Que sont-ils devenus ? #22- Pierre Campana



Avec une saison actuelle à l’arrêt, le moment est idéal pour s’intéresser à ceux qui vous ont émerveillé dans les années 2000, avec de jeunes pilotes aux dents longues mais aussi des pilotes aguerris, prêts à se dépouiller sur les routes des championnats de France asphalte et terre.

Encore plus qu’aujourd’hui, les formules de promotion étaient d’une densité folle avec des plateaux dépassant parfois la trentaine de concurrents au départ, tous prêts à se battre pour le moindre dixième. Parmi eux, certains ont atteint la gloire, avant de disparaître peu à peu des radars des rallyes et du public.

Ancien pilote officiel Mini et vainqueur en championnat de France, Pierre Campana est le vingt-deuxième pilote à répondre à notre invitation pour cette rubrique : « Que sont-ils devenus » ? 

Faits marquants en carrière

2012Pilote officiel Mini au Monte-Carlo / 3e du Tour de Corse (Peugeot 207 S2000)
20112 victoires en Championnat de France asphalte (Mini JCW WRC)
20103 rallyes en IRC avec une Renault Clio R3
2008-20094 victoires en Suzuki Swift Sport
2004Début en rallye (Peugeot 106 S16)

Quelle est ton activité aujourd’hui ?

« Depuis 15 ans, je travaille à la Collectivité de Corse au service des routes. Je suis marié et j’ai deux enfants. Ma vie personnelle a pris d’un coup le dessus sur ma carrière sportive. L’envie était toujours là mais ma vie privée était prioritaire.

Je suis toujours les résultats en WRC et en championnat de France. Egalement l’Italie où il y a des rallyes sympas à faire avec des formats différents de la France.

Sinon, je fais du sport pour m’entretenir et avoir une bonne hygiène de vie. Donc je fais du vélo et de l’enduro depuis mon arrêt en rallye. J’ai pu faire du motocross par le passé et en Corse, j’ai un terrain idéal pour m’amuser. »

A quel moment as-tu senti que ta carrière était sur le point de se terminer ?

« La naissance de mon premier enfant a changé pas mal de choses. Elle a eu des soucis de santé et j’ai décroché du sport auto pendant 3/4 ans. J’avais autre chose à penser de plus important que le rallye. Tout est devenu secondaire. Je n’avais ensuite plus la motivation de monter des programmes en cherchant de gros budgets.

Après ce long arrêt, j’ai effectué le Tour de Corse avec une R3, puis en 2018, j’ai roulé en Italie avec un beau programme en R5. J’étais plus motivé et j’avais une vie perso plus tranquille.

Je termine vice-champion face à Rossetti et cela m’a vraiment reboosté. On avait prévu de repartir en 2019 sur ce même championnat, mais un de mes partenaires, qui était aussi un ami, est décédé.

J’ai également roulé sur le rallye de Corte à domicile avec mon cousin Henri-Marc Venturini. Si le rallye se fait cette année, j’espère rouler, toujours avec lui et possiblement en R5. J’ai quelques contacts pour rouler en Italie par la suite, à voir.

J’aimerais bien sûr revenir en France mais les coûts restent problématiques. Je préfère m’engager sur 4 épreuves en Italie plutôt que 2 rallyes en France pour le même coût. Mais ça me ferait vraiment plaisir de rouler en France. »

Quel a été le meilleur moment de ta carrière ?

« Il y en a forcément beaucoup avec notamment mes premières victoires sratchs et en formules de promotion. En 2008, je me rappelle du Tour de Corse avec une bagarre face à Ogier (futur champion JWRC) qui avait une S1600 et moi la R3. Ce sont des souvenirs gravés à jamais.

Le Monte-Carlo avec la Mini reste inoubliable. C’était l’aboutissement d’un rêve, je me suis battu contre les ténors et j’ai fait parfois jeu égal avec mon coéquipier Sordo qui est une référence sur ce rallye. J’ai fait quelques splits aussi devant Loeb qui était intouchable cette année là, et ça marque ! »

Quelle a été la voiture préférée dans ta carrière ?

« La Mini WRC évidemment. C’était vraiment une voiture à part, complètement autre chose que ce que j’avais connu et vraiment un autre palier. J’ai découvert cette voiture avec Prodrive lors du Richard Burns Memorial Rally, une épreuve que l’on a remporté devant Kris Meeke. C’était une épreuve particulière, sans reconnaissances dans une base militaire. Nous avions une carte du rallye et il fallait imaginer les angles des virages. C’était une super expérience et un beau souvenir. »

Quel(le) copilote t’as le plus marqué ? 

« Sabrina De Castelli qui m’a accompagné pendant la majorité de ma carrière. Elle a su me guider dans mes choix et c’est quelqu’un de très expérimentée. Elle fait partie des meilleurs copilotes en France. Elle est posé et calme, ça m’allait bien. Son travail avant, pendant et après, était remarquable, tout était prêt de A à Z. Cela marchait bien entre nous deux. »

Si tu devais refaire un rallye aujourd’hui ? Ce serait lequel et avec quelle voiture ? (Budget illimité)

« La Toyota Yaris WRC sur le Monte-Carlo. La Yaris d’abord car c’est la voiture en général que j’aime, le look et les performances. D’autre part, le Monte-Carlo car c’est un rallye à part avec une adrénaline unique par rapport aux autres épreuves. Aborder une spéciale avec un mauvais choix de pneus est courant sur cette épreuve et très stressant, mais excitant à la fois. »

Que penses-tu globalement du rallye français aujourd’hui, du championnat asphalte avec les R5 mais aussi des formules de promotion ?

« C’est un beau championnat avec toujours de très gros plateaux avec pas moins de 20 R5 au départ. La FFSA a réussi à tirer le championnat vers le haut. J’ai pu me battre face à Yoann Bonato par le passé. Il est resté un peu l’arrêt pendant quelques temps mais a su se remotiver pour repartir en formule de promotion. Il mérite ce qui lui arrive.

Les formules de promotion restent l’endroit où un jeune doit rouler pour gravir les échelons en rallye. Je suis passé par là, comme quasiment tout le monde. Cela permet de se forger une bonne pointe de vitesse avec un niveau élevé, quelque soit la marque. Il y a moyen normalement de s’auto-financer, c’était mon cas.

C’est toujours accrocheur de gagner une formule de promotion et c’est finalement la seule véritable voie pour accéder à d’autres catégories. Gagner sa classe sur un rallye de Coupe de France n’est pas porteur.

Les formules coûtent de plus en plus chères. On avait la possibilité de formules à bas prix avec la Suzuki Swift et la Clio Cup à mon époque. Maintenant, il faut vraiment un gros budget.

Il reste aussi la possibilité de participer à Rallyes Jeunes. De mon côté, j’ai pu démarrer en gagnant la sélection Rougier Sport en battant notamment Jérémi Ancian pour obtenir une saison en Suzuki.

L’augmentation des coûts est une spirale difficile à freiner. Il faudrait des voitures plus simples à faire pour retrouver des plateaux comme j’ai connu en Suzuki et Peugeot avec plus de trente voitures. »

As-tu des regrets sur ta carrière ?

« Oui avec ce programme arrêté avec Mini. J’aurais du faire toutes les manches asphalte en 2012 avec Dani Sordo en coéquipier, mais aussi des manches terres grâce à l’Equipe de France FFSA, soit 7-8 rallyes dans la saison. C’était un programme d’apprentissage en espérant mieux en 2013. Malheureusement, Mini a mis fin à ce programme en cours d’année.

Sinon le Tour de Corse de la même année. J’aurais peut-être pu gagner cette édition sans des problèmes mécaniques avec la 207 S2000, même si Sordo avec sa RRC, était quand même au-dessus de nos S2000. »




S’abonner
Notifier de
guest
16 Commentaires
Newest
Oldest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
Macc
27 jours il y a

Je me souvient du rallye du Var 2011 pierre canpanna il participé avec une mini WRC blanche superbe je me souviens du son de cette voiture, on aime ou on aime pas le look et le son de cette et inimitable quel dommage quel n’ est rien fait WRC cette voiture (palmarès)

Robin
Robin
27 jours il y a

4 rallies en Italie, 2 rallies en France !!! Quelqu’un peut-il m’expliquer pourquoi cette différence de coûts ?

natlin
natlin
28 jours il y a

le dernier corse officiel en wrc
avant lui, bernardini corse 95 chez ford
et avant loubet chez toyota et lancia

jmb17
jmb17
28 jours il y a

Que sont-ils devenus ?
=> Pierre campe. Anna aussi.

berlinette
berlinette
28 jours il y a

Surpris ( et amusé) de lire qu’il préférerait faire le Monté Carlo en Yaris plutôt que le Tour de Corse. Qui a dit que les Corses étaient chauvins? Encore un très bon pilote de l’île de beauté, terre de rallye.Pour la pétition du retour du TDC en WRC, veuillez signer plus bas!!

Seb73
Seb73
Reply to  berlinette
28 jours il y a

Je signe.
Quand on y pense, cela n’a pas de sens que le tour de Corse ne face pas parti eu championnat
C’est un des plus beaux rallyes

Monégasque
Monégasque
Reply to  Seb73
28 jours il y a

C’est bien beau tout ça mais y’a pas d’argent pour un WRC.
Au fait certains Corses ne voulait pas l’indépendance de l’île?
Sans les continentaux Et sans touristes la Corse n’est pas grand chose

Pat
Pat
Reply to  Monégasque
28 jours il y a

Dis(excuse)

Monégasque
Monégasque
Reply to  Monégasque
27 jours il y a

excuse moi mais par contre savoir écrire ne dépend en rien du lieu de vie.
Pour ton commentaire, il ne fait en rien avancer la discussion et est de plus hors sujet.
Si Monaco n’était pas là pour financer le MC, vous n’auriez aucun rallye WRC en France.

jacqouille
jacqouille
Reply to  Monégasque
27 jours il y a

pas faux!!!!

Pat
Pat
Reply to  Monégasque
27 jours il y a

Ton air suffisant fait de moi un mec content de ne pas être ton ami. Ça va pas trop de faute ???

Monégasque
Monégasque
Reply to  Pat
27 jours il y a

C’est réciproque, pour le reste ça me passe au dessus de la tête, en d’autres termes, j’men tape le cul par terre.
Bonne continuation malgré tout…
 

jmb17
jmb17
Reply to  Monégasque
27 jours il y a

Cher Monégasque, Tu fais quelques remarques orthographiques à l’ami Pat. Permets-moi à mon tour… quelques ajustements, concernant ta prose : 1 – Plus haut tu écrits : « certains corses voulait…. » 2 – Le trait d’union est obligatoire entre le verbe à l’impératif et le pronom complément direct. Sauf erreur de ma part, ne pas en mettre est une faute donc « Excuse-moi et non excuse moi » 3 – Enfin la ponctuation, le point d’interrogation, les majuscules, la forme interrogative etc… sont très « allez à Thouars…dans les 2 Sèvres » chez toi !! En toute amitié, comme tu le sais bien.   Mais… Lire la suite »

jmb17
jmb17
Reply to  jmb17
27 jours il y a

tu écris
Comme dit l’autre
(la paille dans l’œil … du voisin du voisin)

Pied gauche
Pied gauche
Reply to  Monégasque
26 jours il y a

ou est le rapport avec le sujet … ?

Space Cowboy
Space Cowboy
Reply to  berlinette
27 jours il y a

Je signe évidemment ! Ta remarque arrive à point nommé. Pourquoi le TdC est sorti du calendrier ? Parce que le promoteur a jugé que le Monte-Carolo suffisait et que le circus doit se balader partout dans le monde. En cela Adamo a raison de faire la comparaison avec la F1. Ironie de l’histoire, crise oblige, les mêmes cherchent maintenant des épreuves européennes pour sauver leur compte de résultat 2020. Comme on dit : « ça va, ça vient, et quand ça vient, ça va ».
Et vive la Corse !