Quentin Gilbert dans le grand bain !




Peu après son arrivée au Mexique, Quentin Gilbert a pris le volant de sa Ford Fiesta R5 lors d’une séance d’essais organisée en préambule à...

me manche du Championnat du Monde des Rallyes. Avec de bonnes sensations, le Vosgien se déclare confiant à l’abord de sa première participation en WRC2.

Pour Quentin Gilbert, ce Rallye du Mexique est un véritable rendez-vous en terre inconnue. A l’issue d’un long voyage, le jeune pilote est bien arrivé à León, une des plus grandes villes du pays avec son million et demi d’habitants. Après avoir consacré sa première journée à encaisser les sept heures de décalage horaire, Quentin est passé aux choses sérieuses.

« J’ai pris contact avec les membres de l’équipe et nous avons réglé ma position de conduite au volant de la Fiesta R5. J’ai aussi récupéré ma voiture de reconnaissances, une grosse Volvo à quatre roues motrices », raconte Quentin. « Mais j’attendais surtout avec impatience la séance d’essais programmée ce lundi ! »

Ce roulage permettait au Vosgien de véritablement découvrir sa voiture de course, mais aussi son copilote pour le week-end : « Renaud Jamoul s’apprête à vivre un heureux événement et j’ai fait appel à Nicolas Klinger pour le remplacer sur ce Rallye du Mexique. Même s’il sera à 10 000 km, nous penserons à Renaud, qui a énormément œuvré pour que ce programme se concrétise. Et je sais qu’il suivra chacun de nos temps partiels ! En tous cas, je suis satisfait d’avoir Nicolas à mes côtés. Nous nous connaissions déjà, après avoir roulé ensemble lors d’une séance d’essais il y a deux ans. Il a beaucoup d’expérience du WRC et il connaît déjà la Fiesta R5 et l’environnement de M-Sport : ce sont autant de points positifs pour moi. »

Au volant, Quentin s’est vite acclimaté au pilotage de la Ford Fiesta R5 : « La base utilisée était représentative du rallye et j’ai pu tester différents réglages. Le but est de disputer l’épreuve avec le set-up recommandé par M-Sport, mais il était important que je puisse ressentir la façon dont la voiture se comporte en fonction des modifications. Grâce aux conseils de Jari Ketomaa, j’ai également pu appréhender le fonctionnement des pneus DMACK. Au bout du compte, je dirais que la Fiesta R5 est facile à conduire. Je me sens bien entouré par l’équipe et tout cela contribue à me mettre en confiance. »

Après cette prise en mains, Quentin Gilbert et Nicolas Klinger effectueront les reconnaissances mardi et mercredi. La journée de jeudi sera rythmée par le shakedown et la cérémonie de départ, organisée à Guanajuato. Sitôt descendus du podium, les concurrents s’élanceront dans l’ES1, tracée dans les rues et les tunnels pavés de l’ancienne cité minière. « Thierry Neuville m’a conseillé de me méfier du premier virage de cette première spéciale, car il a touché une bordure lors de ses deux premières participations à l’épreuve », raconte Quentin. « Je suis impatient d’être au départ, mais il ne faudra pas brûler les étapes. L’objectif qui m’a été fixé est de prendre de l’expérience. Si je parviens à disputer toutes les spéciales sans encombre, le bilan sera alors forcément positif. »

Communiqué de presse en ligne





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *