Ogier : « Gagner le plus vite possible »



Arrivé à Monaco en fin de matinée, tout comme les autres concurrents, Sébastien Ogier a répondu aux questions des médias ce jeudi.

Installé dans un restaurant face à un parterre de journalistes, nous compris, le français a évidemment évoqué sa signature avec Toyota, ses premières sensations en Yaris et ses ambitions sur le Monte-Carlo.

Contrairement à la saison 2017, tu as signé avec Toyota lors de cet hiver. Qu’est-ce qui a changé depuis ?

« La voiture était au début de sa vie et il y avait énormément de choses à faire progresser sur l’auto à l’époque. À la base, c’est principalement pour cette raison que nous n’avions pas rejoint Toyota et l’histoire a prouvé que ce n’était pas un mauvais choix de notre part quand même, car nous avons réussi à remporter deux nouveaux titres de plus avec Malcolm. Comme je l’ai souvent répété, les deux années passées avec Malcolm resteront inoubliables pour moi. Malgré tout, le fait de travailler un jour avec Toyota et Tommi est toujours un peu resté dans un petit coin de ma tête. Je suis heureux que ces choses se mettent finalement en place et que nous ayons cette opportunité. »

As-tu parlé d’un engagement en Endurance pour la suite de ta carrière ?

« Pour l’instant, nous n’avons clairement parlé que de WRC avec Toyota. On ne va pas s’éparpiller là-dessus. »

Contrairement à ta précédente expérience, tu possèdes une voiture parfaitement aboutie entre les mains. C’est forcément positif pour toi.

« Le potentiel de la voiture est là et a été prouvé depuis pas mal de temps maintenant. C’est sûr que c’est plaisant. Après, le rallye est toujours un sport de compromis et il y a toujours des petites choses que l’on aimerait améliorer mais on va continuer à travailler. Le plus important est d’essayer de s’adapter à cette voiture comme elle est, puisque à priori, la base est pas mal du tout. »

Tu as gagné le Monte-Carlo avec quatre constructeurs différents et tu as l’occasion d’être le seul à gagner ce rallye avec un cinquième. Est-ce flatteur pour toi ?

« Ces statistiques du Monte-Carlo sont toujours flatteuses en effet. Mais comme j’ai déjà dit, on ne peut pas comparer les époques. Il y a tellement de paramètres différents que c’est toujours un petit peu faussé.

Au-delà de ces comparaisons, remporter une nouvelle victoire avec une marque différente serait un rêve et on va faire notre maximum pour y arriver. »

As-tu plus de pression en arrivant chez Toyota, un constructeur qui n’a plus gagné au Monte-Carlo depuis 1998 ?

« Je ne connaissais même pas cette statistique, mais il est évident que s’ils ont signé avec moi, c’est en espérant que l’on soit performant. On ne va pas se cacher derrière quoique ce soit. L’objectif, c’est de gagner le plus vite possible et si c’est dès le Monte-Carlo, ce sera parfait. Si cela n’arrive pas ce week-end, je ne pense pas que ce soit un drame non plus. Même si nous nous sommes très souvent vite adaptés, tout le monde comprend qu’il faudra aussi un peu de temps aussi. L’objectif pour Toyota et moi, est plus sur le long terme. Le plus important reste toujours d’aller chercher la grosse coupe en fin d’année. »

Tu vas partir troisième sur la route ce soir, est-ce un peu différent pour toi ?

« Cela peut changer des choses effectivement. Avec des conditions où la glace fond beaucoup avec des cordes grasses, on peut se retrouver avec des routes qui vont se dégrader pas mal. Nous ne sommes pas très loins sur la route non plus, mais il est possible de voir des évolutions sur la route. »

Est-ce que l’adaptation avec la Yaris s’est bien passée ?

« J’ai été satisfait assez rapidement des essais. Le premier feeling était bon. J’ai eu la chance de faire pas mal de jours d’essais et dans une si courte période, avoir cinq jours d’essais, c’est déjà bien (3 Monte-Carlo, 1 jour sur terre et 1 Suède). Nous avons bien fait de rouler sur la neige car il n’y en a plus maintenant (rires).

Finalement, c’est là où j’ai le plus roulé par rapport à l’année dernière et chez M-Sport. Le contexte est un peu différent d’il y a trois ans où tout le monde démarrait avec une nouvelle voiture. Mais finalement, il y a eu tellement de chamboulements au niveau des voitures, que seul Thierry connaît vraiment bien sa voiture, et Sébastien aussi. Les autres ont tous un petit peu changé d’écurie. »

Est-ce qu’un Monte-Carlo s’attaque à fond comme pour une autre épreuve du championnat ?

« C’est un rallye délicat à aborder et l’histoire a prouvé que ce n’était pas toujours le pilote le plus rapide qui l’emportait. C’est surtout le rallye où il faut être le plus intelligent et où il faut effectuer le moins d’erreurs car tout le monde va en faire dans des conditions comme ça. Le tout, c’est de ne pas en faire de grosses. »




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Sebenvenin dit :

    Ça s’appelle venir quand la voiture est au point et se servir!!

  2. Seb73 dit :

    Va falloir etre patient avant de gagner
    La route est longue
    Encore 3 grosses journées a attendre

  3. natlin dit :

    je le mets en favori et numero 1 dans mon prono