Une reprise ultra controlée



Pour la reprise du championnat du monde des rallyes, les protocoles sanitaires liés au COVID-19 seront évidemment en nombre, à l’image de ceux appliqués en Lettonie pour le championnat d’Europe le week-end dernier.

Jeudi dernier, les médias notamment, ont reçu plusieurs directives les préparant à une procédure lourde mais obligatoire.

Tout d’abord, les organisateurs ont convenu avec le gouvernement d’autoriser les participants du rallye d’Estonie en provenance de pays figurant sur la liste rouge (comme la France) à éviter la mise en quarantaine sous certaines conditions. Les personnes provenant de pays vert sont exemptés de cette procédure même si cela reste recommandé.

Ainsi, toutes les personnes de pays figurant sur la liste rouge désirant rejoindre l’Estonie devront effectuer des tests PCR (prélèvement nasal) dans les trois jours avant d’entrer dans le pays.

De plus, des tests seront exigés à l’arrivée en Estonie (dans les villes de Tartu ou Tallin), notamment un dans les 24h après l’arrivée. En attendant les résultats de ce test initial, les personnes devront rester isolées. Il est à préciser que le coût des tests (environ 70€) doit être payé par les équipes ou les personnes testées.

Bien entendu, la personne présente sur le rallye devra surveiller en permanence son état de santé personnel et pourrait être soumise à des contrôles de santé aléatoires pendant son séjour en Estonie (par exemple, mesure de la température corporelle, tests). La personne devra en outre se limiter à ses « activités rallye », c’est-à-dire qu’elle n’est pas autorisée à utiliser les transports en commun ni à être présente dans des endroits bondés…

Du côté du déroulement de l’épreuve, des modifications seront bien sûr appliquées avec notamment deux zones définies : haute densité (Rally HQ + parc d’assistance) et basse densité (partout ailleurs). Le « Media Center », zone où tous les journalistes, photographes et vidéastes se regroupent régulièrement, sera situé à l’extérieur de la zone de haute densité. Les médias présents en basse densité auront bien accès au traditionnel « Media Center » en portant un masque jusqu’à ce qu’ils soient assis à leur bureau et à la « Media Zone » en respectant la distanciation sociale, tout en portant un masque. Les pilotes seront soumis aux même règles alors que les copilotes seront exemptés de cette zone pour limiter le nombre de personnes. Les médias présents dans cette zone de basse densité ne pourront par contre pas circuler dans le parc d’assistance et donc chez les équipes.

L’accès au podium sera de son côté limité aux photographes prioritaires du WRC et ceux de l’organisateur. Enfin, les conférences de presse et le « Meet The Crews » (réactions du top 3 après le shakedown devant un public) seront uniquement organisées en vidéo.




S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
jimmie
jimmie
2 mois il y a

On peut se demander quelle est la zone la plus rouge, la France ou l’Estonie??? Les spectateurs Estonien sont exemptés de tests….Quelle mascarade!!!

Sébastien Gavoye
2 mois il y a

j’espere qu’il n’y aura aucun spectateur, faut arreter la psychose a moment donné…