Michel : « Toujours un peu en retrait »



Evidemment déçu de son début de saison, Sylvain Michel est loin d’avoir baissé les bras, et cette troisième place acquise au rallye du Rouergue, est forcément positive alors que le savoyard recherche encore son meilleur niveau.

Le plus rapide des autres, derrière l’infernal trio de tête, le pilote Skoda a livré une grosse bagarre face à Quentin Giordano et William Wagner pour décrocher son premier podium de l’année. A l’arrivée, le pilote du team 2C est revenu avec nous sur son week-end, évoquant son manque de performances globales mais également sa satisfaction de retrouver la terre dans 15 jours au Terre de Langres.

Ce week-end, tu n’as pa pu suivre le trio de tête, mais à l’arrivée, le résultat est très bon avec une troisième place finale.

« Sur le résultat brut, c’est sûr que nous sommes satisfaits, ça fait du bien. Depuis le Charbo, Antibes, Vosgien, on continue de grappiller des places au classement général. Maintenant, au niveau de la performance pure, on a pas su répondre présent ce week-end, car à aucun moment, on a su faire ce que l’on a réussi au Vosgien ou à Antibes, c’est à dire accrocher les temps devant ou faire des scratchs. Et on ne l’a pas fait ce week-end. Il m’a manqué de la performance et un peu de confiance. Du coup, nous étions toujours un peu en retrait dans chaque spéciale.

Le Rouergue n’est jamais un rallye simple, c’est toujours un rallye où il se passe beaucoup de choses avant la pause estivale. On a su malgré tout bien gérer notre rallye et être constant. Il faut vraiment être régulier du début à la fin, et cela a payé. Il faut retenir le positif et repartir de Rodez avec ça en tête. Maintenant, il faudra bien préparer le Mont-Blanc et ça va faire du bien d’être de retour à la maison. »

Comment expliques-tu ce manque de performances ? Un blocage quelque part ?

« Un blocage peut-être oui. Sur des routes comme ça, on manque cruellement de roulage et on s’est un peu cherchés tout le week-end. On vient sur les rallyes avec 40 kilomètres d’essais, donc c’est sûr que c’est très compliqué. On va justifier le manque de performances là-dessus mais après, il y a aussi de mon côté, où je manque un peu de confiance et on va travailler ça pendant la pause estivale pour vraiment être affuté au Mont-Blanc. »

Tu as livré une superbe bagarre avec Quentin Giordano pour la quatrième place…puis la troisième place finalement.

« Oui c’était très sympa avec Quentin mais aussi William. Cela m’a permis de vraiment tenir le rythme et de ne pas se déconcentrer. C’était une belle bagarre et dans tous les cas, je pense que l’on a fait de beaux passages et fait plaisir aux spectateurs. »

Maintenant, direction Langres dans 15 jours pour toi dans le cadre du trophée mixte.

« Cela va faire du bien de retourner sur terre, on va retrouver Yohan (Rossel) et William (Wagner). Je n’ai pas en tête le classement mais on ne se pose même plus la question, l’objectif de Langres est de faire ce qu’on sait faire tout simplement, cela va faire du bien de retrouver la terre. On va pouvoir se lâcher, nous avons nos repères sur la terre et on a une auto qui fonctionne très bien sur cette surface. »

On a l’impression que cette dernière saison très réussie sur la terre te freine aujourd’hui sur l’asphalte.

« Aujourd’hui, on pêche sur l’asphalte dans les parties techniques où j’ai encore mes réflexes de la terre à mettre du latéral et du transfert, et du coup, je ne suis pas bien dans mes sorties dans les virages lents. On a vraiment essayé de s’appliquer dans ce domaine ce week-end. C’est sûr que ça fait du bien, malgré tout, de revenir sur l’asphalte après une belle saison terre. »

A quel moment on va pouvoir te voir avec la Skoda Evo cette année ?

« Franchement, je n’en sais rien du tout. Mais le plus tôt sera le mieux. On manque un peu de performances dans l’ensemble donc on espère qu’elle arrivera bientôt. »





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Albe dit :

    Michel est un acrobate instinctif et ses trois sorties de route consécutives ont entamé la sérénité de son pilotage et aussi sa fluidité.
    Le phénomène Ciamin qui pilote la Fabia depuis 3 rallyes seulement redistribue les cartes avec un pilotage agressif et très tendu à la fois. Ses temps sont impressionnants et Sylvain Michel qui pour moi était « l’étalon Fabia » depuis 2016 doit remettre à plat son pilotage pour gagner les +/- 5 dixièmes au kilomètre qui le sépare de cet adversaire.
    C’est une belle 3ème place mais l’écart reste significatif à ce niveau.

  2. Remi dit :

    L’application bug trop, le site est parfait il manque juste que l’application s’améliore pour plus qu’il y est de bug. Est ce que vous comptez améliorer l’application et la rendre parfaite comme le site ?

    • Rallye-Sport.fr dit :

      Non impossible, nous ne sommes pas responsables du développement de l’application.
      De toute façon, elle n’apporte rien de + que le site mobile.