La perf’ du week-end : Benjamin Mosson



Au départ de seulement deux rallyes entre 2014 et 2016, Benjamin Mosson s’est bien fait remarqué cette saison avec deux victoires scratch en deux participations !

D’abord victorieux au rallye Dijon Côte d’Or en Skoda Fabia R5, le pilote de la Côte d’Or a récidivé le week-end dernier, cette fois au volant d’une 207 R3T lors du rallye National des Hautes-Côtes.

Discret en rallye ces dernières années, Benjamin avait débuté dans cette discipline au début des années 2000 dans le cadre du Volant Peugeot et se consacre désormais majoritairement au pilotage sur circuit, toujours avec la marque aux lions.

Pour ton deuxième rallye de l’année, tu remportes une deuxième victoire scratch, mais cette fois avec une 207 RC R3T. T’attendais-tu à un tel résultat avant le départ ?

« Tout d’abord non je ne m’attendais pas à un tel résultat même si au fond de moi j’espérais une place dans les 5 premiers au scratch. Apres la deuxième spéciale et notre premier scratch j’espérais déjà un podium. Et lorsque l’on a aperçu l’arrière de la Porsche de Ghislain BARBIER dans l’ES6, je me suis dit que tout était possible. J’ai tenté de rester hermétique à la pression mais autour de nous, l’hécatombe avait déjà commencé. Nous avons donc continué d’attaquer pour rester concentrés et ne pas faire d’erreur. J’ai vraiment cru à cette victoire lorsque j’ai aperçu le panneau jaune qui précède la cellule d’arrivée de l’es 12. Deux rallyes deux victoires scratch c’est complètement fou… »

Quel est ton objectif à plus long terme en rallye ? Peut-être te qualifier pour la finale des rallyes 2018 et y viser un beau résultat ?

« A plus long terme je n’ai pas vraiment de programme en Rallye. juste quelques piges pour le plaisir. Même si l’idée de la qualif pour la finale est intéressante ça me parait compliqué de tout allier. Famille, Professionnel, circuit, rallye. A voir … »

Tu as la particularité de rouler en circuit en 208 Racing Cup cette année. Comment arrives-tu à mixer ces deux programmes différents ? N’est-ce pas trop déstabilisant de changer de discipline ?

« Le circuit m’a apporté et m’apporte encore beaucoup. Le mix des deux disciplines est très intéressant. il m’a appris le vrai pilotage d’une voiture de course. L’efficacité, la recherche de la perfection. Pour moi, on devrait appréhender de la même façon un rallye et une manche en 208 SPRINT. Avant, j’avais tendance à avoir un pilotage assez généreux, et lorsque je suis arrivé en Rencontre Peugeot, j’ai pris une claque. J’étais complètement largué …

Avec l’aide d’Antoine PRETIN, mon ami et coéquipier en circuit, nous avons beaucoup travaillé sur notre pilotage et en quelques saisons nous avons progressé pour pouvoir aujourd’hui hui nous mesurer aux meilleurs de la discipline. Il y a un niveau terriblement élevé et nos concurrents directs nous tire constamment vers le haut. A chaque fois que je remonte dans une voiture de rallye, j’ai l’impression d’avoir encore progressé. je pense rouler bien plus vite qu’à mes 20 ans en prenant deux fois moins de risques. »

En début de carrière, tu as débuté par le Volant Peugeot pendant cinq saisons de suite. Qu’est-ce qui t’as manqué pour réussir dans cette formule de promotion ?

« A l’époque du VOLANT 206 j’étais jeune, fougueux, sans expérience avec des notes peu précises. Avec ces qualités, j’ai fait pas mal de carrosserie et alimenté l’atelier de mon papa pendant un bon moment…

Alors forcément au lieu de faire des kilomètres, je grattais les caisses de 206. Ce n’était probablement pas le moment, je n’étais pas prêt. Si j’avais le pouvoir de remonter le temps j’aurais aimé vivre cette période avec mon expérience de maintenant. »





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Thomas dit :

    Effectivement une belle perf 😉

  2. Fab dit :

    Et oui, c’est toujours la même chose. Quand on a le talent, c’est la maturité qui fait le reste. 🙂