Martel : « Un projet fabuleux en 2016 »



Après deux saisons réussies en championnat de France asphalte sur une 207 S2000, Romain Martel a placé 2015 sous le signe de la découverte.

Entre terre, asphalte et Tour de Corse, le pilote bas-normand a évolué sur quatre autos différentes cette année : 207 S2000 bien sûr mais aussi DS3 R5, 208 R2 et DS3 R3 Max.

Pour 2016, Romain Martel reste mystérieux mais annonce un « projet fabuleux ».

Romain, avec Vanessa ta co-pilote, tu avais débuté ta saison 2015 avec la 207 S2000 avec deux abandons au Touquet (alors que tu étais 7e) et au pays du Coutançais, que s’est-il passé ?

C’est vrai que l’année a plus que mal commencé ! Deux casses moteurs suite à des soupapes défectueuses alors que nous faisions un bon rallye du Touquet pour notre 2e participation et que nous remportions le Rallye du Coutançais devant nos partenaires et amis !

Ensuite tu roules avec une DS3 R5 au Lyon-Charbonnières, as-tu apprecié la découverte de cette nouvelle auto ?

Avec Vanessa nous avons beaucoup aimé cette auto mais le plaisir fut de courte durée! Malheureusement nous nous sommes fait avoir sur le piège du rallye mais étant donné que ce fut une première pour nous dans cette spéciale c’était délicat, surtout avec la pluie fine qui arrivait.

C’est vraiment dommage, un intermédiaire de mi-spéciale nous pointait 3e des R5 derrière Bonato et Robert. J’aurai aimé faire plus de kilomètres pour pouvoir nous comparer en fin de rallye !

Sur le parcours du magnifique rallye Antibes Côte d’Azur, enfin un bon rallye pour toi en 2015 ?

Oui on termine enfin notre premier rallye en 2015 ! Nous aurions aimé plus nous lâcher dans les spéciales mais les 3 courses précédentes nous ont bien refroidi.

Ton épreuve suivante était sur sur la terre à Langres avec une 208 R2, pourquoi ce choix ?

Tout le monde me parlait de la terre, j’avais envie de me faire ma propre opinion. Malgré la découverte de cette surface, la prise de note unique le matin de la course et la découverte de la 208 R2 nous avons pris beaucoup de plaisir ! Une fois encore ce fut de courte durée puisque nous avons abandonné lors des recos du 2e jour suite à des soucis électriques.

Après un nouvel abandon au Rouergue, retour sur la terre sur une 208 R2, comment cela s’est déroulé à Auxerre ?

Oui nouvel accroc lors du Rallye du Rouergue ou nous étions 7e et une nouvelle fois sur le podium du Trophée Michelin. Nous nous sommes posés dans un fossé, impossible de ressortir. Le cable de sélecteur de boîte avait sectionné au point stop de la précédente…Rageant, nouvelle déception !

Le terre d’Auxerre, enfin un bon rallye pour nous ! 1er vrai Rallye sur terre en 208 Rally Cup, après les 50 kilomètres effectués à Langres. Rallye terminé à 1s/km du vainqueur Cyril Audirac et à 0,6s/km du podium de la 208 Rally Cup ! Nous étions ravis ! Beaucoup de plaisir sur ce rallye et avec cette voiture…C’était un vrai régal ! J’en garde un excellent souvenir dans une équipe dirigée par une personne fabuleuse qui nous a quitté trop tôt !! Tu nous manques !!

Tu continues au terre de Lozère mais sur une DS3 R3, comment as-tu trouvé ce rallye et la R3 ?

Pour un novice sur la terre, ce Lozère est très exigeant ! Difficile de se lâcher après un passage en recos sur des routes aussi étroites et exigeantes ! Une crevaison la première journée nous coûte chère en terme de classement mais une fois de plus ce rallye servira pour le futur…La DS3 R3 Max est très compliquée sur terre. La motricité n’est pas évidente à appréhender, il y a beaucoup de patinage. Ce fut aussi la 1ere fois avec une voiture deux roues motrices turbo avec palettes au volant…Bref,beaucoup de choses nouvelles pour ce rallye mais encore une fois beaucoup de plaisir.

Ton dernier rallye de la saison est une double découverte pour toi et Vanessa : le Tour de Corse et une manche mondiale « WRC », as-tu apprécié et est-ce pour toi à refaire prochainement ?

C’est indéniable que c’est à refaire prochainement ! Mais si possible dans des conditions météo plus clémentes !

Côté course, c’était pas simple. Le règlement ne nous a pas permis d’être dans les mêmes conditions que les R5 et R3 du Mondial et du National, notamment sur les choix de pneus! Sinon, une crevaison dès la seconde spéciale nous a elle aussi contraint à une course en queue de peloton avec les conditions qui vont avec. Côté expérience ce fut fabuleux de partager un Rallye Mondial, surtout avec 42 de nos partenaires qui avaient fait le déplacement ! Les spéciales étaient fabuleuses dans un paysage magnifique. L’accueil des Corses était parfait !

Tu as mis en vente ta Peugeot 207 S2000, avec quel modèle de véhicule souhaites-tu rouler l’an prochain ?

Nous travaillons actuellement sur le sujet…


Quel programme prévois-tu en 2016 ? Terre, asphalte, championnat de France, manche WRC ?

Pour 2016, nous sommes en train de monter un projet fabuleux avec toutes les personnes qui m’entourent et mes partenaires…Je vous en direz plus quand ce sera finalisé.

Quel est ton avis sur le projet de la FFSA sur la championnat de France 2017 avec la priorité donnée aux voitures de la catégorie R5 face aux WRC ?

Je pense qu’un Championnat R5 serait plus ouvert qu’un Championnat avec 3 ou 4 WRC.





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Greg dit :

    Peut-être fera t-il l’intégralité du championnat de France asphalte avec la DS3R5 d’Amourette !! Ça serait un 1er concurrent face à Bonato

    • renebon romain dit :

      Avec tout le respect que j’ai pour Mr Amourette il ne fait pas le poids face a Bonato…

      • Patrick Martel dit :

        D’accord avec toi pour dire que Yan Bonato est un Top Pilote et d’expérience…N’oublions pas qu’il rivalisait avec S.Ogier…Et je suis convaincu qu’il n’a pas dit son dernier mot malgré ses 33 ans…Je fais parti de ses « admirateurs » et vais le suivre sur son super programme 2016…!!

  2. Thomas dit :

    Projet fabuleux ça veut dire programme en WRC(dans le championnat) ??? 😀