Un Volant pour la Terre




Récit de cette année « terre » par Victor Bellotto au sein du volant 207 Une première page se tourne dans cette saison 2012. Le podium du...

g" alt="" width="380" height="253" srcset="https://www.rallye-sport.fr/wp-content/uploads/2012/10/260165_194759400655922_243137817_n-380x253.jpg 380w, https://www.rallye-sport.fr/wp-content/uploads/2012/10/260165_194759400655922_243137817_n-680x453.jpg 680w, https://www.rallye-sport.fr/wp-content/uploads/2012/10/260165_194759400655922_243137817_n.jpg 960w" sizes="(max-width: 380px) 100vw, 380px" />

Récit de cette année « terre » par Victor Bellotto au sein du volant 207

Une première page se tourne dans cette saison 2012. Le podium du Rallye Terre des Cardabelles marquait la fin pour moi de l’aventure en Volant 207. Une saison pas complètement terminée mais qui restera comme le tournant de ma carrière. Etre engagé dans une formule de promotion est déjà un aboutissement mais dans deux, c’est juste incroyable.

Fin 2011, j’acceptais avec beaucoup d’impatience de prendre place à côté de Florian Bernardi pour le Championnat de France Junior. Un travail de l’ombre qui avait fini par payer et une reconnaissance touchante de l’un des espoirs français de la discipline. Déjà comblé, je n’imaginais pas voir cet alléchant programme être encore étoffé. Pourtant peu de temps avant le Rallye Terre d’Auxerre, c’est un appel de Mr Scampi qui apportait l’excellente nouvelle. Etant indisponible ce w-e là, il me propose le baquet vacant de la 207 du Team FB Rally au côté d’un grand gaillard déconneur, Florentin Bosch. Le début d’une belle aventure …

Plus qu’un résumé d’épreuves, ce nouveau récit est une sorte de bilan de ma saison passée sur le Championnat de France Terre, considérée comme la surface reine du rallye. Un anti Alzheimer pour les jours où je serais nostalgique.

Le Rallye Terre Ouest Provence en Mars était ma deuxième expérience des rallyes terre. Ma première avait eu lieu lors du Vaucluse 2010 en tant que pilote, et oui, mais se termina plutôt violemment contre un conifère. Une remise en jambe donc en début d’année conclue à la 7ème place scratch, un merveilleux souvenir sur une auto tout aussi fantastique qu’est la Saxo T4. Une réconciliation avec la terre bienvenue avant de partir tout là haut dans l’Yonne pour la seconde manche du championnat.

La terre a cela de déroutant pour quelqu’un d’organisé comme moi que vous avez toujours l’impression de débarquer en spectateur. Comparé au boulot de préparation que j’effectue pour une manche asphalte, le book pour la terre est bien rachitique mais il faut faire avec. Vos talents d’improvisation sont soumis à rude épreuve mais l’expérience emmagasinée est incroyable.

Je fais connaissance avec Florentin, Olivier, son père et toute l’équipe FB Rally le samedi matin en allant récupérer notre joujou pour le w-e au parc fermé, la 207 R3T. Une équipe de passionnés, orchestré par un Champion de France Terre qui passe ses journées sur la route entre les points stop et les parcs. On se sent un peu chouchouté et avec ce temps d’apocalypse qui s’abat sur la Bourgogne c’est plutôt agréable !

La complicité avec Florentin fut quasi instantanée, si tôt les fesses posées dans le baquet et le Mickey sur les oreilles. Florentin est un pilote plutôt atypique, comparé à mes précédentes expériences. Quoique cette année Florentin et Florian se ressemble sur pas mal de points, une continuité pour moi. De nature déconneur et trés sociable, il n’en reste pas moins un pilote appliqué et concentré lorsque le casque est vissé sur sa tête. Une sorte de double personnalité, un mécanisme anti stress et anti pression. Le rallye plaisir tout simplement.
Vous ne passez pas inaperçu dans les parcs avec des pipelettes comme ça !

Indirectement, son rythme élevé en recos m’a également permis de faire évoluer mon système de note. Jean Charles m’avait prévenu que le bougre était du genre « pressé » et qu’il ne fallait pas s’endormir au risque de perdre le fil. L’avantage c’est de ne jamais pointer en retard ou de surveiller sa montre toutes les 2min, ce qui pour un copilote débutant sur cette surface arrive régulièrement. Lors des rallyes rapides comme l’Auxerre ou le Lozère, la prise de note n’a pas posé de problème particulier mais pour le Terre de Catalunya ou le Ouest Provence en revanche c’est une toute autre histoire. Des rallyes très sinueux, sans lignes droites où je n’arrêtais pas une seconde. J’ai du inventer de nouveaux codes pour gagner en efficacité et ne rien oublier et surtout pour que Florentin ne s’aperçoive de rien ! Maintenant tu le sais ! Très formateur donc.

Puisqu’on est sur les notes, celles de Florentin tranche radicalement avec celles de Florian, l’image parfaite entre la terre et l’asphalte. Pour l’un, on se contente de l’angle du virage, des distances et des gros pièges, pour le second c’est une véritable description de la route où rien n’est laissé au hasard. Sur la terre on fait d’avantage confiance à son instinct et à son esprit d’improvisation ce qui est hors de question sur le tarmac. Les règles du jeu sont évidemment différentes, c’est pour cela que rouler sur les 2 surfaces permet à l’équipage de travailler sur un système plus polyvalent. Savoir rouler vite à la note avec un seul passage sera forcément bénéfique une fois sur l’asphalte avec 2 passages supplémentaires.

L’Auxerrois ne devait être qu’un one shot, je me devais donc de réussir mon remplacement pour ne pas plomber son championnat et remercier comme il se doit Scampi. Le Terre des Causses aura finalement été la seule impasse au calendrier. Florentin me rappel juste après pour terminer la saison avec lui, Jean Charles étant retenu pour des affaires professionnelles. J’ai du faire bonne impression à côté du copilote champion de France 2009 !

Après la douche de l’Yonne (voir de l’iode plutôt), voici la chaleur de la Catalogne pour mon premier rallye à l’étranger comme concurrent. Etranger à moitié puisque ce sont des français qui organisaient, transition en douceur. L’expérience fut courte malheureusement car nous ne dépasseront pas l’ES2, notre seule faute de l’année. Une fiabilité quasi exemplaire entre mon pilote et la 207 largement éprouvée.

Une 2 roues motrices bluffante d’efficacité sur terrain glissant même si un peu dépassée avec l’arrivée de la DS3 et de sa remplaçante la 208 R2. Avec 190ch, une boite crabot et des suspensions qui vont bien, c’est un outil parfait pour s’amuser sans se ruiner et encore dans le coup pour les grands garçons qui savent en tirer toute la quintessence.

Cette année, deux nouvelles épreuves faisaient leur apparition au calendrier. Après le Ouest Provence, c’est au tour du Terre de Lozère de pousser la porte du championnat de France. Le premier cité ne fait déjà plus partie du paysage 2013 mais pour le Lozère, nombreux sont ceux qui attendent déjà de refouler la terre du Born et ses 23km. Une belle première avec des ES variées, rapides le premier jour, plus techniques le second et un décor atypique, à l’image du championnat. Le retour de Langres ou de l’Auvergne permettrait de quitter un peu le quart Sud-Est et d’agrémenter encore le panel de terrain.

Jongler entre 2 coupes de marque, le CDF Junior en Twingo et le Volant 207 sur la Terre, demande de l’organisation surtout quand les épreuves s’accumulent. L’enchainement Terre de Lozère – Mont Blanc restera un très grand moment cette année, 10 jours d’émotions intenses et une conclusion extraordinaire sur le podium de Morzine, sur la plus haute marche. En plus de travailler avec 2 équipes différentes, je dois me réadapter à mon pilote, aux objectifs bien différents, à mon rôle et surtout à la surface. La terre m’a toujours fasciné, et je ne conçois pas le rallye sans elle. Cette expérience mixte m’a permis aussi de m’habituer à la glisse, à comprendre la façon de piloter et de mieux appréhender les réactions de l’auto, même sur l’asphalte. Et je peux vous dire qu’avec Florian Bernardi mieux vaut être vacciné !

Ma quatrième et dernière course avec la 207 FB Rally s’est terminée sur le podium du Cardabelles avec une 5ème place du Volant. Depuis le temps qu’on m’en parle de ce rallye, c’est un peu les Cévennes de la Terre, un mythe. Il est vrai que la spéciale du Camp vaut le déplacement à elle seule. Un des terrains les moins cassants du championnat, très rapide mais dur pour les pneus. Une course intelligente où nous faisons parti des rares équipages à ne pas avoir crevé et où j’ai pris beaucoup de plaisir. De longues glisses, des sauts, des conditions extrêmes le deuxième journée mais une fin qui arrive toujours trop tôt. Un très bon résultat pour achever une saison riche d’enseignements.

J’ai travaillé avec une équipe extraordinaire, dévouée et une ambiance au sein du team à nulle autre pareille. Côtoyer Charlie Beck, le fougueux allemand de l’époque 206 que je regardais du bord de la route au tout début, Pierre Marche ou encore Maxence Bardou fut très agréable. Une famille plus que des clients et une mine d’informations en la personne d’Olivier. Il était important pour moi de faire une bonne impression pour la suite de ma carrière. Un milieu où les contacts et surtout la réputation vous suit perpétuellement. Pour se démarquer des autres il faut innover, apporter sa touche perso, son petit plus et je suis fier d’avoir amené cela avec mes fameux books de préparation dont un en anglais pour Charlie !

Alors un grand merci à Florentin pour m’avoir fait confiance et supporté mes vannes pas toujours à la hauteur, promis on ira visiter Gourgons, à Scampi pour la proposition et pour tous tes conseils, à Olivier et sa femme pour l’organisation et le professionnalisme et enfin à Mimi, Nico, Damien et Baboulou pour tout le boulot durant les assistances et la bonne humeur quelque soit les circonstances.

Pour boucler la boucle de la meilleure des façons, je rends mon baquet à Scampi pour le Var, le duo 100% Côte d’Azur reformé pour clôturer une bien belle saison ! Je serais dans celui de la Twingo pour tenter de décrocher le titre en Junior, mais ça c’est une autre histoire …





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. scampi de Nice dit :

    je suis assez satisfait de t’avoir rencontré , et de t’avoir choisi pour me remplacer avec le Flo !
    superbe récit , continues sur cette voie , Bellotto deviendra grand !
    c’est tout le mal que je te souhaite
    bises
    Scampi

  2. grelaud dit :

    la passion n’a pas de prix!!!!!
    bravo a toi!!!!