Toedtli : « Repartir en coupe »



Jeune pilote suisse de 21 ans, Jérémie Toedtli a disputé sa deuxième saison en 208 Rally Cup cette année.

Après une 10e place encourageante en 2014, le pilote helvète a connu de nombreux pépins mécaniques cette saison pour terminer à une décevante 16e place. En parallèle de cette participation à une formule de promotion française, Toedtli a également joué le titre de champion de Suisse Junior, échouant à trois points du champion, Cédric Althaus.

Jérémie, quel bilan fais-tu de ta saison sur la Peugeot 208 R2 ?

La saison 2015 a été riche en expérience avec 12 rallyes, auxquels j’ai pu participer grâce à mes différents partenaires que je remercie chaleureusement, mais en toute honnêteté, cette saison ne s’est pas déroulée comme je l’avais espérée. Nous avions pris, toute mon équipe et moi, la décision de réaliser la coupe 208 en France et également le championnat Suisse Junior. Pour la Suisse, c’est le team GTO Evolution, dirigé par mon père qui se chargeait de l’entretien de la voiture, tandis que pour la 208 RallyCup, nous avions décidé de louer chez AFC Racing.

Malheureusement, je crois que j’ai été frappé par la poisse, car j’ai connu beaucoup de petits problèmes, soit électrique, soit mécanique, qui m’ont empêché de m’exprimer librement. Mais dans mon malheur, j’ai également su profiter des circonstances pour acquérir de nouvelles astuces, tant sur la stratégie de course, les réglages et autres. L’important de cette saison aura été de franchir la totalité des kilomètres de spéciales, qui me sera bien utile la saison prochaine…

Comment s’est déroulé le rallye international du Valais en ERC ?

Super souvenir, c’est sans doute le meilleur rallye de ma jeune « carrière » ! Etant donné mon manque d’expérience du terrain, puisque c’était ma première participation, nous avons très bien préparé cet évènement. Mathématiquement parlant, j’avais encore une chance de remporter le titre de champion suisse junior, alors nous avons pris le soin de finir de la meilleure des façons ce championnat. Le rallye du Valais est un magnifique rallye, très spécifique par sa configuration, puisqu’il se déroule presque exclusivement sur des routes de montagne, avec comme caractéristique flagrante, peu d’adhérence. Pour parler de la course, nous avons réalisé une belle bataille à trois Peugeot. Le premier soir, seul 2s nous départageait, le second 9 et avant la dernière spéciale mixte, asphalte et terre, j’avais deux petites secondes d’avance sur mon adversaire. J’ai tout donné pour réaliser la spéciale parfaite, avec à la clé, la victoire du deux-roues-motrices en ERC et la 11ème place au général !

Quelle surface préfères-tu asphalte ou terre ?

Pour le moment, c’est toujours l’asphalte mais il est possible que cela change avec le temps. Je suis un passionné de mécanique et quand il faut courir le deuxième passage d’une spéciale terre et que les grosses 4×4 ont démonté la route, j’ai du mal à garder le pied au fond, quand j’entends ce qui se passe en dessous. Par contre la glisse j’aime ça, j’ai débuté avec une Ford Escort groupe 4 et je retrouve quelques fois les mêmes sensations. Ce que j’aime sur l’asphalte est de ressentir le grip latéral que ces voitures peuvent prendre et de prendre des trajectoires bien tendues. De toutes manières, ce sont des surfaces complémentaires, et il faut savoir aller vite sur les deux !

Quels sont tes projets pour 2016 ?

J’envisage de repartir sur une année de coupe, et de participer également au championnat suisse sur une voiture de catégorie supérieure, mais rien de sûr, il faut partir à l’assaut des partenaires. Le nerf de la guerre est comme pour tous, le budget. Je vous souhaite à tous une excellente année 2016, que le meilleur gagne !





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *