Un apprentissage difficile pour Mathieu Maurage




Au cours des reconnaissances du premier jour, Mathieu Maurage découvre un parcours technique, rapide et particulièrement glissant pour son troisième rallye terre seulement. Avant le...

re-29223">

Avant le départ il demande quelques modifications des réglages à ses mécaniciens et c’est parti pour le premier passage dans les trois spéciales du jour. « Une grosse frayeur au tout début de la première spéciale sur la bosse du camp nous rappelle à l’ordre. Le terrain très glissant mélangé au manque d’expérience ne donnent pas un bon feeling pilote-voiture. Une petite touchette en fin de troisième spéciale avec une souche viendra tordre le train arrière gauche de la DS3″.

L’assistance entre les deux boucles permettra une nouvelle fois à l’équipe du Lycée de Saint-Vallier de faire preuve de toute sa motivation et de son professionnalisme, mais le temps étant compté le train arrière ne peut être totalement réaligné. « Nous abordons la deuxième boucle plutôt sur la défensive, dans le but d’apprendre et de ramener la voiture« .

La dernière assistance de la journée permet à l’équipe de finir la remise en état du train arrière. Mathieu Maurage et Anderson Levratti pointent alors à la neuvième place du Citroën Racing Trophy et à la quinzième du général.

Dimanche le pilote montilien trouve des spéciales plus techniques et sans la couche de gravette qui rendait celle de la veille si glissantes. Malheureusement il n’aura que peu de temps pour apprécier cette deuxième étape : « Quatre kilomètres après le départ du premier chrono du jour, nous sommes contraints de finir la spéciale au ralenti, la boite de vitesse vient de casser !
Ce sont des choses qu’il faut savoir accepter et qui font partie de notre sport. Mais ce qui est surprenant c’est que cette boite de vitesse sort juste de révision »

Mathieu qui rentre très déçu de cette course a malgré tout acquis de l’expérience. Côté sportif il a compris beaucoup de choses et sait qu’il ne doit pas brûler les étapes : « Même si c’est dur à accepter en temps que compétiteur, j’ai compris que je dois prendre le temps d’apprendre sur cette surface. Un rallye terre ne s’aborde pas du tout de la même façon qu’un rallye asphalte« .

Dans un peu plus d’un mois le jeune équipage Drôm’Ardèchois retrouvera sa surface de prédilection, l’asphalte, au Rallye du Var. Espérons que la dernière manche du Citroën Racing Trophy 2012 permettra à Mathieu et Anderson de terminer la saison sur une note plus agréable pour eux et toute l’équipe du Lycée de Saint Vallier.





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *