Y.Bonato : “C’est une simple erreur de pilotage”



Pour son quatrième rallye disputé en cinq semaines, Yoann Bonato a connu son premier abandon de la saison au rallye du Rouergue suite à une sortie de route.

Leader après les deux premières spéciales de cette épreuve, le pilote des 2 Alpes est sorti à haute vitesse dans le troisième chrono. Avec cet abandon, l’ancien leader du championnat de France Asphalte recule au troisième rang provisoire.

Après ce rallye écourté, le triple champion de France des rallyes Asphalte a bien répondu présent pour sa chronique habituelle malgré un agenda toujours aussi chargé ! La semaine prochaine, le français sera de nouveau au volant de sa Citroën C3 Rally2 avec une participation au Rally di Roma Capitale, épreuve de l’ERC.

Comme en 2019, tu étais en tête du Rouergue avant de sortir. Cette fois, cela est arrivé avant même la première assistance. Quel est ton regard sur cette erreur avec le recul ?

“Il n’y a pas à tergiverser sur notre erreur, c’est une simple erreur de pilotage. Les sorties de route font partie de la compétition, bien entendu elles ne sont jamais les bienvenus mais tant qu’elles restent rares, il faut les accepter et les digérer rapidement.”

Quelle était la note pour ce virage ? Savais-tu qu’Eric Brunson s’était également fait piéger à cet endroit en 2016 ?

“Ce virage était noté AF ferme 130++ corde. Lorsque je suis rentré dans la corde, la voiture à légèrement sous viré puis s’est embarquée. J’ai réagi un peu lentement sur ce coup là, probablement à cause de l’effet de surprise. Je ne savais pas qu’Eric était sorti ici je l’ai su par la suite. Ce n’est pas anodin, cela signifie que c’est un virage particulier ! J’espère ne plus me faire avoir dans celui ci les prochaines années !!”

Avant cela, tout semblait aller bien pour toi. Est-ce que le retour à l’asphalte se passait comme tu voulais après cet enchaînement sur terre ?

“Je pensais avoir besoin d’un peu de temps pour me remettre dans le rythme de l’asphalte mais finalement après 2 passages au shakedown, tout est revenu. Il est vrai que les réactions des voitures sont différentes mais les principes de base de pilotage restent les mêmes.”

As-tu suivi le reste du rallye, qu’est-ce que tu en as pensé ? 

“Bien sûr que j’ai suivi avec attention la fin de la course. J’espérais une première victoire de Quentin qui a réalisé une très belle course. Cependant, la stratégie d’Eric de rouler un peu en retrait a payé puisqu’il est le seul à ne pas avoir commis de faute. Le résultat final lui donne raison. Il prend le devant au championnat à la mi-saison, la fin de saison va être passionnante !”

Au sein du team CHL, l’assistance était impressionnante avec notamment quatre C3 Rally2. Même si l’équipe en a vite perdu 3 sur des sorties de route, avais-tu un rôle de conseiller avec les autres pilotes ? Est-ce que c’est quelque chose qui pourrait plus t’intéresser à l’avenir, à l’image de ce que fait Eric Camilli ?

“Je ne cherche pas à faire le coach, loin de là, cependant je suis complètement transparent au niveau de mes réglages, mes acquis, et de ma façon de piloter. Tout le monde peut piocher comme il le souhaite. J’échange avec ceux qui en ont besoin, mais je ne m’impose pas auprès des pilotes. Si je peux aider, c’est avec plaisir. Nous avons pas mal échangé avec Vincent Leduc notamment qui découvrait la voiture, j’ai essayé de lui donner des petites astuces pour accélérer son apprentissage de la C3.”

Dans une semaine, te revoilà sur l’asphalte à Rome. Que sais-tu de cette épreuve et quelles seront tes ambitions ?

“Je ne connais pas grand chose de cette épreuve, globalement nous avons pas mal de rallyes à découvrir cette année en ERC. J’espère que nous serons dans le match pour le podium et pourquoi pas une belle surprise à la clé si j’en suis capable !! Affaire à suivre la semaine prochaine !”




S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments