Tänak était bien le plus fort (Saison 2019 : 3/3)



Comme l’an passé, le titre de champion du monde s’est joué entre trois pilotes, et pour tous, la saison aura été faite de hauts et de de bas.

Nous avons découpé cette saison en trois périodes bien distinctes, choisies en fonction de l’état de forme de chacun mais aussi du calendrier.

Dans cette troisième partie de saison, Ott Tänak a clairement pris l’ascendant sur ses rivaux pour conquérir un premier titre de champion du monde.

Finlande (9/13) : Tänak fait le trou

  •  Tänak (1er) : Premier sur la route le vendredi, l’estonien parvient tout de même à s’illustrer en rentrant 4e au soir de la première étape. Le pilote estonien est ensuite intouchable grâce à une belle régularité et une paire de scratchs, illustrée par une belle Power Stage.
  • Ogier (5e) : Le premier jour, le français est dans le bon wagon avec seulement 13s de retard sur le podium provisoire. Le lendemain, le pilote Citroën ne parvient pas à hausser le ton et ne peut rien faire le dimanche face à Andreas Mikkelsen. Il termine alors cinquième, bien loin de son coéquipier Esapekka Lappi (2e).
  • Neuville (6e) : En manque de feeling pendant toute l’épreuve, le belge passe à côté de son week-end en n’étant nettement dominé par son coéquipier Andreas Mikkelsen.

=> Points : Tänak (180), Ogier (158), Neuville (155)

Allemagne (10/13) : Tänak confirme

  • Tänak (1er) : En grande forme depuis sa victoire chilienne, l’estonien confirme en début de rallye, prenant d’emblée la tête de l’épreuve. Opposé à un Thierry Neuville terriblement accrocheur, le pilote Toyota va profiter d’une crevaison de ce dernier pour prendre le large et s’assurer d’une troisième victoire consécutive en Allemagne.
  • Neuville (4e) : Lancé dans une superbe bagarre face à Ott Tänak jusqu’à mi-rallye, le belge dégringole au classement suite à une crevaison dans le premier passage de Panzerplatte. Grâce à une belle fin de rallye, le pilote Hyundai remonte de la 7e à la 4e place.
  • Ogier (7e) : Jamais le français n’aura pu suivre le rythme des meilleurs sur cette épreuve. Agacé et frustré par sa C3 WRC, le pilote tricolore doit même abandonner sa 4e place provisoire le samedi après-midi suite à une crevaison. Après un Finlande déjà bien délicat, le pilote Citroën enregistré un deuxième résultat insuffisant pour suivre un Tänak survolté.

=> Points : Tänak (205), Ogier (165) Neuville (172)

Turquie (11/13) : L’espoir fait vivre

  • Ogier (1er) : Après une période bien terne entre Sardaigne et l’Allemagne, le français retrouve de l’élan au volant d’une Citroën C3 WRC parfaitement fiable sur ce terrain. Tandis que ses adversaires patinent, lui réussit à franchir les obstacles turcs avec facilité pour remporter une troisième victoire cette saison.
  • Neuville (8e) : Pas récompensé en Allemagne, le pilote belge réalise un départ intéressant, dans le rythme du futur vainqueur, Sébastien Ogier. Samedi matin, il se fait piéger dans la poussière à faible allure et lâche alors plus de quatre minutes ! Malgré quelques chronos intéressants, le pilote Hyundai ne peut remonter et doit se contenter de la huitième place.
  • Tänak (16e) : En ouvrant la route, l’estonien est en grande difficulté, terminant la première journée au 8e rang à une minute et demie du leader ! Le lendemain, une panne sur le routier le pousse à renoncer. Le dimanche, l’estonien arrache tout de même 5 points en Power Stage et conserve une bonne marge au championnat.

=> Points : Tänak (210), Ogier (193), Neuville (180)

Pays de Galles (12/13) : Tänak repart de l’avant

  • Tänak (1er) : Après un week-end sans réussite en Turquie, le pilote estonien retrouve son rythme et se montre irrésistible sur cette épreuve malgré la belle résistance offerte par Thierry Neuville.
  • Neuville (2e) : Sans podium depuis le Portugal en mai dernier, le belge retrouve cette joie à l’issue d’une superbe bagarre face à Ott Tänak. Il s’incline pour dix petites secondes et perd 4 points de plus en Power Stage, son retard cumulant désormais à 41 points !
  • Ogier (3e) : D’abord en bagarre face au joli duel Tänak/Neuville, le français ne peut finalement pas suivre leur rythme et se retrouve esseulé le samedi soir en troisième position. Dans la Power Stage, le pilote tricolore réagit et marque finalement le même nombre de points que Neuville…mais bien moins que Tänak qui s’échappe inexorablement.

=> Points : Tänak (240), Ogier (212), Neuville (199)

Espagne (13/13) : Tänak termine le travail

  • Neuville (1er) : Obligé de scorer un maximum en Catalogne pour éviter le titre de Tänak, le belge a magnifiquement fait le boulot, dominant notamment la journée du samedi face à ses coéquipiers avant de dérouler en fin de rallye.
  • Tänak (2e) : Logiquement en retrait le premier jour en ouvrant la route, le pilote estonien a retrouvé des couleurs le lendemain, signant notamment trois scratchs consécutifs sur l’asphalte catalan. Auteur d’une grosse fin de course, le pilote Toyota a conquis son titre avec panache, s’imposant dans la Power Stage, tout en dépassant Dani Sordo pour la deuxième place.
  • Ogier (8e) : Ce dernier rallye de la saison a été un calvaire pour le français, déjà mal positionné dans la conquête d’un nouveau titre. Après seulement dix kilomètres, les derniers espoirs du français se sont envolés à cause d’une panne de direction assistée. Dès lors, son rallye s’est résumé à une séance d’essais grandeur nature sans grand intérêt.

=> Points finaux : Tänak (263), Neuville (227), Ogier (217)





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Thib dit :

    @RS, vous vous êtes trompé dans la position d’arrivée d’Ogier au Catalogne, il ne fait pas 3 mais 8.

  2. Dr no dit :

    Ne chantez pas trop vite, et rendez-vous la saison prochaine, manière de constater les performances de ott….
    S’il est devant Thierry, chapeau bas, le reste est à venir….

  3. chartreuse dit :

    il était également en 2018 , sans une mauvaise poisse , il y aurait pas eu de suspens .

  4. MIN dit :

    OT ,il était plus fort même déjà les années precedentes, je suis content pour lui,même si on a perdu le titre de champion du monde en déplaise aux anti SO et SL,c’est le sport /VIVE LE RALLY