurer le relais a aussi été préjudiciable. Mais les temps réalisés par Suninen, parfois au cœur de la bataille pour le titre, montre clairement que la Fiesta est au niveau. Elle reste notamment une arme capable de gagner des rallyes sur asphalte, et sa fiabilité est sans contexte un gros point fort également. Beaucoup ont commenté le départ d’Ogier pour Citroën, et plusieurs voix se sont prononcées pour fantasmer sur le fait qu’Ogier « aurait » pu conserver son titre s’il était resté chez M-Sport… Simple spéculation, mais il n’est pas interdit de le penser quand on voit les perfos de la Ford encore cette saison ….

Enfin dernière voiture en lice cette saison, la Citroën C3. La grosse déception de la saison. Plus que l’impression d’impuissance pour emmener de la perfo à la voiture en cours d’année, c’est la pente quasi dégressive qui a pu étonner, la victoire en Turquie sur un terrain atypique ne jouant qu’un rôle de trompe l’oeil. Ogier a réussi un bon début de saison en surfant sur l’élan de la bonne fin de saison 2018 du côté des rouges, mais dès que les évolutions supposées faire franchir un cap à la C3 sont apparues (tardives et peu nombreuses), cela a été très délicat, ayant même parfois l’effet inverse de l’effet escompté. Ce phénomène a notamment été criant sur le tarmac, où la C3 avait toujours été une voiture jugée (à juste titre) très performante, et avait notamment permis à Seb Loeb de performer en Corse et Catalogne moins de 4 mois avant le début de saison 2019. Loin de vouloir tirer sur l’ambulance, je réfute néanmoins la thèse selon laquelle la C3 n’aura jamais été une bonne voiture, comme celle qui consiste à dire que les autres ont évolués plus vite en 2019. La C3 a certes connu un début de carrière laborieux, mais a progressé de manière linéaire jusqu’à fin 2018, avec encore de nets progrès à faire sur la terre. Les changements de direction technique et l’inexpérience du staff aux manettes cette année, couplé à un budget limité et des envies d’ailleurs de la direction générale, auront finalement eu raison de cette expérience. C’est une mauvaise nouvelle que l’on ne peut que déplorer : pour le personnel impliqué dans ce projet depuis le début tout d’abord, et qui pour une grande majorité sont d’excellents éléments, mais aussi pour le WRC en général. Le championnat va perdre un de ses acteurs historiques, et cela va créer un grand vide.

A présent, le compte à rebours est lancé avant le 1er RDV de la saison, et tandis que les teams s’affairent côté technique à préparer au mieux cette 1ère manche et développer des nouveautés, en coulisse côté sportif et pilotes, on essaie de concrétiser et finaliser les programmes. On devrait connaitre les derniers baquets 2020 sous peu avant Noël, la clôture des inscriptions au Rallye Monte Carlo approchant à grand pas… Qui dans les Fiestas officielles en 2020 ? Quid de pilotes semi pros avec des C3 WRC spec 2020 ? On va le savoir très vite ! Bonnes fêtes de fin d’année à tous… et vive le WRC





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. trim dit :

    Merci RS pour cette belle chronique riche d’infos !
    J’attendais avec impatience la chronique du rallye d’Australie avec, entre autre, la gestion des pressions pneus !
    Cette épreuve ayant été annulée, ne pourrait-on pas malgré tout, avoir les infos de Sieur MAZENC sur ce sujet SVP ?
    Je languis de connaître son avis à ce sujet….
    Merci et bonnes fêtes !

  2. Gélo dit :

    Merci pour cette rubrique. , riche. à plus d’un titre. , nous permettant de comprendre. la technicité. qu’on employé les. différents. Team. au cours de la. saisons. pour ma part. j’aimerai que vous développiez les. différentes. évolutions. sur laquelle. les Teams procéderont, pour. améliorer. leur WRC durant la saison, ça devrait être. difficile. mais alléchant. pour. avoir une meilleur analyse. des. pronostics. pendant les rallye . bien à vous

  3. silice dit :

    auto hebdo je crois avait traité un sujet sur les freinages en formule 1 des différents pilotes .
    Ça remonte à longtemps.

  4. didier dit :

    j’aimerais que vous parliez du choix des pneus sur le MC, quand on sait la différence que cela peut faire.

    • Sylvain dit :

      Il me semble que cela a déjà été traité sous forme d’anecdote pour le choix différent de Loeb en Catalogne avec la C3.

    • JMB17 dit :

      Effectivement , les pneus font, et on toujours fait une énorme différence.

      Petite histoire des pneus. Autrefois. Je m’souviens :
      1ère course de côte avec des 145/13 Pneus X du commerce. C’était « assez sportif ». On sentait bien le pneu se déformer sur la jante.
      Plus tard, je m’rappelle avoir reçu la berlinette montée d’origine avec des XAS FF. C’était les pneus sportifs de l’époque. Des XAS en gomme tendre tout simplement. Les premières « rallye 2 caca d’oie » étaient également livrées avec des XAS FF. Les courses en MEP (monoplaces) se déroulaient aussi avec des XAS FF. Pneu ‘rond » avec l’aspect des pneus d’antan. Pas terrible quand même car cela surchauffait rapidement.
      Pour courir, il fallait commander directement les « racing » rainurés chez Michelin à Clermont (TB 5, 15 et 20 selon dureté) ou les slicks « lisses ». Les « racing » ont tout changé. Le pneu faisait totalement son office, ne se déformait plus sur la jante et on pouvait se concentrer sur la conduite .
      Pour nous les amateurs, J’ai le souvenir qu’il fallait absolument transmettre son N° de licence pour obtenir des pneus racing car il était interdit (normalement) de rouler avec, sur la route, hors compétition.
      Mais la maréchaussée était moins intransigeante qu’aujourd’hui (sauf avec les slicks « totalement lisses ») !
      Bref, les pneus (de série ou de compétition), comme les freins, les amortisseurs ont fait des progrès immenses en 40 /50 ans.
      Rouler aujourd’hui à 180/200 km/h avec des 165/13 « pneu rond » serait quasi criminel.
      Autrefois, et sans ceinture, nous ne nous en privions pas !
      Il n’y avait ni limitation de vitesse, ni radar. Donc « no limit », en toute légalité, sur les routes de campagne ! Certes, il y avait beaucoup moins de véhicules sur la route.
      Une autre époque ! (Ça doit rappeler des souvenirs à certains….sexagénaires, ou plus !)

  5. Pierre12 dit :

    Personnellement, j aimerais avoir plus d informations techniques sur les tests effectués tout au long de l année en incluant les jokers déjà utilisés et à venir sachant que c’est un sujet très délicat…
    Merci encore pour votre superbe travail et vivement le MC!

    • Sylvain dit :

      OUI, je plussoie très volontiers là-dessus. Un petit sujet « règlement » axé sur les évolutions : comment ça se passe?

      Qu’est-ce qui peut évoluer « naturellement » et qu’est-ce qui a besoin d’un joker et combien peut-on en faire passer… et qui en est où?

    • riri73 dit :

      Absolument, excellente idée Pierre.

  6. PLNVX dit :

    Une petite explication sur les notes, le pourquoi, le comment, la signification…. débroussailler ce vocabulaire codé! Merci pour la qualité de votre boulot. Bonnes fêtes à vous et tous les passionnés de ce sport qui nous fait vibrer.
    Rallystiquement votre

  7. Luc dit :

    Je pense que vous avez oubliez de parler du troisième cador des pilotes? Pourquoi???

    • Rallye-Sport.fr dit :

      Car le but était de parler des voitures (comme à chaque fois dans cette rubrique) et non des pilotes, surtout quand il n’y a pas de changements pour 2020.

  8. silice dit :

    Un sujet sur le freinage svp
    Merci

  9. Dr no dit :

    Merci beaucoup RS pour votre super boulot, vous êtes top !

  10. H franFranck dit :

    Pourquoi avoir permis au wrc de disputer des épreuves nationales ,le grand public ne connais pas les différentes techniques et donc cela enlève du mérite au véritable vainqueurs. (Var 2019)

    • natlin dit :

      et l’alsace vosges aussi!

    • Jean Dridéal dit :

      Pourquoi ?
      Pour le business. Un loeb qui se déplace avec toute l’armada coréenne, ça attire du monde à coup sûr. Et accessoirement ça permet de faire quelques essais supplémentaires… Et en configuration « course » qui plus est.
      C’est du gagnant- gagnant.

    • JP FORNESI dit :

      Pourquoi devront interdire aux WRC de disputer des rallyes nationaux , alors que ces voitures n’ont que des avantages:
      1) elles donnent plus d’intérêt aux épreuves nationales,
      2) Elles permettent à des pilotes privés de louer ce type de voitures,
      3) elles permettent à différents publics locaux d’admirer e type de voitures,
      4) Les rallyes nationaux servent de pistes d’essais et d’évolution ,
      Il n’y a que des avantages

    • Sylvain dit :

      Je reformulerais volontiers la question de cette façon : QUEL SENS CELA A-T-IL DE LIMITER LES ESSAIS ET D’AUTORISER LES RALLYES NATIONAUX?!?

      On a une espèce d’usine à gaz qui mesure les journées en test en fonction du nombre de pilote (2, 3, 4 et plus?), si ils sont officiels ou pas (voir Camilli), et ceci cela… et puis paaaaf… si tu veux tu peux aussi faire des rallyes nationaux pour (oui pour? uniquement de la com? hmmm…)…. ?

      Bref on a l’impression que d’un côté on prétend vouloir limiter les coûts et de l’autre on laisse la main libre à qui a les moyens : ÉTRANGE 😀 😀 😀

  11. Frefderic Sayer dit :

    Merci pour toute les nouvelle et à 2020

  12. mat dit :

    cette rubrique est devenue indispensable pour les passionnés que nous sommes ,
    merci pour cette année 2019 palpitante et vivement le 22 Janvier .
    continuez à nous faire rêver comme vous le faite si bien .

  13. Pied gauche dit :

    Superbe cette rubrique et plein de bonne chose à savoir.Peut-être pas
    à la portée d’un novice mais si on connais un minimum une auto on apprend beaucoup chose et c’est très bien expliqué, merci pour vos articles .
    Un petit Topic : réglage de train pour 2020 (en plus ça rime) serait sympathique.

  14. Romain39 dit :

    RS chapeau à vous et un grand merci pour votre travail certainement très dur souvent critiqué, trop critiqué ! Merci ne changez pas grand chose vous êtes déjà au top.
    Merci et bonnes fêtes de fin d’année !!

  15. Gazhilux dit :

    Merci pour cette intéressante rubrique !On veut tout savoir sur les évolutions techniques des machines face au règlement,mais aussi sur la psychologie des pilotes et les coulisses des teams.
    La vérité se cache souvent ailleurs des communications officielles…

  16. yan dit :

    bonjour perso moi j adore rs c est vraiment bien fait de notre canapé on peut tout suivre le petit plus serai de voir un peu l ambiance au park en assistance entre pilote car on ne voie pas l ambiance qu’ il pourrai y avoir entre pilote et connaître les vrai loi sur les réclamation après le rallye

  17. Thib dit :

    Cette rubrique est top! Poursuivez comme ça, on en redemande !

    Pour les sujets à traiter, un chapître sur la gestion de la logistique d’un team officiel, le montage du paddock, le transfert des autos et des structures d’un rallye à l’autre ou d’un continent à l’autre serait intéressant.

  18. Seb73 dit :

    Moi personnellement, j’aimerais savoir pourquoi neuville fait toujours deux et n’arrive pas a gagner le titre

  19. riri73 dit :

    « Je vous propose de nous livrer en commentaires les sujets que vous souhaiteriez me voir aborder ou développer. A vos claviers ! » Voici donc une idée de sujet

    Le respect de la réglementation, comment flirter avec les limites de celle-ci. Les contradictions de la FIA. Les soupçons avérés ou pas, d’équipes rivales devant un team aux performances un peu étonnantes. Dans l’histoire du WRC, en particulier depuis une vingtaine d’années, il y a peut-être des anecdotes un peu méconnues du public à relater. (je pense à ce sujet car en 2017 il y a eu l’histoire de la masse supposée trop faible de la BDV de la Ford d’Ogier et la non conformité de certaines pièces de la Toy (matériau des sièges de soupape et un autre truc) et qu’à l’occasion de ces deux épisodes, la communication de la FIA a été trop laconique et pas du tout à la hauteur de l’attente des fans, parfois un petit peu trop curieux. C’est également compliqué de comprendre comment sont distribuées ou pas les disqualifications, pénalités et autres amendes. (exemple un peu ancien des défauts de conformité d’épaisseurs de vitres qui selon l’année et le team peuvent donner lieu à 5mn, ou 2mn seulement de pénalité, parfois seulement quelques dizaines de milliers de dollars d’amende.) Donc, en évitant bien sûr de rentrer dans la polémique ou de trahir la confidentialité, ça pourrait être un sujet assez sympa bien qu’un peu explosif, ( les règles donnant parfois l’impression d’être à géométrie variable). Il y a aussi tous les cas où il y a prescription, depuis le temps..

  20. natlin dit :

    du coup, on pourrait voir lappi encore chez citron l’an prochain si la c3 est 2020!

    • Jean Dridéal dit :

      Peut être. Config 2020 j’y crois moyen. Si on entend par « Config 2020 » les évolutions aero aperçues lors des essais, ça m’étonnerait, ces appendices aero doivent se compter sur les doigts d’une main, je pense qu’on les verra, si une c3 roule encore l’an prochain, ce sera telle qu’on l’a toujours vu…

  21. silice dit :

    Très bien résumé.

  22. rh74 dit :

    Merci de tirer un constat lucide sur les perfos des voitures. Ça remet un peu les choses en place!
    C’est une belle conclusion pour une rubrique tout à fait sympatique.

  23. Ce dit :

    Bonjour RS,
    Super Merci pour toutes ces rubriques .